Légende pour la notation des films

Bienvenue dans mon univers filmique ! Ma mission ? (Re)voir tous mes films, séries Tv, documentaires et concert, tous genres confondus, sur tous supports, Vhs, Dvd, Dvd-r, Blu-ray (avec aussi les diffusions télévisées ou cinéma), et vous donner mon avis de façon simple et pas prise de tête sur chaque titre (re)vu ! C'est parti !

Légende pour la notation des films / 6

* * * * * * Nul / * * * * * * Mauvais / * * * * * * Passable / * * * * * * Moyen / * * * * * * Bien / * * * * * * Excellent / * * * * * * Chef-d'oeuvre
* * * * * * : The Only One. Le Seul, l'Unique, le film fétiche de l'auteur de ce blog...

AVERTISSEMENT : Certaines bandes-annonces ou extraits de films peuvent heurter la sensibilité du jeune public.


samedi 15 septembre 2012

LA MARQUE DU DIABLE

LA MARQUE DU DIABLE
(Hexen bis aufs Blut Gequält / Mark of the Devil)

Réalisateur : Michael Armstrong
Année : 1970
Scénariste : Michael Armstrong, Adrian Hoven
Pays : Allemagne
Genre : Horreur, Inquisition
Interdiction : -16 ans
Avec : Udo Kier, Herbert Lom, Olivera Katarina, Reggie Nalder, Herbert Fux...


L'HISTOIRE : Dans un petit village, l'inquisition fait des ravages. Albino, le chasseur de sorcières local, emprisonne et torture sans aucune preuve de pauvres femmes innocentes injustement accusées de sorcellerie. C'est alors que débarque Christian et son terrible bourreau Jeff Wilkens. Les deux hommes sont en mission et ils doivent surveiller que la loi est respectée et que les actes de tortures sont déclarés et notifiés. Alors qu'il attend la venue de son mentor, le Lord Cumberland, Christian s'amourache de Vanessa, une servante qui se voit accusée de sorcellerie par Albino...

MON AVIS : Film qui eut de gros problème avec la censure à l'époque de sa sortie, La Marque du Diable paraîtra bien inoffensif aujourd'hui malgré sa réputation de film choc qu'il se trimbale toujours. Si on assiste effectivement à quelques séquences de tortures et de supplices assez violentes, le sommet étant atteint avec un arrachage de langue plutôt sympa (et censurée sur la VHS française !), il n'en reste que la plupart des actes de cruauté montré à l'écran se révèlent assez sobres en fin de compte, un habile montage laissant l'imagination du spectateur en voir peut-être plus que ce qu'il y a vraiment de visible. De plus, la torture n'est pas réellement l'élément dominateur du film. Car avant d'être un film d'horreur en costumes, La Marque du Diable se veut assurément être un virulent manifeste contre l'Inquisition et contre les pratiques de l'Eglise en ces temps anciens et tragiques où des innocents furent jugés et torturés sur simple dénonciation. La religion utilisé à des fins barbares, un cas malheureusement toujours d'actualité, les inquisiteurs et les bourreaux d'antan pouvant être vus comme les intégristes d'aujourd'hui. Herbert Lom dans le rôle du Grand Inquisiteur est parfait et son personnage qu'on croit juste et droit se révélera être comme tous les autres : un simple profiteur qui abuse des femmes au nom de Dieu et qui condamne sans preuve ni jugement sinon le sien. Les décors et la reconstitution d'époque sont admirablement restitués à l'écran, un soin particulier ayant été apporté aux costumes et à l'ambiance générale. Sur fond de tragédie, une romance naîtra entre une pauvre servante et Christian, interprété par Udo Kier. La Marque du Diable présente de nombreux personnages détestables, tels Albino ou le bourreau Jeff Wilkens qui affichent un sadisme rarement égalé. Le film se suit sans ennui et se montre intéressant dans sa présentation de la terrible Inquisition. La séquence des marionnettes est à ce sujet assez édifiante pour caractériser la haine, l'aveuglement et la bêtise qui faisaient agir ces soit-disant "Serviteurs de Dieu". Une époque dans laquelle il ne faisait pas bon vivre...

NOTE : 4/6



Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire