Légende pour la notation des films

Bienvenue dans mon univers filmique ! Ma mission ? (Re)voir tous mes films, séries Tv, documentaires et concert, tous genres confondus, sur tous supports, Vhs, Dvd, Dvd-r, Blu-ray (avec aussi les diffusions télévisées ou cinéma), et vous donner mon avis de façon simple et pas prise de tête sur chaque titre (re)vu ! C'est parti !

Légende pour la notation des films / 6

* * * * * * Nul / * * * * * * Mauvais / * * * * * * Passable / * * * * * * Moyen / * * * * * * Bien / * * * * * * Excellent / * * * * * * Chef-d'oeuvre
* * * * * * : The Only One. Le Seul, l'Unique, le film fétiche de l'auteur de ce blog...

AVERTISSEMENT : Certaines bandes-annonces ou extraits de films peuvent heurter la sensibilité du jeune public.


samedi 4 janvier 2014

CONDEMNED TO LIVE

CONDEMNED TO LIVE
(Condemned to live)

Réalisateur : Frank R. Strayer
Année : 1935
Scénariste : Karen DeWolf
Pays : Etats-Unis
Genre : Epouvante
Interdiction : /
Avec : Ralph Morgan, Pedro de Cordoba, Maxine Doyle, Mischa Auer, Russell Gleason...


L'HISTOIRE : Une série de morts violentes rythme les angoissantes nuits d’un petit village. Les victimes ont été retrouvées totalement vidées de leur sang. Les villageois soupçonnent les agissements d’une gigantesque chauve-souris vampire capable de traîner les corps jusqu’à son antre. Un coupable qui n'est pas du goût de David, jeune hômme amoureux de la belle Marguerite, cette dernière devant se marier au vieux professeur Kristan. Le professeur lui-même n'est pas convaincu de la théorie de la chauve-souris vampire...

MON AVIS : Les années 30 et le cinéma d'épouvante ! Une décennie bénie des dieux, principalement grâce aux productions de la Universal bien sûr mais pas seulement. De nombreuses petites sociétés ont également apporté leur contribution au genre, imitant leurs prestigieux homologues. Evidemment, rien de comparable dans le cas qui nous intéresse ici avec le Dracula de Tod Browning ou le Frankenstein de James Whale. Réalisé par Frank R. Strayer (à qui l'ont doit le sympathique The Monster Walks en 1932 ou The Devil Bat en 1933), Condemned to live ne dépaysera pas les amateurs de ces vieux films d'antan et le charme désuet qui s'en dégage fonctionne toujours. Le film n'a évidemment pas la classe ni la stature des titres précités mais on passe un bon moment durant les 65 minutes proposées. Comme dans Frankenstein, le monstre du film de Strayer n'a pas conscience de ses actes et il ne doit cette malédiction qu'à la fatalité, comme on l'apprendra de la bouche d'un de ses amis proches, qui par la même occasion nous explicitera la séquence d'introduction, même s'il ne faut pas sortir de St-Cyr pour l'avoir deviné. Condemned to live flirte avec les histoires de vampires et leur folklore, tout en s'inspirant également du célèbre Dr. Jekyll et Mr. Hyde. Le héros du film, le professeur Kristan, est interprété par Ralph Morgan. Son personnage est un homme bon, serviable, et il est totalement adulé par les villageois, qui lui voue une confiance aveugle. Il est accompagné par Zan, son serviteur bossu (figure classique du cinéma d'épouvante) qui lui est interprété par Mischa Auer. Qui dit bossu dit forcément coupable possible. Mais ce n'est pas à nous qu'on fera gober ça, trop simple. Le pot-aux-roses est de toute façon dévoilé au milieu du film car le réalisateur ne joue pas avec le suspense et préfère s'attarder sur la condition du "monstre-victime". Le manque de moyen apparaît ici particulièrement flagrant et la transformation faisant d'un brave homme une sorte de tueur-vampire ne doit sa réussite qu'au jeu de l'acteur puisqu'aucun maquillage ne viendra l'enlaidir. On pourra trouver ça un peu "cheap" mais Condemned to live n'est qu'une petite production et on fait avec les moyens du bord, allant même jusqu'à réutiliser des décors d'anciennes productions Universal. On trouve néanmoins pas mal de séquences qui ravivent nos souvenirs : villageois armés de torche partant chasser le monstre, héroïne en détresse, nuit lugubre. La meilleure scène reste celle où l'héroïne, en compagnie du monstre sous son étant "normal", se met à éteindre petit à petit les bougies éclairant la pièce où ils se trouvent, ne sachant pas que l'absence de luminosité provoque la transformation fatale. Sympathique sans être exceptionnel, parfois un peu ennuyeux, Condemned to live mérite pourtant d'être vu et malgré son manque d'ampleur et de budget (le tournage ne dura qu'une dizaine de jours) , il reste un petit film sans prétention autre que de divertir.

* Disponible en DVD chez HANTIK FILMS

NOTE : 3/6


Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire