Légende pour la notation des films

Bienvenue dans mon univers filmique ! Ma mission ? (Re)voir tous mes films, séries Tv, documentaires et concert, tous genres confondus, sur tous supports, Vhs, Dvd, Dvd-r, Blu-ray (avec aussi les diffusions télévisées ou cinéma), et vous donner mon avis de façon simple et pas prise de tête sur chaque titre (re)vu ! C'est parti !

Légende pour la notation des films / 6

* * * * * * Nul / * * * * * * Mauvais / * * * * * * Passable / * * * * * * Moyen / * * * * * * Bien / * * * * * * Excellent / * * * * * * Chef-d'oeuvre
* * * * * * : The Only One. Le Seul, l'Unique, le film fétiche de l'auteur de ce blog...

AVERTISSEMENT : Certaines bandes-annonces ou extraits de films peuvent heurter la sensibilité du jeune public.


samedi 14 septembre 2013

LES COLTS DE LA VIOLENCE

LES COLTS DE LA VIOLENCE
(Mille dollari sul nero / $1,000 on the Black)

Réalisateur : Alberto Cardone
Année : 1966
Scénariste : Ernesto Gastaldi, Rolf Olsen, Vittorio Salerno, Giorgio Stegani
Pays : Italie, Allemagne
Genre : Western
Interdiction : -16 ans
Avec : Anthony Steffen, Gianni Garko, Erika Blanc, Roberto Miali, Sieghardt Rupp...


L'HISTOIRE : Après avoir purgé une longue peine de prison pour un crime qu’il n’a pas commis, Johnny rentre chez lui. Il se rend vite compte que son frère, Sartana, est devenu un bandit redoutable, à la tête d’une bande de pillards, dictant sa propre loi dans la région. Il a, de plus, fait sienne la femme que Johnny aimait, et couvre leur mère de bijoux volés. Johnny va barrer le chemin à Sartana et entreprendre sa vengeance fratricide...

MON AVIS : Quel western mes amis ! Énorme découverte pour ma part que Les Colts de la Violence, qui m'a littéralement enthousiasmé durant 100 minutes. Si il y a bien quelques petites longueurs parfois, elles disparaissent bien vite devant l'exubérance et l'ambiance de folie qui règne tout au long du métrage. Principale cause de cet engouement : le personnage de Sartana, interprété par le génial Gianni Garko. L'acteur a volontairement surjoué son personnage, l'amenant à un stade de folie furieuse assez élevé, et ce, pour notre plus grande joie. Véritable psychopathe, ne vivant que pour dominer et rabaisser ceux qui l'entourent, il n'hésite pas à tuer sans aucune raison, à prendre un malin plaisir à torturer les faibles et à s'approprier tout ce qu'il désire, que ce soit l'argent ou les femmes. Et comme il a en plus le consentement de sa chère maman, qui l'admire encore plus quand il se montre sans pitié, vous imaginez bien que sa cruauté n'a aucune limite. Attention au complexe oedipien !! Les Colts de la Violence porte donc bien son nom et se montre parfois d'une brutalité et d'un sadisme exacerbés, ne lésinant pas sur les actes que la morale réprouve. L'action prédomine tout au long du film et on ne compte plus les scènes de fusillades, les tueries gratuites, les intimidations de la population, les brimades sur le shérif et j'en passe. Le tout sur une superbe musique qui vient magnifier les images, les paysages, les décors. Ces derniers sont parfois surréalistes (le repaire de Sartana est un ancien temple inca !) et donnent au film une ambiance à part, hors norme. Pour contrebalancer cette violence, il fallait bien sûr un personnage fort, charismatique. Ce sera donc Anthony Steffen qui s'y colle, interprétant le frère de Sartana. Bien connu des aficionados, l'acteur livre une prestation plus qu'honnête, mais sans être renversante, à contrario de celle de Gianni Garko. La lutte fratricide que vont se livrer les deux frères donnera lieu à des séquences jubilatoires, à l'instar de celle où Anthony Steffen vient contrecarrer les plans de son frère ennemi et l'empêche de s'en prendre à la population. On est vraiment en plein western spaghetti, avec de nombreuses répliques versant dans l'exagération mais qui ont provoqué de réel sourire sur mon visage. Outre son excentricité et son aspect frénétique (qui pourra même paraître usant parfois, à l'image des gunfight où le bruit incessant des tirs fini par nous fatiguer !), Les Colts de la Violence se montre également dramatique, tragique, telle la scène inédite (présente dans le Dvd édité par Artus Films) dans laquelle les femmes du village viennent implorer la mère de Sartana de mettre fin aux agissements sanglants de son fils. Où comment une mère aveuglée par l'amour qu'elle porte à son fils retrouve le chemin de la raison. Une séquence admirable. Tout comme ce film qui mérite une place de choix dans votre collection.

* Disponible en DVD chez ARTUS FILMS

NOTE : 5/6



1 commentaire:

  1. Encore une critique qui me donne envie de passer à la caisse ! Pas de doute, Artus nous gâte de plus en plus...

    RépondreSupprimer