Légende pour la notation des films

Bienvenue dans mon univers filmique ! Ma mission ? (Re)voir tous mes films, séries Tv, documentaires et concert, tous genres confondus, sur tous supports, Vhs, Dvd, Dvd-r, Blu-ray (avec aussi les diffusions télévisées ou cinéma), et vous donner mon avis de façon simple et pas prise de tête sur chaque titre (re)vu ! C'est parti !

Légende pour la notation des films / 6

* * * * * * Nul / * * * * * * Mauvais / * * * * * * Passable / * * * * * * Moyen / * * * * * * Bien / * * * * * * Excellent / * * * * * * Chef-d'oeuvre
* * * * * * : The Only One. Le Seul, l'Unique, le film fétiche de l'auteur de ce blog...

AVERTISSEMENT : Certaines bandes-annonces ou extraits de films peuvent heurter la sensibilité du jeune public.


samedi 27 juillet 2013

PUPPET MASTER 3

PUPPET MASTER 3
(Puppet Master 3 - Toulon's Revenge)

Réalisateur : David DeCoteau
Année : 1991
Scénariste : C. Courtney Joyner 
Pays : Etats-Unis
Genre : Horreur
Interdiction : -12 ans
Avec : Guy Rolfe, Richard Lynch, Ian Abercrombie, Kristopher Logan, Walter Gotell...


L'HISTOIRE : Apprenant qu’André Toulon fait vivre ses marionnettes sans fil, le Dr Hess envoie la Gestapo le kidnapper. Aidé par ses marionnettes, Toulon parvient à s’échapper, mais sa femme, Elsa, est tuée. Pour Toulon, l'heure de la vengeance a sonné et il est bien décidé à supprimer les nazis responsable de la mort de son épouse...

MON AVIS : Il est coutume de dire que lorsqu'un film à succès déclenche l'arrivée d'une tripotée de séquelles, celles-ci ne sont généralement pas du même niveau et se révèlent inférieures à l'original, sauf exception (Le Parrain 2, L'empire contre-attaque). A ces deux films prestigieux, on pourra ajouter notre Puppet Master 3 ! Incroyable car le film est réalisé par David DeCoteau, qui est, il faut le reconnaître, capable de tout mais surtout du pire. Disposant d'un budget relativement appréciable pour ce type de série B (le plus gros budget pour une production Full Moon) et surtout d'un très bon scénario, DeCoteau va nous épater avec une mise en scène plus que correcte, une direction d'acteur convaincante (Richard Lynch en tête) mais surtout une envie de bien faire qui fait plaisir à voir. Le ressenti positif lors de la vision du film n'en est donc que plus grand et c'est vraiment avec délectation qu'on visionne cette préquelle qui va nous en apprendre plus sur André Toulon et ses marionnettes, dont une inédite jusqu'à maintenant, le superbe cow-boy à six bras et six pistolets ! Une histoire qui se déroule durant l'Allemagne nazie donc et qui donne lieu à un film en costumes. Niveau décors, reconstitution et cotumes, c'est encore du tout bon même s'il ne faut pas s'attendre à voir une production phraonique à la Cécil B. deMille évidemment. Mais on sent vraiment que l'équipe technique a fait un vrai travail soigné qui confère réalisme et efficacité à Puppet Master 3. Le travail sur les marionnettes est lui aussi à la hausse et la joyeuse équipe n'a jamais été aussi bien mise en valeur. On appréciera de découvrir l'origine de la création de Mme Leech par exemple, ainsi que le pourquoi du look de Blade, ma marionnette préférée. Le scénario ne lésine pas sur les détails et donne même une épaisseur et une consistance au récit ma foi fort bienvenue et pour ainsi dire inattendue : la nature même des marionnettes, ce qu'elles étaient "avant" et donc l'impact qu'elles ont sur le spectateur en étant décuplé. S'il se permet deux petites séquences amusantes avec de jolies filles dénudées et possédant une poitrine taille XL, ce qui ravira les fans masculins, David DeCoteau montre une véritable retenue par rapport à tout ce qu'il a pu faire par la suite, et notamment dans les années 2000, et il se concentre vraiment sur l'histoire, la mise en scène et sur les éléments dramatiques et horrifiques. Puppet Master 3 en sort résolument grandi et s'avère très certainement le meilleur épisode de toute la saga : plus mature, plus adulte, plus sérieux. Vraiment excellent.

* DISPONIBLE EN DVD CHEZ ARTUS FILMS

NOTE : 5/6



Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire