Légende pour la notation des films

Bienvenue dans mon univers filmique ! Ma mission ? (Re)voir tous mes films, séries Tv, documentaires et concert, tous genres confondus, sur tous supports, Vhs, Dvd, Dvd-r, Blu-ray (avec aussi les diffusions télévisées ou cinéma), et vous donner mon avis de façon simple et pas prise de tête sur chaque titre (re)vu ! C'est parti !

Légende pour la notation des films / 6

* * * * * * Nul / * * * * * * Mauvais / * * * * * * Passable / * * * * * * Moyen / * * * * * * Bien / * * * * * * Excellent / * * * * * * Chef-d'oeuvre
* * * * * * : The Only One. Le Seul, l'Unique, le film fétiche de l'auteur de ce blog...

AVERTISSEMENT : Certaines bandes-annonces ou extraits de films peuvent heurter la sensibilité du jeune public.


jeudi 23 août 2012

A SERBIAN FILM

A SERBIAN FILM 
(Srpski film)

-Version intégrale-

Réalisateur : Srdjan Spasojevic
Année : 2010
Scénariste : Srdjan Spasojevic, Aleksandar Radivojevic
Pays : Serbie
Genre : Thriller, Torture porn
Interdiction : -18 ans (version intégrale) / -16 ans (version censurée)
Avec : Srdjan Todorovic, Sergej Trifunovic, Jelena Gavrilovic, Katarina Zutic, Slobodan Bestic...


L'HISTOIRE : Milos est un ancien acteur porno. Véritable étalon et superstar du X à l'époque, il n'est aujourd'hui qu'un simple homme contraint à la retraite qui a du mal à faire vivre sa femme Maria et son fils lors des fins de mois difficiles. Une de ses anciennes amies, Lejla, reprend contact pour lui proposer un nouveau tournage professionnel avec à la clé une somme d'argent très importante à gagner. Milos rencontre le réalisateur Vukmir qui veut faire de la pornographie un art. Ce dernier ne désire donner aucune information à Milos concernant son projet, afin qu'il soit le plus naturel possible lors des scènes hards. Devant l'offre pécuniaire mirobolante, Milos signe le contrat avec l'approbation de sa femme. Si les premiers jours de tournage se passent sans anicroche, la suite va rapidement faire comprendre à Milos qu'elle sorte de film réalise Vukmir. Afin de satisfaire des clients "exigeants", celui-ci n'hésite pas à mêler dans ses films pornographie, ultra violence et enfants. Milos décide de se retirer de la partie mais Vukmir ne l'entend pas ainsi...

MON AVIS : Film choc qui a provoqué les foudres de la censure dans de nombreux pays, A Serbian Film n'est effectivement pas à mettre devant tous les yeux, certaines séquences se révélant profondément dérangeantes ou choquantes, citons la plus célèbre avec un nouveau-né qui risque d'en estomaquer plus d'un même s'il ne s'agit, et heureusement, que d'une habile mise en scène. Souhaitant dénoncer les conditions de vie dans son pays, la Serbie donc, le réalisateur Srdjan Spasojevic livre pour son premier film une oeuvre extrême, viscérale mais qui va bien au-delà de cet aspect racoleur et immoral. Loin d'une réalisation au caméscope à la August Underground par exemple, ce qui frappe avant tout dans A Serbian Film c'est la totale maîtrise de son sujet et l'aspect ultra pro des images. Avec sa mise en scène impeccable, ses images léchées, ses acteurs en total osmose avec cet univers déviant et qui se montre absolument parfaits, notamment Srdjan Todorovic qui interprète Milos, et sa partition musicale adéquate, A Serbian Film est un thriller ultra sombre, vénéneux, très violent, érotique, qui possède une réelle dynamique, une réelle tension et se montre hypnotisant sur bien des points. Nihiliste, le final brise les tabous et verse dans le sordide le plus complet. C'est à une véritable descente aux Enfers qu'on assiste, et on comprend bien qu'il n'y aura aucune échappatoire, ce que vient confirmer l'ultime image. S'il est compréhensible que ce film divise l'opinion et que certains le rejettent de façon définitive (voir les réactions de haine vis à vis du réalisateur ou du film sur le net), on ne peut pas lui reprocher d'être un mauvais film de cinéma parce que A Serbian Film fait passer pour des navets bon nombre de longs métrages qui ne possèdent ni sa classe ni sa maîtrise cinématographique. Après, qu'on aime ou qu'on aime pas, c'est une autre histoire...

NOTE : 5/6


Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire