Légende pour la notation des films

Bienvenue dans mon univers filmique ! Ma mission ? (Re)voir tous mes films, séries Tv, documentaires et concert, tous genres confondus, sur tous supports, Vhs, Dvd, Dvd-r, Blu-ray (avec aussi les diffusions télévisées ou cinéma), et vous donner mon avis de façon simple et pas prise de tête sur chaque titre (re)vu ! C'est parti !

Légende pour la notation des films / 6

* * * * * * Nul / * * * * * * Mauvais / * * * * * * Passable / * * * * * * Moyen / * * * * * * Bien / * * * * * * Excellent / * * * * * * Chef-d'oeuvre
* * * * * * : The Only One. Le Seul, l'Unique, le film fétiche de l'auteur de ce blog...

AVERTISSEMENT : Certaines bandes-annonces ou extraits de films peuvent heurter la sensibilité du jeune public.


dimanche 24 février 2013

LUCIFERA DEMONLOVER

LUCIFERA DEMONLOVER
(L'amante del demonio / The Devil's Lover)

Réalisateur : Paolo Lombardo
Année : 1972
Scénariste : Paolo Lombardo
Pays : Italie
Genre : Épouvante
Interdiction : -12 ans
Avec :  Edmund Purdom, Rosalba Neri, Spartaco Conversi, Francesca Lionti...


L'HISTOIRE : Helga et ses deux amies se rendent dans un vieux château, intriguées par les légendes disant que le Diable en personne y a séjourné. Le gardien du château leur offre l'hospitalité et accepte que les trois jeunes curieuses passent la nuit dans le lugubre bâtiment. Après un bon repas, Helga découvre en se promenant dans les couloirs un ancien portrait qui lui ressemble comme deux gouttes d'eau. La jeune femme a un étourdissement et sombre dans l'inconscience. Ses rêves l'amènent dans les années 1500 et elle se retrouve dans la peau d'Helga, future mariée qui va vivre une bien curieuse journée, rencontrant sorcières, adeptes satanistes et le Diable en personne...

MON AVIS : Avec sa jaquette qui utilise une couverture d'un comic d'épouvante érotique italien également intitulé Lucifera, ce film de Paolo Lombardo laissait entrevoir un spectacle séduisant, typique du cinéma Bis. Imaginez moi ça : un mystérieux château, le Diable, des sorcières, un culte satanique, de l'érotisme et cerise sur le gâteau : la présence de la séduisante Rosalba Neri, qui interprète Helga, aussi bien dans l'époque contemporaine que dans les rêves du passé. Plus grande est la déception. Pour faire simple, Lucifera Demonlover est un puissant somnifère, réalisé sans aucune conviction et sans aucun talent. L'histoire est des plus banale, du moins quand elle a un sens. Car certaines séquences n'ont ni queue, ni tête et on se demande ce qu'a fumé Paolo Lombardo avant de réaliser ce film. Il faudra m'expliquer l'intérêt de la séquence de l'orgie satanique, dans laquelle les deux soeurs d'Helga se font kidnapper et livrer à une espèce de prêtresse diabolique qui finira par les mordre tel un vampire. Lorsque Helga retrouve ses soeurs, elles sont comme deux mortes vivantes, au visage livide et se mettent à mordre les seins de leur soeur. Ensuite, plus aucune nouvelle. Ça tombe comme ça, tel un cheveu dans la soupe. Rosalba Neri semble se demander ce qu'elle fait dans cette galère et nous aussi. Elle doit se marier mais le Diable vient la tenter, ouh le grand méchant pas beau ! En plus, la serveuse de l'auberge est jalouse de son mariage et veut tout foutre en l'air, demandant l'aide d'une sorcière de la région afin qu'elle lui concocte un sortilège. Que de péripéties me direz-vous ! Sur le papier, ça a l'air tentant mais sur l'écran, c'est juste affligeant et soporifique au possible. Rosalba Neri ne nous fait même pas profiter de son superbe corps ou si peu. Bref, Lucifera Demonlover est à réserver exclusivement aux amateurs de films sans scénario. On ne peut même pas se raccrocher à une ambiance ou à une belle mise en scène. A oublier.

NOTE : 1/6


Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire