Légende pour la notation des films

Bienvenue dans mon univers filmique ! Ma mission ? (Re)voir tous mes films, séries Tv, documentaires et concert, tous genres confondus, sur tous supports, Vhs, Dvd, Dvd-r, Blu-ray (avec aussi les diffusions télévisées ou cinéma), et vous donner mon avis de façon simple et pas prise de tête sur chaque titre (re)vu ! C'est parti !

Légende pour la notation des films / 6

* * * * * * Nul / * * * * * * Mauvais / * * * * * * Passable / * * * * * * Moyen / * * * * * * Bien / * * * * * * Excellent / * * * * * * Chef-d'oeuvre
* * * * * * : The Only One. Le Seul, l'Unique, le film fétiche de l'auteur de ce blog...

AVERTISSEMENT : Certaines bandes-annonces ou extraits de films peuvent heurter la sensibilité du jeune public.


vendredi 4 janvier 2013

LA LAME INFERNALE

LA LAME INFERNALE
(La Polizia chiede aiuto)

Réalisateur : Massimo Dallamano
Année : 1974
Scénario : Massimo Dallamano, Ettore Sanzo
Pays : Italie
Genre : Policier, Giallo
Interdiction : -16 ans
Avec :  Giovanna Ralli, Claudio Cassinelli, Mario Adorf , Franco Fabrizi...


L'HISTOIRE : Un inspecteur, aidé par Mme la procureur, tente de faire le point sur le suicide déguisé d'une jeune fille de quinze ans. Ses recherches vont le mener à mettre à jour un vaste réseau de prostitution enfantine auquel participe plusieurs personnalités importantes de la région. Dans le même temps, un mystérieux motard assassine les témoins gênants à l'aide d'une lame de boucher...

MON AVIS : Après Mais qu'avez-vous fait à Solange ? en 1972, dans lequel Massimo Dallamano s'attaquait frontalement au problème de l'avortement, ce dernier récidive deux ans plus tard en s'en prenant cette fois directement à la corruption de son pays et au problème de la prostitution des mineurs. Réalisateur engagé et peu enclin à la langue de bois, Dallamano livre avec La Lame Infernale un thriller politique dans lequel il incorpore des éléments du giallo, avec cet assassin vêtu de cuir noir et maniant une arme blanche plutôt efficace, la main sectionnée d'un policier en étant le plus bel exemple. Mais notre motard tueur n'est pas le personnage principal du film. Il en est même loin. On sent bien que Dallamano s'intéresse bien plus à son inspecteur qui parvient à faire remonter à la surface grâce à son enquête l'une des pires saloperies qui existe : le trafic d'enfants à des fins sexuelles. C'est véritablement ce point qui passionne Dallamano et le réalisateur parvient à nous y intéresser également à travers sa mise en scène limpide, qui rend l'enquête passionnante. Et glauque. L'écoute des bandes enregistrées sur lesquelles des voix d'adultes donnent des ordres à des voix d'adolescentes apeurées qui se transforment en cris et pleurs font froid dans le dos. La Lame Infernale se montre alors d'une noirceur insoupçonnable, baignant dans un fatalisme total, où même la vérité et la justice n'ont droit de cité face "aux pouvoirs" en place. Le final, nihiliste au possible, laisse un arrière goût amer et on pense à l'excellent film La Femme Flic avec Miou-Miou, qui traite du même problème. La Lame Infernale est un film intelligent, maîtrisé et qui mérite d'être découvert toute affaire cessante, l'éditeur The Ecstasy of Films venant de nous en donner la possibilité avec sa superbe édition Dvd qui comblera les attentes !

NOTE : 5/6



1 commentaire:

  1. Le collector de "The Ecstasy of Films" est en effet une pure merveille, c'est du beau boulot ! Maintenant, il faut que je me mate le contenu, votre critique me motive encore plus. Un gros big up donc aux passionnés de "The Ecstasy" et à celui de "Toutes les couleurs du Bis" !

    RépondreSupprimer