Légende pour la notation des films

Bienvenue dans mon univers filmique ! Ma mission ? (Re)voir tous mes films, séries Tv, documentaires et concert, tous genres confondus, sur tous supports, Vhs, Dvd, Dvd-r, Blu-ray (avec aussi les diffusions télévisées ou cinéma), et vous donner mon avis de façon simple et pas prise de tête sur chaque titre (re)vu ! C'est parti !

Légende pour la notation des films / 6

* * * * * * Nul / * * * * * * Mauvais / * * * * * * Passable / * * * * * * Moyen / * * * * * * Bien / * * * * * * Excellent / * * * * * * Chef-d'oeuvre
* * * * * * : The Only One. Le Seul, l'Unique, le film fétiche de l'auteur de ce blog...

AVERTISSEMENT : Certaines bandes-annonces ou extraits de films peuvent heurter la sensibilité du jeune public.


dimanche 19 mai 2013

LE SANG DU VAMPIRE

LE SANG DU VAMPIRE
(Blood of the Vampire)

Réalisateur : Henry Cass
Année : 1958
Scénariste : Jimmy Sangster
Pays : Angleterre
Genre : Epouvante, Savants fous
Interdiction : -12 ans
Avec : Donald Wolfit, Vincent Ball, Barbara Shelley, Victor Maddern, William Devlin...


L'HISTOIRE : Transylvanie, 1874. Des villageois exécutent sauvagement un homme accusé de vampirisme. Un scientifique parvient à le ressusciter grâce à une transplantation du cœur. Quelques années plus tard, on le retrouve à la tête d’un asile d’aliénés implanté dans une forteresse. Dénommé à présent Callistratus, il expérimente des transfusions sanguines sur ses patients et va se servir du nouveau prisonnier, John-Pierre, médecin, pour l'aider dans ses recherches...

MON AVIS : Attention à l'affiche française plus que trompeuse, auquel s'ajoute le titre du film lui-même qui pourra induire en erreur les spectateurs venus voir un authentique film de vampires. Le sang du vampire n'est pas un film de vampire. Point de canines acérées venant mordre dans le cou de jeunes femmes apeurées ici, ni de Comte ténébreux pouvant se transformer en chauve-souris. Le film de Henry Cass, réalisé la même année que Le Cauchemar de Dracula, est en fait une très habile variation du mythe vampirique. L'originalité du scénario, signé par le talentueux Jimmy Sangster, bien connu pour son importante contribution à la Hammer Films, vient justement du fait que son personnage principal, le sinistre docteur Callistratus, travaille sur la transfusion sanguine afin de rester en vie, d'où le rapprochement avec le thème du vampire. Nous sommes donc en présence d'un film de "savant fou" qui bénéficie de somptueux décors et d'une très belle photographie, typique des productions d'épouvante anglaise de l'époque. Principal attrait du film, l'étonnante composition de l'acteur de théâtre Donald Wolfit, qui interprète donc Callistratus. Avec son faciès de hibou et ses gros sourcils, l'acteur en impose à l'écran et donne à son personnage tout le côté sinistre et sadique requit. Qu'importe le nombre de victimes choisies parmi les pensionnaires de son asile, seul le résultat compte ! La présence de Karl, l'assistant bossu et défiguré du médecin fou, le décor froid de l'asile ainsi que l'inquiètante pièce située au sous-sol, véritable laboratoire des horreurs, donnent un réel aspect angoissant au film, que la partition musicale vient augmenter. La présence de la jolie Barbara Shelley apporte un peu de douceur à ce film qui s'avère audacieux et relativement cruel, à l'image du méchant gardien chef et de ses chiens affamés, toujours sur le qui-vive pour réprimer la moindre tentative d'évasion. Sur un rythme assez soutenu, Le sang du vampire enchaîne les événements sans temps morts et fait la part belle au jeu des acteurs. Cerise sur le gâteau, l'éditeur Artus Films nous offre la version intégrale du film qui réintègre quelques plans passés à la trappe de la censure de l'époque. Des scènes coupées intéressantes, notamment celle où Karl s'amuse à terrifier quelques demoiselles enchaînées à un poteau dans la salle de torture de Callistratus. Si vous êtes amateurs de films d'épouvantes gothiques, ruez-vous sur Le sang du vampire toute affaire cessante.

* Disponible en Dvd chez Artus Films

NOTE : 5/6





Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire