Légende pour la notation des films

Bienvenue dans mon univers filmique ! Ma mission ? (Re)voir tous mes films, séries Tv, documentaires et concert, tous genres confondus, sur tous supports, Vhs, Dvd, Dvd-r, Blu-ray (avec aussi les diffusions télévisées ou cinéma), et vous donner mon avis de façon simple et pas prise de tête sur chaque titre (re)vu ! C'est parti !

Légende pour la notation des films / 6

* * * * * * Nul / * * * * * * Mauvais / * * * * * * Passable / * * * * * * Moyen / * * * * * * Bien / * * * * * * Excellent / * * * * * * Chef-d'oeuvre
* * * * * * : The Only One. Le Seul, l'Unique, le film fétiche de l'auteur de ce blog...

AVERTISSEMENT : Certaines bandes-annonces ou extraits de films peuvent heurter la sensibilité du jeune public.


jeudi 22 août 2013

KING KONG (2005)

KING KONG
(King Kong)

Réalisateur : Peter Jackson
Année : 2005
Scénariste : Fran Walsh, Philippa Boyens, Peter Jackson
Pays : Nouvelle-Zélande, Etats-Unis, Allemagne
Genre : Aventure, Fantastique, Romance
Interdiction : /
Avec : Naomi Watts, Jack Black, Adrien Brody, Thomas Kretschmann...


L'HISTOIRE : New York, 1933. Ann Darrow est une artiste de music-hall dont la carrière a été brisée net par la Dépression. Se retrouvant sans emploi ni ressources, la jeune femme rencontre l'audacieux explorateur-réalisateur Carl Denham et se laisse entraîner par lui dans la plus périlleuse des aventures. Ce dernier a dérobé à ses producteurs le négatif de son film inachevé. Il n'a que quelques heures pour trouver une nouvelle star et l'embarquer pour Singapour avec son scénariste, Jack Driscoll, et une équipe réduite. Objectif avoué : achever sous ces cieux lointains son génial film d'action. Mais Denham nourrit en secret une autre ambition, bien plus folle : être le premier homme à explorer la mystérieuse Skull Island et à en ramener des images. Sur cette île de légende, Denham sait que "quelque chose" l'attend, qui changera à jamais le cours de sa vie...

MON AVIS : C'est en 2005 que Peter Jackson réalise son rêve de gosse : rendre hommage au chef d'oeuvre réalisé en 1933 par Merian C. Cooper et Ernest B. Schoedsack, King Kong. Si cette version moderne d'un des plus grands films de l'histoire du cinéma ne possède pas le charme de l'original, force est de constater qu'au niveau du spectaculaire, le film de Peter Jackson en a sous le capot. Le spectateur est embarqué durant trois heures dans une magnifique aventure, bénéficiant de décors colossaux et d'effets-spéciaux époustouflants. La reconstitution des années 30 est d'une grande qualité, le soin apporté aux costumes et autres objets de l'époque est phénoménal. Evidemment, c'est bien la découverte de Skull Island qui constitue le point d'orgue du film : tribu primitive inquiétante, muraille géante censée protéger la population d'une menace, dinosaures en pagailles évoluant dans un véritable monde perdu et scènes d'action au rythme effréné viennent dynamiser un spectacle déjà haut en couleurs avant l'apparition de celui qu'on attendait tous : le roi Kong ! Le plus célèbre des gorilles est d'une beauté et d'un réalisme renversant. C'est un véritable prodige qu'a réalisé l'équipe des infographistes de WETA, on pourrait quasiment compté le nombre de poils présents dans la fourrure de Kong dans certain plan. Plus encore, ses attitudes et surtout son regard expriment plus d'émotions que certains acteurs humains ! Un tour de force qui nous fait adhérer entièrement à la cause de Kong. Son duo avec l'actrice Naomi Watts (magnifique ici) est tantôt drôle, tantôt bouleversant. La belle et la bête dans l'une de ses plus belles représentations. Car si Peter Jackson nous en met plein la vue à travers des séquences dantesques (le combat entre Kong et les Tyranosaurus Rex entre autre) qui font hurler les enceintes et le caisson de basse du système Home Cinéma, le réalisateur n'en oublie pas pour autant que King Kong, c'est avant tout une romance, une histoire d'amour entre une belle jeune femme et un primate gigantesque. La grande réussite du film provient vraiment de ces séquences émotionnelles auxquelles on croit. Le final sur le toit de l'Empire State Building est plus que touchant et ce gorille géant entièrement crée sur un ordinateur (tout en bénéficiant de la gestuelle d'Andy Serkis) parvient à nous arracher des larmes lorsqu'il regarde sa dulcinée alors qu'il est à bout de force et qu'il sait que cette fois, le combat est perdu. S'il n'est pas exempt de quelques défauts (une phase d'exposition un peu trop longue à mon goût par exemple, Adrien Brody plutôt fade, les ralentis inutiles...), le King Kong de Peter Jackson reste un grand spectacle de haute volée, un blockbuster qui possède des scènes somptueuses et des plans incroyables, magnifiés par la musique de James Newton Howard.

NOTE : 4/6


Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire