Légende pour la notation des films

Bienvenue dans mon univers filmique ! Ma mission ? (Re)voir tous mes films, séries Tv, documentaires et concert, tous genres confondus, sur tous supports, Vhs, Dvd, Dvd-r, Blu-ray (avec aussi les diffusions télévisées ou cinéma), et vous donner mon avis de façon simple et pas prise de tête sur chaque titre (re)vu ! C'est parti !

Légende pour la notation des films / 6

* * * * * * Nul / * * * * * * Mauvais / * * * * * * Passable / * * * * * * Moyen / * * * * * * Bien / * * * * * * Excellent / * * * * * * Chef-d'oeuvre
* * * * * * : The Only One. Le Seul, l'Unique, le film fétiche de l'auteur de ce blog...

AVERTISSEMENT : Certaines bandes-annonces ou extraits de films peuvent heurter la sensibilité du jeune public.


jeudi 10 juillet 2014

STARSHIP TROOPERS

STARSHIP TROOPERS
(Starship Troopers)

Réalisateur : Paul Verhoeven
Année : 1997
Scénariste : Edward Neumeier
Pays : Etats-Unis
Genre : Science-fiction
Interdiction : -12 ans
Avec : Casper Van Dien, Denise Richards, Dina Meyer, Jake Busey, Michael Ironside...


L'HISTOIRE : Au XXIVe siècle, une fédération musclée fait régner sur la Terre l'ordre et la vertu, exhortant sans relâche la jeunesse à la lutte, au devoir, à l'abnégation et au sacrifice de soi. Mais aux confins de la galaxie, une armée d'arachnides se dresse contre l'espèce humaine et ces insectes géants rasent en quelques secondes la ville de Buenos-Aires. Cinq jeunes gens, cinq volontaires à peine sortis du lycée, pleins d'ardeurs et de courage, partent en mission dans l'espace pour combattre les envahisseurs. Ils sont loin de se douter de ce qui les attend...

MON AVIS : Si le film de Paul Verhoeven avait créé une belle polémique sur son aspect soit-disant fascisant, le réalisateur hollandais jouant admirablement bien avec l'imagerie martiale du IIIème Reich pour appuyer sa satire (drapeau sans équivoque, troupe militaire alignée au millimètres près, embrigadement de la jeunesse, costume de cuir noir pour les officiers supérieurs évoquant ceux des SS...), critiquant et égratignant au passage l'Amérique avec force et détermination, il n'en reste que Starship Troopers demeure, quelques dix-sept ans plus tard, un spectacle de très haut niveau qui n'a toujours pas pris une ride ! C'est un véritable opéra inter-galactique, un film de guerre science-fictionnel jubilatoire, barbare, qui bénéficie d'effets-spéciaux époustouflants et de séquences d'anthologies. Le casting est juste parfait, avec des personnages attachants et totalement à leur place. Casper Van Dien interprète Johnny Rico, jeune homme désirant s'engager dans l'armée pour devenir un vrai citoyen et défendre sa patrie malgré la non-approbation de ses parents. Une patrie menacée par la terrible menace arachnide, des insectes belliqueux peuplant la planète Klandatu qui colonisent d'autres planètes et menace la paix dans l'univers. Pour lutter contre les arachnides, Johnny Rico peut compter sur ses amis, dont les deux ravissantes actrices du film, la charmante Denise Richards et la sexy Dina Meyer. La première partie du film, après une scène d'introduction dantesque qui nous place directement au coeur de l'action et nous laisse entrevoir un potentiel énorme pour la suite, nous fait partager la vie de ce petit groupe de volontaires, entre match de football américain, fête, conflit amoureux, ce qui nous rend ces personnages fort attachants. S'ensuit l'entrée à l'armée, qui n'est pas sans nous rappeler le film Full Metal Jacket, avec sergent instructeur autoritaire, entraînement rigoureux, espoir et désillusion d'une jeunesse trop jeune pour aller faire la guerre. Ces prémices au spectacle virtuose et démentiel qui nous attend ensuite sont rondement menées et développent pleinement la psychologie de nos futurs héros, avec qui on va vibrer et prendre bien du plaisir devant notre écran. Car une fois la guerre ouvertement déclarée, Starship Troopers devient un croisement entre space-opéra et western, dans lequel nos cow-boys soldats vont devoir lutter contre des indiens aux formes insectoïdes diversifiées. Depuis Aliens le Retour en 86, jamais on n'avait vu une telle guerre entre humains et extraterrestres ! Filmés avec une fougue et un dynamisme percutant, les combats assurent un divertissement au top niveau, ne lésinant jamais à nous montrer les dégâts causés aux uns et aux autres avec moults détails sanguinolents (corps déchirés en deux ; bras, jambes, têtes sectionnées ; pattes d'arachnides perforant les torses, les crânes...), le tout bénéficiant encore une fois d'effets-spéciaux impressionnants de réalisme et ce, même de nos jours. L'apparition d'une sorte de cafard gigantesque émergant du sol est un grand moment de cinéma et on se retrouve les yeux rivés sur l'écran et la bave aux lèvres. Paul Verhoeven nous fait même un hommage au sublime Alamo de John Wayne, avec la scène se déroulant dans une base en forme de fort justement, et balance des milliers d'arachnides face à une poignée de soldats impuissants devant l'ampleur de l'invasion. Comme dans la réalité, la guerre devient carnage, boucherie et les morts se comptent par milliers, issus d'une jeunesse héroïque mais envoyée au casse-pipe par une administration qui n'a que faire de cette chair à canon. Ces séquences sont amplifiées par une partition musicale puissante, lyrique et parfaitement adaptée, qui renforce l'impression de fureur dévastatrice des scènes de guerre apocalyptiques. Jouissif au plus haut degré, Starship Troopers est une oeuvre magistrale, qu'on revoit toujours avec la même satisfaction et dont les implications socio-politiques de Paul Verhoeven apparaissent de plus en plus clair à chaque nouvelle vision. Avec ses personnages caricaturaux à l'extrême et une accumulation de clichés, qui servent évidemment le propos du film et qui ne sont pas mis là par hasard, avec son humour acide et sa mise en scène éclatante, tonitruante, Starship Troopers est l'un des plus grands films de S-F jamais réalisés tout en étant un vibrant plaidoyer anti-militariste, bardé d'humour noir, bénéficiant d'un casting haut de gamme (mention spéciale à Michael Ironside et Clancy Brown) et qui reste toujours d'actualité.

NOTE : 6/6



Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire