Légende pour la notation des films

Bienvenue dans mon univers filmique ! Ma mission ? (Re)voir tous mes films, séries Tv, documentaires et concert, tous genres confondus, sur tous supports, Vhs, Dvd, Dvd-r, Blu-ray (avec aussi les diffusions télévisées ou cinéma), et vous donner mon avis de façon simple et pas prise de tête sur chaque titre (re)vu ! C'est parti !

Légende pour la notation des films / 6

* * * * * * Nul / * * * * * * Mauvais / * * * * * * Passable / * * * * * * Moyen / * * * * * * Bien / * * * * * * Excellent / * * * * * * Chef-d'oeuvre
* * * * * * : The Only One. Le Seul, l'Unique, le film fétiche de l'auteur de ce blog...

AVERTISSEMENT : Certaines bandes-annonces ou extraits de films peuvent heurter la sensibilité du jeune public.


lundi 19 mai 2014

MANIAC COP 2

MANIAC COP 2
(Maniac Cop 2)

Réalisateur : William Lustig
Année : 1990
Scénariste :  Larry Cohen
Pays : Etats-Unis
Genre : Policier, Horreur
Interdiction : -12 ans
Avec : Robert Davi, Claudia Christian, Michael Lerner, Robert Z'Dar, Bruce Campbell...


L'HISTOIRE : Teresa et Jack vont bientôt pouvoir réintégrer leur service après leur combat contre Matt Cordell. Mais le nouveau commissaire ne veut pas croire à l'existence de ce dernier, supposé mort à la prison de Sing-Sing et il demande aux deux policiers d'aller consulter la psychologue Susan Riley, qui doit également établir un rapport sur l'inspecteur McKinney, un flic aux méthodes assez expéditives. Pendant ce temps, New York vit toujours dans la terreur puisqu'un sérial-killer assassine des strip-teaseuses et que Matt Cordell, bien vivant, continue de se faire justice...

MON AVIS : Conçu avec un faible budget et ayant eu un gros succès en vidéo, le premier Maniac Cop nous laissait sur une ultime image nous montrant la main de Matt Cordell sortir de l'eau après avoir subi un accident de camion lors de son affrontement avec les policiers Jack et Teresa. Il était donc évident qu'une suite allait être mise en chantier et ce sera chose faîte deux ans après avec Maniac Cop 2, réalisé en 1990, toujours par William Lustig et toujours avec Larry Cohen au scénario. Bien conscient que la quasi majorité des séquelles sont moins bonnes que le film original, William Lustig a donc un gros défi à relever. Avec un budget supérieur au premier volet, il poursuit les aventures de Matt Cordell, qui apparaît ici un peu plus humain tout en restant une machine à tuer. Mais le scénario lui donne une raison d'agir ainsi, à savoir restaurer son honneur, bafoué par certains pontes de la police et de la ville elle-même, qui n'ont pas hésiter à l'envoyer en prison afin qu'il arrête de mettre le doigt là où ça fait mal. De tueur psychopathe, Matt Cordell devient donc quasiment une victime et ce monstre sanguinaire devient presque touchant, à la manière de la pauvre créature de Frankenstein. Une référence d'ailleurs revendiquée par le réalisateur, qui a voulu se rapprocher le plus possible du film de Rowland V. Lee, Le Fils de Frankenstein (1939), notamment en ce qui concerne la relation qui s'installe entre le sérial-killer et Matt Cordell. Pour pousser encore plus loin le clin d'oeil à ce film, Lustig va même jusqu'à faire arborer au sérial-killer une barbe hirsute, rappelant dès lors le personnage d'Igor interprété par Bela Lugosi. Suite directe au premier film, on retrouve les deux personnages interprétés par Bruce Campbell et Laurene Landon, cette dernière ayant une scène très sympa dans laquelle elle se retrouve armée d'une tronçonneuse ! Mais ils disparaissent bien vite pour laisser leur place à de nouveaux protagonistes, à savoir le lieutenant McKinney (interprété par Robert Davi et sa trogne reconnaissable entre toute) et la psychologue Susan Riley (interprétée par Claudia Christian, vue dans Hidden en 1987 puis dans une multitude de séries télévisées). Personnellement, malgré les différents points énoncés ci-dessus, je préfère Maniac Cop à Maniac Cop 2. Même si ce dernier est tout à fait recommandable, se montre divertissant et bénéficie de quelques scènes d'actions rondement menées, j'ai plus apprécié le premier volet de par la nature même des actes de Matt Cordell. Dans Maniac Cop 2, les exactions du policier psychopathe sont bien moins violentes et le fait d'avoir rendu ce personnage-clé moins monstrueux, plus accessible, lui faire perdre de son aura de "boogeyman" indestructible. J'ai également trouvé que ce second volet était un peu moins bien maîtrisé que le premier et qu'il se montrait plus paresseux (on a le droit au flashback en intégral nous racontant comment Cordell s'est fait mutilé en prison, flashback qu'on avait déjà vu dans le numéro 1...), moins rythmé, moins nerveux si ce n'est lors du final. Pour ma part, William Lustig n'a pas réussi à vaincre la malédiction qui veut qu'une suite soit moins bonne que l'original car c'est effetcivement le cas avec Maniac Cop 2. Reste donc une série B agréable et pas déshonorante, mais en deça de premier film.

NOTE : 3/6




1 commentaire: