Légende pour la notation des films

Bienvenue dans mon univers filmique ! Ma mission ? (Re)voir tous mes films, séries Tv, documentaires et concert, tous genres confondus, sur tous supports, Vhs, Dvd, Dvd-r, Blu-ray (avec aussi les diffusions télévisées ou cinéma), et vous donner mon avis de façon simple et pas prise de tête sur chaque titre (re)vu ! C'est parti !

Légende pour la notation des films / 6

* * * * * * Nul / * * * * * * Mauvais / * * * * * * Passable / * * * * * * Moyen / * * * * * * Bien / * * * * * * Excellent / * * * * * * Chef-d'oeuvre
* * * * * * : The Only One. Le Seul, l'Unique, le film fétiche de l'auteur de ce blog...

AVERTISSEMENT : Certaines bandes-annonces ou extraits de films peuvent heurter la sensibilité du jeune public.


mardi 13 mai 2014

MASSACRE AU CAMP D'ÉTÉ 3

MASSACRE AU CAMP D'ÉTÉ 3
(Sleepaway Camp 3 : Teenage Wasteland)

Réalisateur : Michael A. Simpson
Année : 1989
Scénariste :  Fritz Gordon, Robert Hiltzik
Pays : Etats-Unis
Genre : Horreur, Comédie, Slasher
Interdiction : -12 ans
Avec : Pamela Springsteen, Tracy Griffith, Michael J. Pollard, Mark Oliver, Haynes Brooke...


L'HISTOIRE : Angela, la psychopathe transsexuelle, parvient à s’intégrer dans un camp de vacances remis à neuf, celui-là même où elle avait trucidé de nombreux adolescents l’année précédente. Le séjour a pour but de réussir une « expérience de partage » et des jeunes issus d’un milieu aisé vont devoir se mélanger à des jeunes défavorisés. Quand Angela va découvrir les mauvaises manières de tous ces jeunes, qu’ils soient bourgeois ou voyous, son penchant meurtrier va vite reprendre le dessus et le massacre va recommencer…

MON AVIS : On prend quasiment les mêmes et on recommence ! Tel pourrait être le slogan de ce troisième chapitre de la saga Sleepaway Camp, débuté en 83 et poursuivit en 88 avec le bien nommé Massacre au camp d’été 2, réalisé par Michael A. Simpson, sur un scénario de Fritz Gordon, avec une musique composée par James Oliverio, des FX de Bill Johnson et dont le rôle principal fut attribué à Pamela Springsteen, sœur du chanteur culte. Ces cinq noms, on les retrouve dans Massacre au camp d’été 3, qui fut tourné immédiatement à la suite du second volet. Ce dernier avait surpris par la tournure humoristique que lui avait donné le réalisateur, bien éloigné du sérieux, voire malsain premier épisode au final traumatisant. Massacre au camp d’été 3 ne change donc rien à ce niveau, on est toujours dans la grosse farce potache avec plein d’adolescent(e)s à massacrer de diverses manières, et toujours dans la bonne humeur ! Notre Angela est donc toujours aux aguets pour débusquer les mauvais garçons et les mauvaises filles, qui ne pensent qu’à fumer des joints, boire de l’alcool ou s’envoyer en l’air. Une tueuse transexuelle gardienne de la moralité ? On aura tout vu ! Son interprète, Pamela Springsteen, continue son petit numéro : très décontractée, lançant des vannes par ci, par là et s’amusant comme une folle à envoyer dans l’au-delà les vilains campeurs et moniteurs. Elle rend ainsi son personnage fort sympathique et on s’amuse avec elle, attendant de découvrir avec quel moyen elle va occire l’intégralité du casting. On notera une petite baisse d’inventivité à ce niveau dans ce troisième chapitre, qui se montre plus banal dans les armes utilisées (hache, pistolet, corde, bout de bois), même si on a droit à une scène très amusante avec un meurtre à la tondeuse à gazon et une autre avec un pétard enfoncé dans le nez de la malheureuse victime ! Malheureusement, les producteurs, voulant obtenir un simple classement « R » de la MPAA, vont charcuter les effets spéciaux de Bill Johnson et le film en souffrira car il se montre vraiment très léger dans le domaine du gore, bien plus que ne l’était déjà le second chapitre. Autre point négatif, le film se montre moins fun que le précédent, se contentant d’enchaîner les victimes sans y mettre véritablement de folie, si bien qu’on finit par trouver ça un peu ennuyant au final. Et ce n’est pas les quelques plans sur les actrices dénudées qui redresseront la barre. Certaines touches d’humour feront mouche (Angela qui pêche avec ses camarades et qui attrape le masque de Jason, qui appartenait à l’une de ses victimes dans le film précédent) mais dans l’ensemble, ça reste assez plat et bien moins divertissant que le chapitre 2. Les personnages sont ultra caricaturaux mais aucun ne se détache vraiment du lot et on se moque éperdument de leur sort. Seule vraie originalité du film, la séquence d’introduction se déroulant non pas en forêt mais dans une ville. On y verra Angela en conductrice de camion à ordures poursuivre une jeune fille dans les rues de la ville avant de l’écraser et de la dissimuler dans la benne de son véhicule. Prenant l’identité de cette fille qui se rendait au camp d’été, Angela part avec le groupe des défavorisés. Lorsque le véhicule emmenant la joyeuse équipe repart, la caméra se focalisera sur le mur d’un immeuble, qui porte le tag « Angela is Back » ! Une entrée en matière qui ne laissait encore une fois aucun doute quant à la direction humoristique de l’œuvre. Massacre au camp d’été 3 ne s’avère donc pas très recommandable et marque un réel essoufflement de la saga, qui pourtant, ne se conclura pas avec ce troisième chapitre, puisqu’un Sleepaway Camp 4 : the survivor a été mis en chantier en 2002 (et reste toujours au stade du film non terminé) et qu’en 2008, le réalisateur du premier volet, Robert Hiltzik lui-même, a tourné Return to Sleepaway Camp, sorti en France sous le titre Blood Camp et dont vous pouvez retrouver la chronique sur ce blog ! Heureux d’avoir repris les rênes de la saga qu’il a lancée, il a remis le couvert en 2011 puisque Sleepaway Camp Réunion est actuellement en production et sera filmé en 3D si le film se fait, ce qui n'est toujours pas le cas en 2014 ! Mais bon, on n’a pas fini de voir des meurtres dans les camps d’été…

* Disponible en DVD chez OH MY GORE

NOTE : 1/6



Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire