Légende pour la notation des films

Bienvenue dans mon univers filmique ! Ma mission ? (Re)voir tous mes films, séries Tv, documentaires et concert, tous genres confondus, sur tous supports, Vhs, Dvd, Dvd-r, Blu-ray (avec aussi les diffusions télévisées ou cinéma), et vous donner mon avis de façon simple et pas prise de tête sur chaque titre (re)vu ! C'est parti !

Légende pour la notation des films / 6

* * * * * * Nul / * * * * * * Mauvais / * * * * * * Passable / * * * * * * Moyen / * * * * * * Bien / * * * * * * Excellent / * * * * * * Chef-d'oeuvre
* * * * * * : The Only One. Le Seul, l'Unique, le film fétiche de l'auteur de ce blog...

AVERTISSEMENT : Certaines bandes-annonces ou extraits de films peuvent heurter la sensibilité du jeune public.


samedi 13 avril 2013

MASKS

MASKS
(Masks)

Réalisateur : Andreas Marschall
Année : 2011
Scénariste : Andreas Marschall
Pays : Allemagne
Genre : Giallo
Interdiction : -16 ans
Avec :  Susen Ermich, Julita Witt, Michael Balaun, Lucyna Bialy, Lisa Blaschke...


L'HISTOIRE : Dans les années 70, le professeur de théâtre Matteusz Gdula a mis au point une méthode d’interprétation révolutionnaire. Après la mort de plusieurs étudiants et le suicide du professeur, la méthode Gdula a été interdite. 40 ans plus tard, Stella, apprentie comédienne, est acceptée au cours Matteusz Gdula. Alors que d’étranges événements se déroulent dans l’une des ailes de l’école. Stella pense que la méthode est toujours enseignée : elle va tenter d’y participer, à ses risques et périls...

MON AVIS : Genre typiquement italien, le giallo, qu'on croyait mort et enterré, connaît un regain d'intérêt ces derniers temps, avec des œuvres comme Amer, Blackaria, La Solitude des nombres premiers ou le futur L'étrange couleur des larmes de ton corps. Même l'Allemagne s'y met et prouve avec Masks qu'elle en connaît tous les codes ! En effet, le réalisateur Andreas Marschall nous a concocté un giallo moderne et original, rendant un vibrant hommage aux classiques de Mario Bava, Dario Argento ou Sergio Martino, à qui le film est d'ailleurs dédié. Tous les ingrédients sont réunis : trauma familial, musique avec un thème répétitif qui reste dans les esprits, jeu de lumière et décors inquiétants, assassin mystérieux, meurtres violents à l'arme blanche (ici un fleuret, ça change du traditionnel couteau et c'est tout aussi efficace), érotisme, suspense et scénario intriguant. Le tout associé à la froideur de l'image du cinéma allemand. Et ça marche ! Les puristes du genre ne manqueront pas évidemment de citer Suspiria comme autre référence marquante de Masks, et ils auront raison. L'école de danse a cédé sa place à une école de théâtre mais les allusions sont trop nombreuses pour n'être qu'accidentelles. Qu'importe de toute façon puisque le spectateur y trouve largement son compte. Esthétisant, Masks fait preuve d'une belle inventivité et d'une solide recherche au niveau de la mise en scène. Le film se permet également quelques percutantes scènes de meurtres qui raviront les amateurs. Si le scénario nous perd parfois dans ses méandres, l'ensemble est solide, nerveux. Le final est apocalyptique et plonge littéralement dans l'horreur. L'ambiance devient plus que malsaine au fur et à mesure de la progression des événements. Bien qu'imparfait et comportant de légères baisses de rythme, Masks est un  long métrage à découvrir et il devrait trouver son public de par ses nombreuses qualités.

NOTE : 4/6



Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire