Légende pour la notation des films

Bienvenue dans mon univers filmique ! Ma mission ? (Re)voir tous mes films, séries Tv, documentaires et concert, tous genres confondus, sur tous supports, Vhs, Dvd, Dvd-r, Blu-ray (avec aussi les diffusions télévisées ou cinéma), et vous donner mon avis de façon simple et pas prise de tête sur chaque titre (re)vu ! C'est parti !

Légende pour la notation des films / 6

* * * * * * Nul / * * * * * * Mauvais / * * * * * * Passable / * * * * * * Moyen / * * * * * * Bien / * * * * * * Excellent / * * * * * * Chef-d'oeuvre
* * * * * * : The Only One. Le Seul, l'Unique, le film fétiche de l'auteur de ce blog...

AVERTISSEMENT : Certaines bandes-annonces ou extraits de films peuvent heurter la sensibilité du jeune public.


samedi 26 octobre 2013

DRIVE

DRIVE
(Drive)

Réalisateur : Nicolas Winding Refn
Année : 2011
Scénariste : Hossein Amini d'après le livre de James Sallis
Pays : Etats-Unis
Genre : Action, Drame, Thriller
Interdiction : -12 ans
Avec :  Ryan Gosling, Carey Mulligan, Bryan Cranston, Oscar Isaac, Ron Perlman...


L'HISTOIRE : Un jeune homme solitaire, "The Driver", conduit le jour à Hollywood pour le cinéma en tant que cascadeur et la nuit pour des truands. Ultra professionnel et peu bavard, il a son propre code de conduite. Jamais il n’a pris part aux crimes de ses employeurs autrement qu’en conduisant - et au volant, il est le meilleur ! Shannon, le manager qui lui décroche tous ses contrats, propose à Bernie Rose, un malfrat notoire, d’investir dans un véhicule pour que son poulain puisse affronter les circuits de stock-car professionnels. Celui-ci accepte mais impose son associé, Nino, dans le projet. C’est alors que la route du pilote croise celle d’Irene et de son jeune fils. Pour la première fois de sa vie, il n’est plus seul. Lorsque le mari d’Irene sort de prison et se retrouve enrôlé de force dans un braquage pour s’acquitter d’une dette, il décide pourtant de lui venir en aide. L’expédition tourne mal…
Doublé par ses commanditaires, et obsédé par les risques qui pèsent sur Irene, il n’a dès lors pas d’autre alternative que de les traquer un à un…

MON AVIS : Sur un scénario qui n'a rien de transcendant et qui recycle des banalités déjà vu ailleurs (histoire de vengeance, arnaque, héros qui se prend d'affection pour une jeune femme élevant seule son enfant en attendant que son mari sorte de prison...), le réalisateur Nicolas Winding Refn parvient pourtant à transcender ce sujet passe-partout grâce à une réalisation hors-pair et hypnotique. Les images qui défilent devant nos yeux ont un pouvoir attractif assez fascinant et on se laisse entraîner dans ce thriller dramatique avec une facilité déconcertante. Les acteurs sont excellents et participent pleinement à rendre l'atmosphère tantôt réaliste, tantôt onirique, à l'instar du héros anti-héros interprété par Ryan Gosling. Personnage quasi mutique, qui nous apparaît touchant par sa générostié et son envie d'aider la jeune Irene, et qui bascule, le temps de quelques scènes ultra violentes, dans une dimension d'ange exterminateur et rédempteur porté par un amour dont on sait qu'il ne pourra aboutir au final. A cet égard, la scène de l'ascenseur est certainement la plus importante du film car c'est là où la transition entre les deux aspects du personnage principal s'effectue. Le regard de Ryan Gosling quand se ferme la porte de l'ascenseur est d'ailleurs lourd de signification : on comprend avec lui qu'Irene vient de "démasquer" la vraie personnalité de son nouvel amoureux et qu'une suite à leur relation n'est plus possible. Le point de non retour a été atteint. Une scène capitale donc. La linéarité du scénario et sa quasi absence de réelle surprise sont rejetées d'un simple revers de la main par des plans virtuoses, une musique trippante, des fulgurances visuelles, des passages silencieux que viennent rompre le bruit et la fureur, des courses-poursuites savemment distillées et maîtrisées. Drive est envoûtant, magnétique pour qui saura se faire embarquer par Ryan Gosling et la mignonne Carey Mulligan. Le film s'impose comme une oeuvre marginale tout en étant capable de ravir un large public. A voir sans hésitation.

NOTE : 5/6



mardi 22 octobre 2013

SPLICE

SPLICE
(Splice)

Réalisateur : Vincenzo Natali
Année : 2009
Scénariste : Vincenzo Natali, Antoinette Terry Bryant, Doug Taylor
Pays : Etats-Unis, France, Canada
Genre : Science-Fiction
Interdiction : -12 ans
Avec :  Adrien Brody, Sarah Polley, Delphine Chanéac, Brandon McGibbon, Abigail Chu...


L'HISTOIRE : Clive et Elsa sont des superstars de la science : ils ont réussi à combiner l’ADN de différentes espèces animales pour obtenir de fantastiques hybrides. Ils sont amoureux l’un de l’autre autant que de leur travail et veulent à présent passer à l’étape suivante : fusionner de l’ADN animal et de l’ADN humain. Lorsque le laboratoire pharmaceutique qui les finance refuse de les soutenir, Clive et Elsa décident de poursuivre leurs expériences en secret. Ils créent Dren, une créature étonnante dont la croissance rapide la fait devenir adulte en quelques mois. Alors qu’ils redoublent d’efforts pour préserver leur secret, leur intérêt scientifique pour Dren se mue peu à peu en attachement. Dren finira par dépasser les rêves les plus fous du couple… et leurs pires cauchemars...

MON AVIS : Après Cube et Cypher, le réalisateur Vincenzo Natali poursuit son exploration de la science-fiction avec Splice. Le film se montre bien plus malin qu'il n'y paraît et aborde des thèmes intéressants et parfaitement rendus à l'écran grâce à la très bonne performance du casting, le trio Adrien Brody / Sarah Polley / Delphine Chanéac étant en majeure partie responsable du succès du film, auquel il faudra ajouter les très bons effets-spéciaux qui sont d'une crédibilité totale. Si Splice met une nouvelle fois les spectateurs en garde contre les dangers de la manipulation de l'ADN, et notamment de l'utilisation de l'ADN humain au cours d'expériences scientifiques, le réalisateur et son équipe de scénaristes ont également cherchés à toucher le public avec un thème plus universel : celui du couple fusionnel, vivant la même passion dans le travail et dans la vie et dont l'arrivée impromptue d'un troisième élément au sein de leur cocon va tout chambouler. La créature que nos deux savants fous ont créé va très rapidement prendre une place de plus en plus importante dans leur vie, allant jusqu'à leur faire commettre des choses que l'éthique réprouve, les faisant braver des interdits qui pourront mettre en danger la vie même de leurs collègues. Le personnage d'Elsa est particulièrement impliquée dans la tragédie qui va suivre la naissance de Dren. La jeune femme n'a en effet jamais connu l'amour de sa mère qui ne s'occupait pas d'elle. Une situation de jeunesse qui l'a marquée à vie puisqu'elle refuse d'avoir un enfant avec Clive. On comprendra alors très rapidement ce que représente la venue au monde de Dren pour elle. La créature génétiquement créé va être pour Elsa l'enfant qu'elle n'a jamais eu avec Clive, qui, lui aussi, va se prendre d'affection pour Dren. L'histoire serait forcément jolie si les scénaristes n'avaient pas prévus de leur mettre des batons dans les roues. Car évidemment, tout ne va pas se passer comme prévu. La suite des événements réserve bien des surprises et certaines scènes sont assez impressionnantes. Splice constitue une bonne surprise, se montre intelligent, maîtrisé et provoque son petit effet.

NOTE : 4/6