Légende pour la notation des films

Bienvenue dans mon univers filmique ! Ma mission ? (Re)voir tous mes films, séries Tv, documentaires et concert, tous genres confondus, sur tous supports, Vhs, Dvd, Dvd-r, Blu-ray (avec aussi les diffusions télévisées ou cinéma), et vous donner mon avis de façon simple et pas prise de tête sur chaque titre (re)vu ! C'est parti !

Légende pour la notation des films / 6

* * * * * * Nul / * * * * * * Mauvais / * * * * * * Passable / * * * * * * Moyen / * * * * * * Bien / * * * * * * Excellent / * * * * * * Chef-d'oeuvre
* * * * * * : The Only One. Le Seul, l'Unique, le film fétiche de l'auteur de ce blog...

AVERTISSEMENT : Certaines bandes-annonces ou extraits de films peuvent heurter la sensibilité du jeune public.


vendredi 16 mai 2014

DU SANG POUR DRACULA

DU SANG POUR DRACULA
(Blood for Dracula / Andy Warhol's Dracula)

Réalisateur : Paul Morrissey, Antonio Margheriti
Année : 1974
Scénariste : Paul Morrissey
Pays : Italie, France
Genre : Horreur
Interdiction : -16 ans
Avec : Joe Dallesandro, Udo Kier, Vittorio De Sica, Silvia Dionisio, Dominique Darel...


L'HISTOIRE : Le comte Dracula est mourrant. En Roumanie, les jeunes filles vierges ont totalement disparu et le comte ne peut plus se nourir. Anton, son fidèle serviteur, l'emmène alors en Italie, pays dans lequel la ferveur catholique devrait leur procurer des vierges. Ils s'installent dans le château de la famille Di Fiore, aristocrates sur le déclin qui ont à leur charge quatre filles célibataires. Des proies de choix pour le comte. Mais les moeurs ont aussi évolué en Italie, surtout que Mario, l'homme à tout faire de la maison, est des plus séduisants...

MON AVIS : Variation trash du mythe vampirique et du personnage romancé de Bram Stoker. Avec Du Sang pour Dracula, on est très loin des vieux films d'épouvante de la Universal ou de la Hammer. Le réalisateur Paul Morrissey, grand ami d'Andy Warhol et auteur de longs métrages tout aussi trash et décadents tels The Loves of Ondine, Flesh, Heat, Trash ou Woman in Revolt, décide donc de moderniser le film de vampire et de présenter une histoire totalement inédite et farfelue ! Imaginez un peu un vampire qui n'a plus de vierges à mordre suite à l'évolution des moeurs ! Le film possède un humour bien marqué qu'on retrouve dans de nombreuses séquences et qui lui donne un côté mi-parodique, mi-sérieux (la défloraison de la petite fille de 14 ans par Mario afin de la sauver des griffes du vampire !). Figure emblématique du film, l'acteur Udo Kier, qui interprète un Dracula fort éloigné de ceux joués par Bela Lugosi ou Christopher Lee. Le pauvre comte affiche un teint plus pâle que d'habitude, affaiblit qu'il est par une diète obligée. Mais il n'est pas au bout de ses peines et Udo Kier parvient à transcender son interprétation de Dracula et à nous faire compatir à son triste sort : vomissant triple boyaux quand il vampirise deux des filles Di Fiore, qui ne sont évidemment pas vierges comme on lui a fait croire ; obligé de se déplacer en fauteuil roulant tant il manque de force ; devant se teindre les cheveux en noir pour paraître en meilleure forme ; devant obéïr à son fidèle serviteur qui peine à lui trouver des vierges. Le film joue très bien sur ces contrastes et le vampire, créature censée représenter la force, le charme, la sexualité, est présenté ici à l'inverse de ce qu'on en attend, pathétique, triste. Une manière originale donc de se détourner des figures imposées et qui fonctionne plutôt bien. Seulement voilà, il est dommage que Paul Morrissey (assisté par Antonio Margheriti) se soit plus attardé sur les notions de libertinage que sur les actions du comte lui-même. Car il faut bien l'avouer : Du Sang pour Dracula est un film certes déroutant mais surtout ennuyeux la plupart du temps. Beaucoup de dialogues pas très intéressants, pas mal de séquences souvent inutiles, beaucoup de scènes érotiques mettant en vedette l'acteur Joe Dallesandro, qui tire lui aussi son épingle du jeu en interprétant un prolétaire en lutte contre la bourgeoisie, mais qui ne parviennent pas à maintenir un rythme alerte et imposent une multitude de longueurs qui font que le spectacle n'est pas celui attendu. On espère que l'action ou l'horreur pointe le bout de son nez mais il faudra attendre le final, joliment gore, pour sortir de notre torpeur. On a un peu de mal à comprendre pourquoi la censure de l'époque s'est montrée si dure avec le film car niveau gore, on a juste le droit à du sang qui dégouline de la bouche de Dracula après qu'il se soit abreuvé au cou des filles Di Fiore et à ses vomissements sanglants. Seule la scène finale, dans laquelle notre vampire se fait littéralement démembrer à coups de hache, fait preuve d'une violence excessive. On a déjà vu plus horrible ! Du Sang pour Dracula peut être vu plus comme une comédie de moeurs érotique critiquant l'aristocratie décadente que comme un véritable film d'horreur. Il conserve pourtant un statut de film culte qui pourra surprendre nombre de spectateurs, qui lui préféreront sans doute Chair pour Frankenstein, film réalisé l'année précédente par le même réalisateur (assisté également par Antonio Margheriti), avec la même équipe et quasiment le même casting. A noter une jolie partition musicale qui contraste avec les rares scènes sanglantes et qui met bien en avant le côté désespéré du comte Dracula.

NOTE : 3/6



Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire