Légende pour la notation des films

Bienvenue dans mon univers filmique ! Ma mission ? (Re)voir tous mes films, séries Tv, documentaires et concert, tous genres confondus, sur tous supports, Vhs, Dvd, Dvd-r, Blu-ray (avec aussi les diffusions télévisées ou cinéma), et vous donner mon avis de façon simple et pas prise de tête sur chaque titre (re)vu ! C'est parti !

Légende pour la notation des films / 6

* * * * * * Nul / * * * * * * Mauvais / * * * * * * Passable / * * * * * * Moyen / * * * * * * Bien / * * * * * * Excellent / * * * * * * Chef-d'oeuvre
* * * * * * : The Only One. Le Seul, l'Unique, le film fétiche de l'auteur de ce blog...

AVERTISSEMENT : Certaines bandes-annonces ou extraits de films peuvent heurter la sensibilité du jeune public.


lundi 20 juin 2011

THE SINFUL NUNS OF SAINT VALENTINE

THE SINFUL NUNS OF SAINT VALENTINE
(Le Scomunicate di San Valentino)


Réalisateur : Sergio Grieco
Année: 1974
Scénariste : Sergio Grieco
Pays : Italie
Genre : Nunsploitation
Interdiction : -16 ans
Avec : Françoise Prévost, Jenny Tamburi, Paolo Malco, Franco Ressel, Corrado Gaipa


L'HISTOIRE : Lucita aime Esteban mais les deux amoureux appartiennent chacun à des familles qui se vouent une haine farouche depuis des décennies. Lucita a été envoyé au couvent par son père qui veut qu'elle devienne nonne, afin d'oublier Esteban. Ce dernier, venant de livrer un combat et blessé, est recueilli par le Sacristain du couvent de Sainte Valentine, où se trouve justement Lucita. Les deux tourtereaux décident de s'enfuir mais la belssure d'Esteban le force à rester au couvent pour quelques temps. La compagne de chambre de Lucita se fait assassiner et la pauvre jeune fille est accusée du meurtre et se retrouve face au Père Onorio, membre de la terrible inquisition espagnol, qui l'a force à avouer un crime qu'elle n'a pas commis. Envoyée à la prison de Séville, le sort s'acharne sur Lucita. La Mère Supérieure, ayant connaissance de la présence d'Esteban dans une des pièces secrètes du couvent, semble vouloir lui apporter son aide. Mais Esteban va rapidement découvrir la vraie nature de l'abbesse et ses secrets inavouables...

MON AVIS : A la lecture de ce résumé, vous avez sûrement pensé à l'histoire de Roméo et Juliette pour les grandes lignes et en effet, Esteban et Lucita pourraient très bien être des incarnations des deux héros shakespeariens, plongés dans l'univers du cinéma d'exploitation et de la nunsploitation. The Sinful Nuns of Saint Valentine peut effectivement aller se ranger dans cette catégorie du cinéma Bis, mais il pourrait tout aussi bien être classé dans le film d'aventure romanesque, l'intrigue ne se déroulant pas qu'au couvent et laissant place à de nombreux combats, duels épiques et autres sous-intrigues. La partie nunsploitation tiens néanmoins une place prépondérante dans le film mais se montre relativement sage, que ce soit au niveau de l'érotisme, très soft, ou des sévices et autres tortures, tout aussi peu démonstratifs, si ce n'est la séquence du fouet. L'interdiction aux moins de 16 ans est d'ailleurs bien sévère pour ma part, un simple -12 aurait suffit vu les images proposées. Bref. Ce mélange des genres donne un côté original au long-métrage de Sergio Grieco mais pourra déstabiliser l'amateur croyant voir sur son écran un déferlement de débauche sexuelle avec des nonnes, comme c'est généralement le cas. Pas déplaisant, assez bien rythmé, bénéficiant de la présence de la fort charmante Jenny Tamburi dans le rôle de Lucita, mettant en exergue le danger du fanatisme religieux et proposant quelques séquences intéressantes, comme le final où les nonnes, emmurées vivantes, sombrent dans la folie suite à leur enfermement et au manque d'oxygène, The Sinful Nuns of Saint Valentine, sans être un classique de la nunsploitation, reste une petite série B sans prétention, correcte, qui peut surprendre par son approche différente des autres films du genre. C'est un peu Angélique Marquise des Anges au couvent...

NOTE : 3/6



Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire