Légende pour la notation des films

Bienvenue dans mon univers filmique ! Ma mission ? (Re)voir tous mes films, séries Tv, documentaires et concert, tous genres confondus, sur tous supports, Vhs, Dvd, Dvd-r, Blu-ray (avec aussi les diffusions télévisées ou cinéma), et vous donner mon avis de façon simple et pas prise de tête sur chaque titre (re)vu ! C'est parti !

Légende pour la notation des films / 6

* * * * * * Nul / * * * * * * Mauvais / * * * * * * Passable / * * * * * * Moyen / * * * * * * Bien / * * * * * * Excellent / * * * * * * Chef-d'oeuvre
* * * * * * : The Only One. Le Seul, l'Unique, le film fétiche de l'auteur de ce blog...

AVERTISSEMENT : Certaines bandes-annonces ou extraits de films peuvent heurter la sensibilité du jeune public.


dimanche 27 janvier 2013

THIRST

THIRST
(Bakjwi)

-Film visionné dans sa version Director's Cut-

Réalisateur : Park Chan-Wook
Année : 2009
Scénario :  Park Chan-Wook, Jeong Seo-Gyeong
Pays : Corée du Sud
Genre : Fantastique
Interdiction : -12 ans
Avec : Song Kang-Ho, Kim Ok-Bin, Kim Hae-Suk, Shin Ha-Kyun...


L'HISTOIRE : Sang-hyun est un jeune prêtre coréen, aimé et respecté. Contre l'avis de sa hiérarchie, il se porte volontaire pour tester en Afrique un vaccin expérimental contre un nouveau virus mortel. Comme les autres cobayes, il succombe à la maladie mais une transfusion sanguine d'origine inconnue le ramène à la vie. De retour en Corée, il commence à subir d'étranges mutations physiques et psychologiques : le prêtre est devenu vampire. Mais la nouvelle de sa guérison miraculeuse attire des pélerins malades qui espèrent bénéficier de sa grâce. Parmi eux, Sang-hyun retrouve un ami d'enfance qui vit avec sa mère et son épouse, Tae-Ju. Il succombe alors à la violente attirance charnelle qu'il éprouve pour la jeune femme...

MON AVIS : Entre cinéma d'auteur et cinéma populaire, Park Chan-Wook livre avec Thirst une variation moderne sur le thème du vampirisme, avec cette histoire inspirée en partie par Thérèse Raquin d'Emile Zola !  Le vampirisme est traité ici comme une maladie et on est bien loin des suceurs de sang de la Hammer ou de Bram Stoker. Ce prêtre vampire refuse d'enlever la vie aux innocents, il cherche donc d'autre moyen pour assouvir sa soif de sang et stopper le virus qui coule dans ses veines depuis son séjour en Afrique. Car notre vampire n'est pas immortel, et s'il n'a pas sa ration quotidienne, il s'affaiblit et dépérit. Le réalisateur coréen nous conte donc la souffrance que ressent le prêtre à vivre sa nouvelle condition de vampire dans un style épuré, ne cédant qu'avec parcimonie aux séquences spectaculaires. Le rythme de Thirst est lent, nonchalant, et pourra assoupir une partie du public, surtout que le film dure 2h27 dans sa version director's cut. Les images proposées sont la plupart du temps somptueuses et la mise en scène adéquate. On pourra par contre reprocher certaines dérives dans l'humour (les apparitions fantomatiques du mari noyé) qui amoindrissent le propos et ne servent pas vraiment le film. L'histoire d'amour est plutôt réussie mais ne sort pas vraiment des sentiers battus et le final, quoique romantique, est attendu et relève du déjà vu. Park Chan-Wook a réalisé un beau film sans pour autant transfigurer le genre vampirique déjà bien balisé. Les deux acteurs principaux sont excellents et la violence, l'érotisme ainsi que le sang sont utilisés à bon escient. Thirst est un film à voir mais on pourra être un brin déçu au final.

NOTE : 4/6



Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire