Légende pour la notation des films

Bienvenue dans mon univers filmique ! Ma mission ? (Re)voir tous mes films, séries Tv, documentaires et concert, tous genres confondus, sur tous supports, Vhs, Dvd, Dvd-r, Blu-ray (avec aussi les diffusions télévisées ou cinéma), et vous donner mon avis de façon simple et pas prise de tête sur chaque titre (re)vu ! C'est parti !

Légende pour la notation des films / 6

* * * * * * Nul / * * * * * * Mauvais / * * * * * * Passable / * * * * * * Moyen / * * * * * * Bien / * * * * * * Excellent / * * * * * * Chef-d'oeuvre
* * * * * * : The Only One. Le Seul, l'Unique, le film fétiche de l'auteur de ce blog...

AVERTISSEMENT : Certaines bandes-annonces ou extraits de films peuvent heurter la sensibilité du jeune public.


mercredi 18 mai 2011

FLAGELLATIONS

FLAGELLATIONS
(House of Whipcord)


Réalisateur : Pete Walker
Année : 1974
Scénariste : Pete Walker, David McGillivray
Pays : Angleterre
Genre : Women In Prison
Interdiction : -16 ans
Avec : Ann Michelle, Barbara Markham, Sheila Keith, Dorothy Gordon, Robert Tayman, Ray Brooks


L'HISTOIRE : Julia, un jeune mannequin français qui a fait quelques clichés dénudées, se voit inviter lors d'une soirée par un inconnu, qui lui propose de l'emmener chez ses parents. Julia accepte et se retrouve dans un gigantesque demeure qui semble inhabitée. Elle va bientôt découvrir le secret de cet endroit insolite et de sa présence ici : elle vient en réalité de se faire kidnapper et se retrouve devant une directrice, son mari aveugle et deux gardiennes sadiques qui vont lui inculquer le savoir-vivre, sous peine de lui faire subir quelques tortures dont la punition du fouet. La demeure, une ancienne prison abandonnée, est devenue un lieu de séquestration pour jeunes filles, dirigée par des individus prônant le retour de l'ordre moral et de la civilité...

MON AVIS : Sous-genre du Cinéma Bis, le W.I.P. ou "Women In Prison" possède ses aficionados qui se délectent de voir des jeunes filles dénudées se faire malmener par des gardiens de prisons pervers et sadiques. Avec Flagellations, Pete Walker, cinéaste britannique à qui l'on doit des films comme Frightmare, Hallucinations ou Schizo par exemple, s'aventure dans le domaine du film de femmes en prison sans vraiment y entrer à fond, la faute certainement à la sévère censure anglaise. Pas de scène de douche ou de duo saphique ici, qui sont généralement les points forts des W.I.P., l'érotisme étant d'ailleurs très discret dans ce film. Par contre, Pete Walker tente d'instaurer une réelle ambiance angoissante, pour nous faire vivre le clavaire subit par les pauvres jeunes filles retenues contre leur gré. Pour y parvenir, Flagellations met en avant la gardienne Walker, interprétée par Sheila Keith, dont le sadisme et la méchanceté feront la joie des amateurs. Les séquences de fouet ne sont pas non plus très démonstratives en terme visuel, Pete Walker ne se complaisant pas à montrer ces sévices de manière frontale, comme le ferait des W.I.P. plus classiques. Une approche plus sérieuse donc, qui, si elle ne nous met pas non plus mal à l'aise, s'avère bénéfique pour le film, qui trouve une certaine crédibilité dans son déroulement. Flagellations semble s'attaquer à ces extrémistes qui sous couvert de l'ordre moral commettent des actions bien plus répréhensibles que celles qu'ils reprochent à leurs victimes et c'est plutôt bien vu. Reste que le film est un peu lent et qu'un peu plus de rythme et de suspense n'auraient pas été de trop. 

NOTE : 3/6




Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire