Légende pour la notation des films

Bienvenue dans mon univers filmique ! Ma mission ? (Re)voir tous mes films, séries Tv, documentaires et concert, tous genres confondus, sur tous supports, Vhs, Dvd, Dvd-r, Blu-ray (avec aussi les diffusions télévisées ou cinéma), et vous donner mon avis de façon simple et pas prise de tête sur chaque titre (re)vu ! C'est parti !

Légende pour la notation des films / 6

* * * * * * Nul / * * * * * * Mauvais / * * * * * * Passable / * * * * * * Moyen / * * * * * * Bien / * * * * * * Excellent / * * * * * * Chef-d'oeuvre
* * * * * * : The Only One. Le Seul, l'Unique, le film fétiche de l'auteur de ce blog...

AVERTISSEMENT : Certaines bandes-annonces ou extraits de films peuvent heurter la sensibilité du jeune public.


mercredi 24 avril 2013

LES ORGIES DE CALIGULA

LES ORGIES DE CALIGULA
(Roma : L'antica chiave dei sensi)

Réalisateur :  Lorenzo Onorati
Année : 1985
Scénariste : Gianfranco Parolini, Dan Kelly
Pays : Italie
Genre : Péplum, Érotique
Interdiction : -12 ans
Avec : Robert Gligorov, Sandra Venturini, Aldo Ralli, Francesco Romei, Maurice Poli...


L'HISTOIRE : L'empereur Caligula plonge Rome dans sa folie et organise orgies et jeux de cirque barbares, provoquant la désapprobation des partisans de la République. Lors d'un combat entre deux belles esclaves, Caligula est attirée par l'une d'elles, Lysia. Cette dernière a pour mission secrète d'assassiner l'empereur mégalomane...

MON AVIS : Le personnage de Caligula devait forcément attirer les réalisateurs de cinéma Bis et on le retrouve dans quelques films, principalement des péplums érotiques, tels Caligula de Tinto Brass (1979), Caligula la véritable histoire de Joe d'Amato (1981), Caligula et Messaline de Bruno Mattei (1981), Una Virgen para Caligula de Jaime J. Puig (1982) ou bien encore Les Folles nuits de Caligula de Roberto Bianchi Montero (1977). En 1985 débarque Les Orgies de Caligula de Lorenzo Onorati qui poursuit la mode du péplum érotique en mettant en scène la vie très romancée de l'empereur sanguinaire. La qualité du film est très en deçà des titres précités et on sent que le budget n'était pas à la hauteur des ambitions, si ambitions il y avait. Ce qui choque le plus sont les nombreux stock-shots maladroitement insérés dans le film, certainement empruntés à de vieux péplums, et dont la qualité d'images diffère avec le film lui-même, ce qui fait qu'ils ne passent pas inaperçus. Si la majorité du casting féminin passe le plus clair de son temps dénudée, il n'y a pas grand chose à se mettre sous la dent niveau scènes érotiques hormis la tenue d’Ève des actrices. Plus dommageable, l'absence de violence alors que celle-ci faisait tout le charme du film de Joe d'Amato par exemple. Traiter des méfaits du tyran mégalo sans tortures ni effusion de sang n'est pas à mettre dans les points positifs du film d'Onorati et on aurait apprécier que le réalisateur laisse libre cours à son imagination et en donne pour son argent aux spectateurs s'attendant à un spectacle décadent, déviant, pervers et barbare. Tout ce que Les Orgies de Caligula n'est pas. Le film s'avère assez inoffensif en fait et n'a pas la démesure ou la puissance du classique de Tinto Brass ou de Joe d'Amato. On s'amusera de voir l'empereur tenir en laisse trois esclaves marchant à quatre pattes comme des chiens mais à part ça, les extravagances du cinéma Bis italien ne sont pas de mises ici. L'acteur Robert Gligorov manque également d'un certain charisme pour être réellement crédible dans son personnage. Bref, Les orgies de Caligula est un petit film Bis fauché et sans grande prétention, qui n'est pas déplaisant mais qui est loin quand même de provoquer un enthousiasme débridé.

* Disponible en Dvd chez BACH FILMS

NOTE : 2/6


Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire