Légende pour la notation des films

Bienvenue dans mon univers filmique ! Ma mission ? (Re)voir tous mes films, séries Tv, documentaires et concert, tous genres confondus, sur tous supports, Vhs, Dvd, Dvd-r, Blu-ray (avec aussi les diffusions télévisées ou cinéma), et vous donner mon avis de façon simple et pas prise de tête sur chaque titre (re)vu ! C'est parti !

Légende pour la notation des films / 6

* * * * * * Nul / * * * * * * Mauvais / * * * * * * Passable / * * * * * * Moyen / * * * * * * Bien / * * * * * * Excellent / * * * * * * Chef-d'oeuvre
* * * * * * : The Only One. Le Seul, l'Unique, le film fétiche de l'auteur de ce blog...

AVERTISSEMENT : Certaines bandes-annonces ou extraits de films peuvent heurter la sensibilité du jeune public.


jeudi 3 avril 2014

LES VIERGES DE LA PLEINE LUNE

LES VIERGES DE LA PLEINE LUNE
(Il plenilunio delle vergini)

Réalisateur : Luigi Batzella, Joe d'Amato
Année : 1973
Scénariste : Ralph Zucker, Alan M. Harris
Pays : Italie
Genre : Epouvante
Interdiction : -16 ans
Avec :  Mark Damon, Rosalba Neri, Esmeralda Barros, Enza Sbordone, Xiro Papas...


L'HISTOIRE : Depuis des années, Karl Schiller recherche l’anneau des Nibelungen, bijou mystique qui confère la puissance à celui qui le possède. Alors qu’il mène une quête archéologique, son frère jumeau, Franz, convoite l’anneau à des fins personnelles. Il devance Karl et se retrouve en Transylvanie, au château du comte Dracula. Là, il rencontre la comtesse, la veuve de Dracula, qui le séduit et le vampirise. Peu après, Karl arrive lui aussi au château, pour découvrir une étrange cérémonie de noces suivie par un sacrifice rituel de jeunes vierges…

MON AVIS : "Pourquoi réalise-t-on des films comme Le Seigneur des Anneaux ou Avatar si on regarde encore de nos jours Les Vierges de la Pleine Lune ?" Cette question a été posée par Rosalba Neri elle-même, dans une interview présente en bonus sur le DVD édité par Artus Films. L'actrice semblait surprise qu'en 2014, cette petite production italienne à faible budget suscite encore de l'intérêt face aux blockbusters nantis d'un budget colossal. Alors oui, le film de Luigi Batzella (réalisé sous le pseudonyme de Paolo Solvay), à qui l'on doit des longs métrages comme Pour Django les salauds ont un prix, Nude for Satan, Erika: Les derniers jours des SS ou bien encore le célèbre Holocauste Nazi, ne peut prétendre rivaliser avec la trilogie de Peter Jackson ou le carton interplanétaire de James Cameron. Néanmoins, tous amateurs de cinéma Bis ne peut que lui vouer une tendresse particulière car il fait partie du patrimoine de la cinéphilie déviante, de ces séries B distrayantes qui n'avaient pour but que d'offrir un plaisir simple aux spectateurs et de perpétrer la tradition du cinéma d'épouvante gothique qui tombait en désuétude en ce début des 70's, face aux nouveaux films d'horreurs bien plus réalistes, tels La dernière maison sur la gauche, L'exorciste ou Massacre à la Tronçonneuse. En plus, il est franchement très sympa ce film de vampires, qui jongle avec la mythologie du Comte Dracula mais aussi avec celle de la Comtesse Bathory ! Si le nom du prince des vampires est explicitement cité à plusieurs reprises dans le film, la célèbre comtesse hongroise se voit affublé d'un autre nom (Comtesse Dolingen de Vries) alors que certaines scènes ne trompent pas sur sa véritable identité. On citera évidemment la superbe séquence dans laquelle Rosalba Neri, entièrement nue dans un cercueil, voit son corps inondé de sang, par l'entremise de sa servante qui lui déverse le précieux liquide rouge via un pot rempli du divin nectar. La suite prendra de grandes libertés avec le personnage puisque cette Comtesse Dolingen de Vries est bien un vampire mais qu'importe, le spectateur n'est pas dupe. Les Vierges de la Pleine Lune mixe donc ambiance gothique, château lugubre, créatures de la nuit aux canines acérées, chauve-souris géante, secte adepte de sacrifices humains, frères jumeaux cherchant un bijou magique, légendes ancestrales et érotisme sensuel dans une bonne alchimie, prompte à satisfaire l'aficionado trouvant son compte dans la vision de films comme Lady Frankenstein, Le château des Messes Noires ou Nude for Satan justement. L'histoire n'est pas initéressante, le casting est assez plaisant, la gent féminine superbement représentée (Rosalba Neri en tête mais aussi la ravissante Enza Sbordone) et la réalisation, malgré un manque de budget, tient bien la route et s'avère travaillée, à l'instar du générique d'introduction par exemple ou de certains placements de caméra. La photographie est également très belle, due à Joe d'Amato. Parfois, Les Vierges de la Pleine Lune vacille dans une sorte de folie psychédélique de bon aloi ou verse carrément dans le kitsch absolu, dans le nanar sympathique (les attaques du vampire chauve, interprété par Xiro Papas, célèbre pour son personnage dans Le Château de l'Horreur réalisé en 1974). En tout cas, l'ennui ne pointe jamais le bout de son nez et on se laisse happer par la beauté vénéneuse de Rosalba Neri, parfaite en épouse du Comte Dracula. C'est parce qu'il est l'un des témoins d'une époque à jamais révolue qu'on s'intéresse encore à ces Vierges de la Pleine Lune et à tous ces films aux charmes d'antan qui possède une patine qu'on ne retrouvera jamais plus dans les productions récentes. A savourer en connaissance de cause.

* Disponible en DVD chez ARTUS FILMS

NOTE : 4/6




Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire