Légende pour la notation des films

Bienvenue dans mon univers filmique ! Ma mission ? (Re)voir tous mes films, séries Tv, documentaires et concert, tous genres confondus, sur tous supports, Vhs, Dvd, Dvd-r, Blu-ray (avec aussi les diffusions télévisées ou cinéma), et vous donner mon avis de façon simple et pas prise de tête sur chaque titre (re)vu ! C'est parti !

Légende pour la notation des films / 6

* * * * * * Nul / * * * * * * Mauvais / * * * * * * Passable / * * * * * * Moyen / * * * * * * Bien / * * * * * * Excellent / * * * * * * Chef-d'oeuvre
* * * * * * : The Only One. Le Seul, l'Unique, le film fétiche de l'auteur de ce blog...

AVERTISSEMENT : Certaines bandes-annonces ou extraits de films peuvent heurter la sensibilité du jeune public.


mardi 27 mai 2014

AVERE VENT'ANNI

AVERE VENT'ANNI
(Avere Vent'Anni / To be Twenty)

Réalisateur : Fernando di Leo 
Année : 1978
Scénariste : Fernando di Leo 
Pays : Italie
Interdiction : -12 ans
Genre : Comédie / Drame
Avec : Gloria Guida, Lilli Carati, Ray Lovelock, Vincenzo Crocitti, Vittorio Caprioli...


L'HISTOIRE : Afin de profiter pleinement de ses vingt ans, la jolie Lia décide de se rendre dans la communauté hippie tenue par un certain Nazariota, à Rome. En chemin, elle rencontre Tina, autre jeune fille désirant profiter de la vie un maximum. Les deux nouvelles copines se mettent en quête de la communauté. La découverte de cette dernière va vite transformer leurs rêves en désillusions…

MON AVIS : "Avoir vingt ans. Je ne laisserai jamais personne dire que c’est le plus bel âge de la vie". Cette citation, extraite du livre de Paul Nizan "Aden Arabia", ouvre le film de Fernando di Leo et une fois celui-ci terminé, on se dira qu’elle a été plutôt bien choisie. Ce réalisateur, scénariste et acteur est bien connu des amateurs de polars urbains à l’italienne puisqu’il a réalisé plusieurs perles dans ce genre, comme Milan Calibre 9, Le Boss, Salut les pourris et d’autres encore, films dans lesquels il laisse éclater son style, à la fois nerveux et cruel. Comme la plupart de ses confrères, Fernando di Leo s’illustre également dans différents genres du cinéma Bis, comme le film de guerre (Roses rouges pour le Fuhrer), le film d’épouvante croisé avec le giallo (Les insatisfaites poupées érotiques du Dr Hitchcock), le film érotique (Brucia ragazzo brucia). A chaque fois, sa générosité à traiter le sujet choisi, en allant au bout de ses idées, quitte à choquer les mœurs bien pensantes, fait mouche. Fernando di Leo aime transgresser les règles, les codes et cela transparaît nettement dans son œuvre. En 1978, il place beaucoup d’espoir dans son nouveau film, Avere vent’anni, dont il a écrit également le scénario, et qui débute comme une sexy comédie, autre genre prépondérant dans la production italienne des années 70, pour se clôturer dans un final apocalyptique et surtout totalement imprévu, qui choque à la fois les censeurs, les distributeurs, les exploitants de salle et le public. Ce final provoque un véritable scandale et entraîne un fiasco total pour le film qui est retiré de l’affiche, censuré, remonté dans le dos de Fernando di Leo, pour se voir réapparaître dans les salles dans une nouvelle version, plus courte d’au moins dix minutes, avec plusieurs scènes raccourcies ou coupées, principalement des séquences érotiques, et surtout, sans ce fameux final qui donne tout l’intérêt au film. De l’avis de Fernando di Leo, Avere vent’anni n’est pas un très bon film, le réalisateur considérant qu’il est passé à côté de son sujet. Pourtant, malgré quelques défauts effectivement (jeu d’acteurs approximatif, scène du commissariat un peu longuette et guère intéressante…), sa vision est plutôt agréable et son "twist" final, qui intervient sans jamais qu’on s’y attende, fait sombrer cette sympathique comédie polissonne dans une brutalité et une noirceur assez corsées. Comme dit un peu plus haut, Avere vent’anni est avant tout une comédie sexy retraçant le parcours de deux jeunes filles qui se lancent à corps et à cris dans la vie, pour profiter de tous les instants présents et goûter à toutes les joies qui leur seront offertes. Pour interpréter ces deux filles débrouillardes et peu farouches, Fernando di Leo a la très bonne idée d’engager deux spécialistes des "sexy comédie", à savoir la brune et insolente Lilli Carati et la blonde affriolante Gloria Guida. Nul doute que le physique, souvent dévêtu, de ces deux créatures de rêves saura combler les amateurs de jolies filles ! Des jolies filles qui n’ont pas froid aux yeux, n’hésitant pas à voler dans les magasins ou à faire du charme aux vendeurs quand elles n’ont plus d’argent. On notera néanmoins que Fernando di Leo n’a pas doté nos deux belles de la même attitude. Lia, interprétée par Gloria Guida, est en effet plus effacée, plus sensible, plus douce et plus réservée que la volcanique Tina, jouée par Lilli Carati, qui pour sa part, veut vivre toutes ses aventures et rencontres à fond, désirant multiplier les expériences sexuelles avec des garçons de passage. Nos deux jeunes insouciantes ne se doutent pas que la vie n’est parfois pas toute rose et elles ne s’attendent pas aux désillusions qui vont venir les frapper de plein fouet, ce qui se traduira pendant plus d’une heure de film par des situations cocasses et drôles, comme lorsque le chef de la communauté leur demande "un loyer" car de nos jours leur explique-t-il, faire vivre une communauté coûte de l’argent, ce qui provoque une colère noire de Tina, qui ira de surprise en surprise. Voyant de nombreux garçons dans la communauté, elle se dit que son désir sexuel va pouvoir être satisfait mais malheureusement pour elle, la gente masculine est totalement sous l’effet de la drogue et préfère passer son temps à dormir ou rêvasser plutôt que de s’occuper d’elle. Du comique de situation qui n’atteint pas toujours son but mais qui fait quand même bien sourire. Qui dit "sexy comédie" dit bien sur érotisme et le film n’en est pas avare, même si tout ça reste bien soft, mais pas désagréable, notamment quand c’est la superbe Gloria Guida qui se retrouve dans le plus simple appareil ou lorsqu’elle décide d’initier sa copine Tina à l’amour saphique, ce qui nous vaudra à nouveau une scène assez marrante puisque nos deux demoiselles vont faire ça devant un homme qui a toujours le visage maquillé de blanc et qui passe son temps dans la méditation et la prière. Sa concentration sera néanmoins mise à rude épreuve dans cette séquence et malgré sa foi en Dieu, il ne pourra résister à jeter quelques coup d’œil sur le sensuel ébat qui se déroule devant lui. Très érotique et très amusante également, la séquence où Tina se rend chez un professeur pour lui vendre une encyclopédie et qu’elle la joue femme fatale, chauffant ce pauvre monsieur de la plus impudique des façons avant de lui faire prendre une douche froide dont il se rappellera ! A travers ces différentes séquences nous montrant l’insouciance et le naturel de ces jeunes filles, qui ne font rien de mal en fait et ne pensent qu’à s’amuser, on peut se demander si Fernando di Leo ne dresserait un constat amer sur la jeunesse décadente, qui, sous prétexte de la jeunesse justement, s’autorise tous les excès, tous les comportements, quitte à franchir les limites du respectable. Fernando di Leo moralisateur ?? On a un peu de mal à le penser et pourtant, le destin tragique qu’il réserve à ses deux héroïnes pourrait le faire croire. En effet, Lia et Tina, réalisant que la liberté promise en venant s’installer dans la communauté n’est en fait qu’illusoire, et après une intervention de la police les obligeant à quitter cet étrange repaire, vont se retrouver dans un bar, et, avec toute la fraîcheur et l’insouciance qui les caractérisent, vont se mettre à danser de façon provocante, n’hésitant pas à s’embrasser même, devant une foule d’hommes qui n’en demandaient pas tant. Les hormones mâles se mettant en action, mais comment leur en vouloir devant les gestes et postures de nos deux belles, la situation se dégrade rapidement, obligeant à nouveau Lia et Tina à quitter ce refuge passager, ne comprenant pas la réaction de ces messieurs, alors qu’elles avaient un comportement pour le moins provocant. Vraiment ? Ne seraient-ce pas les codes de la morale qui ont rendu leur danse provocante et fait naître de fausses illusions dans les esprits masculins ? Toujours est-il que ces hommes, provoqués puis repoussés, ne vont pas s’en tenir là et sous l’impulsion de leur chef, un type avec une gueule patibulaire, ils vont aller retrouver Lia et Tina dans le bois avoisinant afin de leur réserver un sort auquel on ne s’attendait pas du tout. Frappées, violées, Tina allant même jusqu’à être pénétrer violemment avec un énorme bout de bois à de multiples reprises, puis laissées mortes dans l’indifférence générale. Le discours du chef, rappelant que les deux filles ont excité ses hommes pour ensuite ne rien leur proposer en retour, est assez éloquent et parfaitement moralisateur. Si le comportement des deux filles n’avaient pas été source de malentendu, elles seraient encore en vie. On se retrouve avec une morale un peu douteuse, qui tend à justifier le meurtre de deux adolescentes de 20 ans qui voulaient seulement profiter de la vie. Un final qui ne dure que cinq ou six minutes en tout et pour tout, mais qui fait l’effet d’un électrochoc et nous laisse plutôt abasourdi devant notre écran, tant on ne s’y attendait pas. La sexy comedie polissonne se transforme en cinq minutes en un drame horrifique, un rape and revenge dur et âpre, sans la partie revenge en somme. Un tel contraste avec tout ce qui a précédé ne peut que marquer les esprits et on comprend la stupeur qui s’est emparée des spectateurs venus uniquement zieuter les courbes et les charmes de Lilli Carati et Gloria Guida. Le plan final nous les montrant nues, allongées dans l’herbe, mortes, laisse un goût amer dans la bouche. Et on se rappelle alors la phrase d’introduction : "Avoir vingt ans. Je ne laisserai jamais personne dire que c’est le plus bel âge de la vie". La boucle est bouclée ! 

NOTE : 4/6



Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire