Légende pour la notation des films

Bienvenue dans mon univers filmique ! Ma mission ? (Re)voir tous mes films, séries Tv, documentaires et concert, tous genres confondus, sur tous supports, Vhs, Dvd, Dvd-r, Blu-ray (avec aussi les diffusions télévisées ou cinéma), et vous donner mon avis de façon simple et pas prise de tête sur chaque titre (re)vu ! C'est parti !

Légende pour la notation des films / 6

* * * * * * Nul / * * * * * * Mauvais / * * * * * * Passable / * * * * * * Moyen / * * * * * * Bien / * * * * * * Excellent / * * * * * * Chef-d'oeuvre
* * * * * * : The Only One. Le Seul, l'Unique, le film fétiche de l'auteur de ce blog...

AVERTISSEMENT : Certaines bandes-annonces ou extraits de films peuvent heurter la sensibilité du jeune public.


samedi 14 juin 2014

INDEPENDENCE DAYSASTER

INDEPENDENCE DAYSASTER
(Independence Daysaster)

Réalisateur : W.D. Hogan 
Année : 2013
Scénariste : Sydney Roper, Rudy Thauberger 
Pays : Canada
Genre : Science-fiction
Interdiction : /
Avec : Casey Dubois, Iain Belcher, Andrea Brooks, Tom Everett Scott, Keenan Tracey, Garwin Sanford


L'HISTOIRE : Le 4 juillet, jour de la fête nationale des Etats-Unis, la planète est attaquée par des forces extraterrestres. Le seul espoir réside alors dans un duo de choc improbable : celui d'un pompier d'une petite ville et d'un scientifique un peu fou. Ensemble, ils sont les seuls à pouvoir mettre au point l'arme qui sauvera l'humanité toute entière…

MON AVIS : Réalisateur en 2005 de Soldier of God puis de Behemoth, la créature du volcan et Planète Terre en danger en 2011, trois téléfilms passés relativement inaperçus il faut bien le reconnaître, W.D. Hogan remet le couvert en 2013, après être passé par la case « série télé », avec Independence Daysaster, téléfilm de science-fiction canadien qui mange à pas mal de râteliers comme vous allez pouvoir le constater. Une invasion extraterrestre le jour de l’indépendance américaine ? Bonjour Independence Day de Roland Emmerich évidemment. Des entités extraterrestres ayant la forme de machine sortant de sous la terre pour nous anéantir ? Bonjour La Guerre des Mondes de Steven Spielberg ! Un recyclage sauvage qui ne s’arrête pas là et brasse des tonnes de clichés ad nauseam. Franchement, les films qui mettent en avant des enfants sauveurs du monde, j’en ai ras la casquette. Ok, c’est pour du divertissement familial, censé plaire aux petits comme aux grands, mais quand même ! Ici, c’est le fils du Président lui-même l’un des héros, accompagnés par une copine qui est évidemment une crack en informatique et par la sempiternelle figure du pompier (son oncle), comme s’il n’y avait que ces derniers qui sauvait des vies. Pire que tous, le Président des Etats-Unis, seul survivant d’un crash d’hélicoptère ( quelle chance quand même !), va tomber sur deux geeks perdus en pleine campagne, et qui ont la fibre optique, la 3G, la 4G, le satellite et un matériel informatique de dernier cri. Bien sûr, les deux ados se révèlent être évidemment de redoutables hackers, parvenant à détourner les codes de l’armée rien qu’en fermant les yeux et en tapotant sur le clavier ! Pratique pour mettre le Président en contact avec ses conseillers, certes, mais bon, niveau crédibilité, je ne sais pas trop, moi j’ai eu plutôt du mal à gober tout ça. Ce n’est pas que les acteurs soient mauvais, au contraire, ils font leur travail et ce, de manière plus que correcte. Mais les entendre débiter autant d’âneries ou de répliques bien lourdes, ça ne tire pas vraiment le téléfilm vers le haut. En plus, le scénariste a boosté l’aspect patriotique de l’histoire et cette mise en avant de l’Amérique toute puissante est tout aussi gonflante que dans Independence Day. On le sait déjà que l’Amérique est la seule nation qui peut sauver le monde, même sans l’intervention de Bruce Willis, donc pas la peine de nous le répéter sans cesse. Malgré ces remarques fâcheuses, tout n’est pas à jeter dans Independence Daysaster. W.D. Hogan s’en sort plutôt pas mal niveau rythme, l’action est bien présente à l’écran et ne nous laisse pas souvent le temps de nous ennuyer. L’histoire met aussi en avant la soif de pouvoir du vice-Président, qui ne prendra que des mauvaises décisions, aveuglés par son nouveau rôle à tenir et son amour de la guerre. Toute ressemblance avec un ancien Président ne serait que fortuite. Niveau effets-spéciaux, c’est le règne de l’image de synthèse comme on pouvait s’en douter. Si certaines incrustations sont assez hasardeuses ou trop voyantes, la majorité des CGI est assez bien réalisée et nous en donne pour notre argent. Les extraterrestres ont une apparence de sphères foreuses qui sortent de terre, peuvent voler, s’ouvrir en deux pour laisser apparaître une lame dentée acérée (on croirait des Golgoth dans Goldorak…), pratique pour aller exploser les avions de défense de l’armée. On assiste à pas mal de scènes de destruction, le film, comme son titre l’indique, mêlant film catastrophe et science-fiction. Les rebondissements sont multiples et les attaques des êtres venus d’ailleurs assez nombreuses. Le final dans l’espace est assez plaisant et le plan final bien dans l’esprit 80’s. Bref, Independence Daysaster est un téléfilm qui reste d’un niveau assez correct pour ce type de production SyFy, entaché par un scénario fourre-tout, passe-partout et sans originalité aucune. Contradictoirement, ça se laisse regarder sans déplaisir, en famille, tout en restant dispensable… 

* Disponible en DVD et BR chez Free Dolphin / Zylo

NOTE : 3/6


Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire