Légende pour la notation des films

Bienvenue dans mon univers filmique ! Ma mission ? (Re)voir tous mes films, séries Tv, documentaires et concert, tous genres confondus, sur tous supports, Vhs, Dvd, Dvd-r, Blu-ray (avec aussi les diffusions télévisées ou cinéma), et vous donner mon avis de façon simple et pas prise de tête sur chaque titre (re)vu ! C'est parti !

Légende pour la notation des films / 6

* * * * * * Nul / * * * * * * Mauvais / * * * * * * Passable / * * * * * * Moyen / * * * * * * Bien / * * * * * * Excellent / * * * * * * Chef-d'oeuvre
* * * * * * : The Only One. Le Seul, l'Unique, le film fétiche de l'auteur de ce blog...

AVERTISSEMENT : Certaines bandes-annonces ou extraits de films peuvent heurter la sensibilité du jeune public.


mardi 24 mai 2011

KABOOM

KABOOM


Réalisateur : Gregg Araki
Année : 2010
Scénariste : Gregg Araki
Pays : Etats-Unis, France
Genre : Comédie déjantée
Interdiction : -12 ans
Avec : Thomas Dekker, Haley Bennett, Juno Temple, Roxane Mesquida, Chris Zylka, James Duval


L'HISTOIRE : Smith, un ado gay qui se cherche encore, mène une vie tranquille sur le campus, traînant avec sa meilleure amie, l’insolente Stella, couchant avec la belle London, tout en désirant Thor, son sublime colocataire, un surfeur un peu simplet. Tout se passe normalement jusqu’à une nuit terrifiante où tout va basculer. Sous l’effet de "space cookies" ingérés à une fête, Smith est persuadé d’avoir assisté à l’horrible meurtre d’une rousse énigmatique qui hante ses rêves. En cherchant la vérité, il s’enfonce dans un mystère de plus en plus profond qui changera sa vie à jamais...

MON AVIS : Gregg Araki est de retour, et plus en forme que jamais ! Après nous avoir donné des films délirants durant les années 90 (Totally F***ed Up, The Doom Génération, Nowhere), le réalisateur retrouve en 2010 son univers déjanté et coloré avec Kaboom, une comédie trash totalement farfelue, mettant en scène son sujet de prédilection, à savoir la jeunesse. Une jeunesse désanchantée, qui n'a aucun tabou, sexuellement libérée (on ne compte plus les séquences entre fille/garçon, fille/fille, garçon/garçon ou un mélange de tout ça...) et qui est représentée par de jeunes acteurs pleins de talents, dont Thomas Dekker, Juno Temple et Roxane Mesquida, qui dominent d'une tête le reste du casting. Comme à son accoutumé, Gregg Araki place ses acteurs dans un univers délirant et fou, et le spectateur se pose sans cesse cette question durant le visionnage : "mais qu'est-ce que c'est que ce délire ??" Il faut dire qu'on ne sait plus trop où donner de la tête. On a de drôles d'individus qui portent des masques d'animaux pour commettre un crime, une belle brune qui possède des pouvoirs surnaturels, un héros qui fait des sortes de rêves mystiques, j'en passe et des meilleurs. Est-on vraiment dans le monde réel ou dans un trip hallucinatoire ?? Tout ce délire environnant prend petit à petit ses marques pour trouver une explication dans un final hallucinant, à base de complot, d'enfants surdouées et de fin de monde. Avec ses couleurs "flashys", ses dialogues percutants, sa sexualité débridée et son étonnant casting, Kaboom propose un spectacle détonnant, hybride, qui étonne mais ne laisse pas indifférent. Original, rafraîchissant mais spécial tout de même.

NOTE : 4/6




Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire