Légende pour la notation des films

Bienvenue dans mon univers filmique ! Ma mission ? (Re)voir tous mes films, séries Tv, documentaires et concert, tous genres confondus, sur tous supports, Vhs, Dvd, Dvd-r, Blu-ray (avec aussi les diffusions télévisées ou cinéma), et vous donner mon avis de façon simple et pas prise de tête sur chaque titre (re)vu ! C'est parti !

Légende pour la notation des films / 6

* * * * * * Nul / * * * * * * Mauvais / * * * * * * Passable / * * * * * * Moyen / * * * * * * Bien / * * * * * * Excellent / * * * * * * Chef-d'oeuvre
* * * * * * : The Only One. Le Seul, l'Unique, le film fétiche de l'auteur de ce blog...

AVERTISSEMENT : Certaines bandes-annonces ou extraits de films peuvent heurter la sensibilité du jeune public.


dimanche 29 mai 2011

L'ANGE DE LA VENGEANCE

L'ANGE DE LA VENGEANCE
(MS.45, Angel of Vengeance)


Réalisateur : Abel Ferrara
Année : 1981
Scénariste : Nicholas St John
Pays : Etats-Unis
Genre : Rape and Revenge, Drame
Interdiction : -12 ans
Avec : Zoë (Tamerlis) Lund, Albert Sinkys, Darlene Stuto, Helen McGara, Peter Yellen


L'HISTOIRE : Thana est une jeune fille muette, timide et réservée, qui travaille dans un atelier de couture. En rentrant chez elle, elle se fait violer par un inconnu dans une ruelle sombre. De retour dans son appartement, elle surprend un voleur qui va lui aussi la violer mais elle parviendra à lui échapper et le tuera. Ayant découpé son corps en plusieurs parties, Thana va chaque jour disperser les morceaux de cadavres emballés dans des sacs poubelles. Le choc émotionnel des deux viols et du meurtre va également avoir une lourde conséquence sur sa vie : ne supportant plus la gente masculine, Thana va assouvir sa vengeance nuit après nuit, aidée du pistolet calibre 45 qu'elle a pris au voleur. Les rues de New-York vont devenir le nouveau territoire de jeu de cette Ange de la Vengeance...

MON AVIS : Excellent film d'Abel Ferrara qui transforme une frêle jeune fille en justicière rédemptrice. Le réalisateur pousse le vice jusqu'à faire de son héroïne une muette, ce qui arrangera bien les deux violeurs, leur pauvre victime ne pouvant appeler à l'aide. Une victime qui ne le restera pas longtemps, puisque, à la manière d'un Charles Bronson au féminin, elle va se mettre à liquider bon nombre de voyous dans les rues sales et glauques de New-York. La timide Thana devient de plus en plus froide, méthodique, déterminée et plus rien ne pourra arrêter son implacable désir de vengeance envers les hommes. Zoë Lund, âgée de 19 ans à l'époque du tournage, est absolument parfaite et transcende littéralement son personnage. On retiendra particulièrement la séquence finale, celle du bal masqué, où, habillée en tenue de nonne et porte jarretelles, elle va se livrer à un véritable carnage sur les invités masculins, le tout filmé au ralenti, ce qui rend la séquence très onirique et la rapproche de la scène du bal de Carrie au Bal du Diable. Avec L'Ange de la Vengeance, Abel Ferrara a réalisé une oeuvre forte, dure, réaliste, un classique en puissance du "Rape and Revenge", qui ravira les féministes pures et dures !

NOTE : 5/6




Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire