Légende pour la notation des films

Bienvenue dans mon univers filmique ! Ma mission ? (Re)voir tous mes films, séries Tv, documentaires et concert, tous genres confondus, sur tous supports, Vhs, Dvd, Dvd-r, Blu-ray (avec aussi les diffusions télévisées ou cinéma), et vous donner mon avis de façon simple et pas prise de tête sur chaque titre (re)vu ! C'est parti !

Légende pour la notation des films / 6

* * * * * * Nul / * * * * * * Mauvais / * * * * * * Passable / * * * * * * Moyen / * * * * * * Bien / * * * * * * Excellent / * * * * * * Chef-d'oeuvre
* * * * * * : The Only One. Le Seul, l'Unique, le film fétiche de l'auteur de ce blog...

AVERTISSEMENT : Certaines bandes-annonces ou extraits de films peuvent heurter la sensibilité du jeune public.


dimanche 9 juin 2013

CONAN

CONAN
(Conan the Barbarian)

Réalisateur Marcus Nispel 
Année : 2011
Scénariste : Thomas Dean Donnelly, Joshua Oppenheimer, Sean Hood
Pays : Etats-Unis
Genre : Heroïc-Fantasy
Interdiction : -12 ans
Avec : Jason Momoa, Stephen Lang, Ron Perlman, Rachel Nichols, Rose McGowan...


L'HISTOIRE : Après avoir vu son père être tué par Kalar Zhym, chef d'une horde de guerriers venu récupérer la dernière partie d'un masque magique censé lui apporter un pouvoir absolu, le jeune Conan n'aura plus qu'un but dans la vie : retrouver le meurtrier et venger son père. Sa quête va le conduire à travers de nombreuses contrées et il va devoir affronter de multiples dangers avant d'atteindre son but. Le temps lui est compté car Kalar Zhym a découvert la cachette de Tamara, dernière descendante d'une lignée de Necromancien, dont le sang pur va servir à activer les pouvoirs du masque...

MON AVIS : Quand Marcus Nispel (réalisateur du remake de Massacre à la tronçonneuse en 2003, de Pathfinder en 2007 et de Vendredi 13 en 2009) a annoncé son intention de réaliser un nouveau Conan, les critiques n'ont pas tarder à fuser de toute part. Comment serait-il possible de rivaliser avec Conan le Barbare de John Milius ? Comment faire oublier Arnold Schwarzenegger ? Comment apporter un souffle épique sans la partition de Basil Poledouris ? Personnellement, j'étais plutôt confiant car le réalisateur a prouvé qu'il savait manier une caméra et il avait déjà abordé l'Héroïc-Fantasy avec Pathfinder et ses combats de vikings. Qui plus est, il semblait impossible de faire plus mauvais que le Conan le Destructeur de Richard Fleischer. Bref, c'est en faisant abstraction du classique de 1982 que je m'engageais dans la vision de Conan, version 2011. J'en attendais un spectacle bien bourrin, avec de l'action et de l'aventure, avec de nombreux combats sanglants, avec une jolie demoiselle à sauver, avec des méchants et des monstres à combattre, le tout dans de somptueux paysages. Résultat à la fin du film : quasiment toutes mes attentes ont été comblées ! Si Conan n'est pas le film du siècle ni le meilleur film d'Héroïc-Fantasy qu'on ait vu sur un écran, il faut quand même être très difficile ou vouloir absolument le comparer avec le film de John Milius pour ne pas y prendre du plaisir. L'acteur Jason Momoa, dôté d'une carrure plus qu'athlétique, interprète un Conan réaliste et bien en place. Des muscles, de la force brute, un certain charisme et une propention à massacrer ses ennemis qui fait plaisir à voir. Conan n'hésite jamais à pourfendre ses adversaires ou à leur infliger de graves blessures, le tout avec moult gerbes de sang. Marcus Nispel a réalisé un spectacle barbare où les coups font mal et traduisent bien la férocité qui régnait en ces temps anciens. Notre aventurier se déplace dans de superbes paysages et visuellement, le film est plutôt réussi malgré quelques CGI de moindre qualité. J'aurai aimé avoir un bestiaire plus étoffé mais j'ai du me contenter d'une pieuvre géante et d'hommes des sables. C'est déjà ça. J'ai apprécié toute l'introduction sur la jeunesse de Conan, qui m'a rappelé celle de Léonidas dans 300. Rachel Nichols interprète la jolie demoiselle en détresse et elle s'en sort bien, son destin n'étant pas de tout repos. L'action prédomine et on n'a que peu de temps pour s'ennuyer. La mise en scène se veut moderne, parfois un peu trop (ralentis, montage rapide) mais dans l'ensemble, c'est du bon divertissement. Conan vaut bien mieux que sa triste réputation et si on ne s'arrête pas à détailler tout le film pour y trouver des défauts histoire de le descendre, on passe avec ce film un moment agréable, barbare et distrayant. 

NOTE : 4/6



Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire