Légende pour la notation des films

Bienvenue dans mon univers filmique ! Ma mission ? (Re)voir tous mes films, séries Tv, documentaires et concert, tous genres confondus, sur tous supports, Vhs, Dvd, Dvd-r, Blu-ray (avec aussi les diffusions télévisées ou cinéma), et vous donner mon avis de façon simple et pas prise de tête sur chaque titre (re)vu ! C'est parti !

Légende pour la notation des films / 6

* * * * * * Nul / * * * * * * Mauvais / * * * * * * Passable / * * * * * * Moyen / * * * * * * Bien / * * * * * * Excellent / * * * * * * Chef-d'oeuvre
* * * * * * : The Only One. Le Seul, l'Unique, le film fétiche de l'auteur de ce blog...

AVERTISSEMENT : Certaines bandes-annonces ou extraits de films peuvent heurter la sensibilité du jeune public.


mardi 23 avril 2013

GRIZZLY LE MONSTRE DE LA FORÊT

GRIZZLY LE MONSTRE DE LA FORÊT
(Grizzly)

Réalisateur : William Girdler
Année : 1976
Scénariste : Harvey Flaxman, David Sheldon
Pays : Etats-Unis
Genre : Horreur, Animaux dangereux
Interdiction : -12 ans
Avec : Christopher George, Andrew Prine, Richard Jaeckel, Joan McCall, Joe Dorsey...


L'HISTOIRE : Le parc national de Yellowstone, endroit propice au camping et aux randonnées, voit sa tranquillité être mise à rude épreuve par un féroce grizzly qui massacre tout sur son passage et se montre responsable de plusieurs morts violentes. Le chef de la réserve met son équipe sur le coup mais ses efforts sont contrecarrés par son supérieur…

MON AVIS : Pour surfer sur le succès mondiale du film Les Dents de la Mer sorti en 1975, William Girdler va reprendre quasi à l'identique la trame du film de Steven Spielberg mais en l'adaptant à la terre ferme. Exit le requin, bienvenue au grizzly. A bien y regarder, Grizzly le monstre de la forêt ne peut soutenir la comparaison avec son homologue maritime. Evidemment, tout est mieux dans le film de Spielberg. Mais William Girdler sait y faire et son film s’avère être une sympathique série B, qui comporte quelques longueurs et maladresses certes, avec notamment un casting assez fade, mais qui bénéficie d’un nombre élevé de morts et surtout d’une violence assez graphique dans son ensemble, ce qui réjouira certainement les fans du genre. Tout comme le célèbre requin, le grizzly ne montrera sa frimousse que vers les trois quarts du film ; auparavant, la caméra en vue subjective qui progresse dans les feuillages et au milieu des arbres est de rigueur et le procédé parvient à créer un certain suspense, accompagné par des grognements sonores nous indiquant que le monstre de la forêt n’est pas venu conter fleurette aux campeurs et randonneurs du coin. La séquence d’introduction est à ce titre une franche réussite et la mort bien gore de deux jolies campeuses nous met de suite dans le bain. William Girdler n’a pas lésiné sur les effets chocs et sur l’utilisation de l’hémoglobine lors des attaques du grizzly et cette générosité sanglante fait partie intégrante du charme du film. Chaque mort violente nous en donnera pour notre argent, les effets les plus mémorables étant la décapitation d’un cheval (du jamais vu !!) et le sectionnement de la jambe d’un petit garçon. Ces séquences, intervenant ponctuellement, viennent rattraper un rythme pas toujours très soutenu. Mais dans l'ensemble, le film vaut le détour et devrait plaire aux amateurs de long métrages d'attaques animales.

NOTE : 4/6



Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire