Légende pour la notation des films

Bienvenue dans mon univers filmique ! Ma mission ? (Re)voir tous mes films, séries Tv, documentaires et concert, tous genres confondus, sur tous supports, Vhs, Dvd, Dvd-r, Blu-ray (avec aussi les diffusions télévisées ou cinéma), et vous donner mon avis de façon simple et pas prise de tête sur chaque titre (re)vu ! C'est parti !

Légende pour la notation des films / 6

* * * * * * Nul / * * * * * * Mauvais / * * * * * * Passable / * * * * * * Moyen / * * * * * * Bien / * * * * * * Excellent / * * * * * * Chef-d'oeuvre
* * * * * * : The Only One. Le Seul, l'Unique, le film fétiche de l'auteur de ce blog...

AVERTISSEMENT : Certaines bandes-annonces ou extraits de films peuvent heurter la sensibilité du jeune public.


mardi 12 mars 2013

LA DÉMENTE

LA DÉMENTE
(Demented)

Réalisateur :  Arthur Jeffreys
Année : 1980
Scénariste :  Alex Rebar
Pays : Etats-Unis
Genre : Horreur, Rape & Revenge
Interdiction : -12 ans
Avec :  Sallee Young, Harry Reems, Deborah Alter, Kathryn Clayton, Bryan Charles...


L'HISTOIRE : Linda Rodgers se fait violer par quatre individus. Après une période de soins psychologiques, la jeune femme retourne vivre dans sa maison avec son mari, un brillant chirurgien. Mais les traces du drame sont toujours présentes dans son esprit et Linda ne se sent pas en sécurité. Lorsqu'une bande d'adolescents veut s'amuser à lui faire peur, Linda sombre dans la folie meurtrière...

MON AVIS : Et encore un bon navet, un ! Avec La démente, unique réalisation d'Arthur Jeffreys, ce dernier se lance dans le sous-genre du Rape & Revenge, popularisé en 1972 avec La dernière maison sur la gauche et en 1978 avec I spit on your grave. Malheureusement, son film fait bien pâle figure comparé à ces deux classiques et on a plutôt l'impression de regarder un épisode de Santa Barbara avec un tout petit peu plus de violence. Si le film démarre sur les chapeaux de roues avec d'entrée de jeu le viol de l'héroïne, la suite retombe dans la mièvrerie et le sirupeux façon soap opéra bas de gamme. De retour chez elle, Linda, interprétée par l'inconnue Sallee Young, va passer le plus clair de son temps à geindre, à se plaindre, à pleurnicher, clamant à qui veut l'entendre qu'elle veut rester seule pour lutter d'elle-même et reprendre le dessus mais incendie son mari de reproches quand celui-ci n'est pas présent. Faudrait savoir ce qu'elle veut hein. Bon, je compatis quand même car la pauvre femme n'est pas aidée. Son mari (interprété par le célèbre hardeur Harry Reems !) la trompe sans arrêt avec une plantureuse demoiselle (normal, c'est un chirurgien...) et passe le plus clair de son temps chez cette dernière, prétextant devoir monter des gardes à l'hôpital (un grand classique...). Des camarades de son jeune voisin s'amuse à lui faire peur, ce qui ravive de terribles souvenirs du viol. Seul son médecin semble ressentir un peu de compassion pour Linda. On passe donc plus d'une heure à s'ennuyer devant l'écran, à subir une réalisation molle et sans inventivité, que ne rehausse pas des scènes répétitives et un casting plutôt mauvais. Vient donc les dernières vingt minutes, durant lesquelles les jeunes du coin vont s'infiltrer dans la maison de Linda pour lui flanquer la frousse. Manque de bol, elle a complètement pété les plombs et son esprit ne réclame que vengeance envers la gent masculine ! On se dit "chouette, un peu de meurtres et de massacre" mais on déchante encore très vite puisque si meurtres il y a, ils sont d'une médiocrité exemplaire et même l'utilisation d'un hachoir ne viendra pas égayer nos yeux. On appréciera quand même un peu (mais juste un peu...) la progression de la folie mentale chez Linda, qui devient complètement barge. Le dernier plan du film est peut-être ce qu'il y a de mieux. Ça ne fait pas beaucoup...

NOTE : 1/6


Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire