Légende pour la notation des films

Bienvenue dans mon univers filmique ! Ma mission ? (Re)voir tous mes films, séries Tv, documentaires et concert, tous genres confondus, sur tous supports, Vhs, Dvd, Dvd-r, Blu-ray (avec aussi les diffusions télévisées ou cinéma), et vous donner mon avis de façon simple et pas prise de tête sur chaque titre (re)vu ! C'est parti !

Légende pour la notation des films / 6

* * * * * * Nul / * * * * * * Mauvais / * * * * * * Passable / * * * * * * Moyen / * * * * * * Bien / * * * * * * Excellent / * * * * * * Chef-d'oeuvre
* * * * * * : The Only One. Le Seul, l'Unique, le film fétiche de l'auteur de ce blog...

AVERTISSEMENT : Certaines bandes-annonces ou extraits de films peuvent heurter la sensibilité du jeune public.


samedi 31 mai 2014

THE TOXIC AVENGER

THE TOXIC AVENGER
(The Toxic Avenger)

Réalisateur : Michael Herz, Lloyd Kaufman
Année : 1984
Scénariste : Joe Ritter
Pays : Etats-Unis
Genre : Gore, Comédie
Interdiction : -12 ans
Avec : Andree Maranda, Mitch Cohen, Jennifer Babtist, Cindy Manion, Gary Schneider...


L'HISTOIRE : La ville de Tromaville, dirigée par un maire totalement corrompu, est devenue la capitale du stockage de déchets radioactifs. Dans le club de remise en forme de la ville, le gringalet Melvin est le souffre-douleur des adhérents, en particulier d'un quatuor infernal spécialisé dans les accidents de voiture intentionnels. Ces derniers font une méchante blague à Melvin qui conduit le pauvre garçon à se jeter par la fenêtre. Après en avoir réchappé en atterrissant tête la première dans un baril de produits radioactifs, une saisissante transformation va avoir lieu et le chétif Melvin va devenir un véritable colosse au faciès monstrueux, qui va s'octroyer la mission de nettoyer les rues de Tromaville de ses loubards. Le Vengeur Toxique va bientôt s'attirer la sympathie des habitants qui voient en lui un héros, ce qui n'est pas du goût du maire...

MON AVIS : Le premier film gore 100% comique clame l'affiche française de ce petit film indépendant à faible budget, qui a su s'imposer par son inventivité et ses excès, devenant rapidement un véritable film culte de par le monde et faisant de son héros monstrueux une véritable icône, revenant dans plusieurs suites, ayant son propre dessin-animé et son propre merchandising ! Ce qui n'est que justice, tant le spectacle proposé par Michael Herz et le célèbre Lloyd Kaufman (fondateur de Troma Films) s'avère des plus jouissifs ! Si les exploits du vengeur toxique ne sont évidemment pas à mettre devant tous les yeux, les amateurs d'humour déjanté et de tripailles seront quant à eux largement comblés par la folie et les débordements gores proposés, avec en prime, une petite touche d'érotisme (avec la volcanique Jennifer Babtist) mais aussi de... romantisme ! Au programme des réjouissances, on trouvera pèle-mêle : des personnages complètement timbrés (dont le fameux Bozo, véritable psychopathe en puissance), des jolies filles qui s'excitent sur des photos de meurtres, un maire pourri jusqu'à l'os, une belle aveugle qui cumule les gaffes et tombera amoureuse de notre héros toxique, des séquences à se pisser dessus (le punching-ball humain, impayable ; la séquence dans laquelle Toxie se venge de Bozo dans sa voiture...) et surtout, une multitude de scènes gores, toujours placées sous le signe de l'humour, et bénéficiant d'effets spéciaux et de maquillages franchement très réussies. Il faut dire que le vengeur toxique n'y va pas par quatre chemins pour nettoyer la ville de ses voyous : doigts crevant les yeux, fracassage de boite crânienne, "gâteau-humain" passé au mixeur, mains plongées dans de l'huile bouillante, bras arraché servant de matraque, naine placée dans une machine à laver, coup de poing dans le ventre ressortant avec les tripes et surtout, le fabuleux "head-crushing" dans la salle de sport, qui restera dans toutes les mémoires des goreux en puissance ! Cerise sur le gâteau, notre super-héros n'oublie jamais de terminer son travail et passe un coup de serpillière sur les lieux, réflexe de son ancien job ! The Toxic Avenger aligne donc sans sourciller un maelström de séquences trash hautement jubilatoires, ne s'impose aucune limite, ne verse jamais dans le politiquement correct et va au bout de son concept avec une générosité et une énergie hallucinante. Outre le "head-crushing" évoqué plus haut, la séquence culte reste pour moi l'effarante virée nocturne du gang à Bozo, qui, pour calmer ses nerfs, s'amuse à chercher une victime isolée sur la route pour lui rouler dessus, ce qui ne manquera pas de lui rapporter des points selon des règles bien établies. Le pauvre petit garçon à vélo qui va croiser leur route ne sait pas ce qui l'attend. Il est incroyable que devant une telle situation d'horreur, qui met en scène un enfant en plus, le tandem Herz / Kaufman ait réussi à faire qu'on prenne du plaisir à la regarder, et même à la rendre comique, aidé en celà par l'acteur qui interprète Bozo, Gary Schneider. Ce dernier apporte à ce personnage une folie et des expressions de visage savoureuses, qui déclenchent chez le spectateur un sourire qui monte jusqu'aux oreilles ! Cette scène est tellement énorme que le jeu hystérique des acteurs la fait devenir quasiment surréaliste et qu'on en oublie son caractère plus que choquant. Bref, amateurs de série B loufoque et gore, ruez-vous sur The Toxic Avenger, un film de super-héros (en tutu !) pas comme les autres et assurément le meilleur film jamais produit par la Troma ! Un vrai classique !

NOTE : 5/6



Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire