Légende pour la notation des films

Bienvenue dans mon univers filmique ! Ma mission ? (Re)voir tous mes films, séries Tv, documentaires et concert, tous genres confondus, sur tous supports, Vhs, Dvd, Dvd-r, Blu-ray (avec aussi les diffusions télévisées ou cinéma), et vous donner mon avis de façon simple et pas prise de tête sur chaque titre (re)vu ! C'est parti !

Légende pour la notation des films / 6

* * * * * * Nul / * * * * * * Mauvais / * * * * * * Passable / * * * * * * Moyen / * * * * * * Bien / * * * * * * Excellent / * * * * * * Chef-d'oeuvre
* * * * * * : The Only One. Le Seul, l'Unique, le film fétiche de l'auteur de ce blog...

AVERTISSEMENT : Certaines bandes-annonces ou extraits de films peuvent heurter la sensibilité du jeune public.


lundi 18 août 2014

THOR LE GUERRIER

THOR LE GUERRIER
(Thor il Conquistatore)

Réalisateur : Tonino Ricci
Année : 1983
Scénariste : Tito Carpi
Pays : Italie
Genre : Heroic-fantasy
Interdiction : /
Avec : Bruno Minniti, Maria Romano, Malisa Longo, Raf Baldassarre, Luigi Mezzanotte...


L'HISTOIRE : Tout juste sorti du ventre de sa mère, Thor se voit privé de l'amour de ses parents, ces derniers étant massacrés par la horde de Gnut. Thor ne doit son salut qu'à Etna, sorcier ami de son père ayant la particularité de pouvoir se tranformer en chouette, qui l'élève comme son fils. Devenu un robuste guerrier, Thor va devoir remplir une mission au nom de Teisha, déesse vénérée par Etna : retrouver l'épée de son père, acquérir des graines de semence afin d'apporter prospérité sur la Terre et venger la mort de ses parents. Sa quête connaîtra de nombreuses embûches...

MON AVIS : Raconté comme ça, le scénario de Thor le Guerrier n'est pas plus mauvais que celui d'autres films d'heroic-fantasy et laissait présager un divertissement sympathique dont l'action prend part en des temps reculés. Dès les premières images, aucun doute à l'horizon : on a bien compris, ce film italien de Tonino Ricci, réalisé sous son pseudonyme américanisé d'Anthony Richmond, est un sous-Conan le Barbare mais quand je dis "sous", c'est vraiment très "sous" ! On est à des milliers de kilomètres de profondeurs même ! Pour faire bref, Thor le Guerrier est un nanar haut de gamme qui risque fort de mettre vos zygomatiques à rude épreuve. Tout est risible au plus haut point, des décors aux acteurs, des dialogues aux combats. Dès la scène d'introduction, avec un combat qu'on croirait filmé au ralenti, on sait qu'on tient un sérieux concurrent à Yor, Le Chasseur du Futur et la suite nous donnera amplement raison. Devenu adulte, Thor (qui s'est quand même pris une flèche dans le cou alors qu'il n'était qu'un nouveau-né mais qui a survécu, si, si) va devoir affronter mille périples et dangers pour mener à bien la quête dont il était destiné dès sa naissance apparemment. Comme son père adoptif, le sorcier Etna, est un peu trop vieux pour le suivre dans ses péripéties, il se change en chouette, ce qui lui permet de l'accompagner néanmoins tout en étant moins fatigué ! Pas bête le sorcier ! Il a un rôle assez important dans le film d'ailleurs, puisqu'en plus d'éduquer Thor, il est également narrateur du film ! Si c'est vrai !  Il nous raconte donc tout ce qu'on est déjà en train de voir à l'écran et se lance dans des monologues interminables que même Thor trouve chiant ! Ce dernier est quand même bien content que le sorcier lui explique quoi faire avec la "femelle" qu'il vient de délivrer au cours d'un affrontement titanesque. Pas mal misogyne le sorcier puisqu'il explique bien à son protégé qu'une femelle n'est là que pour offrir du plaisir et qu'il ne faut pas être trop gentil avec elle. Inénarrable. Attention Thor à ne pas trop te fatiguer non plus car tu vas devoir affronter ensuite un très méchant orc puis la redoutable tribu des "vierges guerrières" ! Nous, pauvre spectateur trop crédule, on s'attend à voir débarquer une horde d'amazones ultra sexy mais le réalisateur, n'ayant apparemment pas eu un gros budget, préfère faire simple et en envoie seulement trois pour lutter contre son héros à la coupe de cheveu impeccable mais aux muscles d'acier. Nos amazones ne manqueront pas de nous faire bien rire, notamment avec leur splendide casque, un simple panier en osier retourné et légèrement customisé pour qu'elles y voient quelque chose. Zack Snyder et ses casques de spartiates dans 300 peut aller se rhabiller. Après avoir gagné son combat et éliminé deux amazones, Thor se dira finalement que la petite partie de jambe-en-l'air avec l'autre "femelle" était sympa et qu'il recommencerait bien. Il choisit donc de laisser la vie sauve à Ina, qui, d'abord réticente, finira par tomber follement amoureuse de ce guerrier body-buildé, jusqu'à devenir sa femme et lui offrir un fils. C'est beau le romantisme ! Mais avant cet heureux dénouement, d'autres péripéties sont à l'honneur ! Notre couple de tourtereaux va devoir sortir vivant des assauts d'un clan de cannibales aux visages fraîchement peinturlurés ! Une fois fait, et sans même recourir à la violence, Thor va découvrir sous la statue d'une idole quelconque les fameuses graines tant recherchées ! C'était si simple ! Après un autre combat qu'il remporte haut la main, Thor va devenir le chef d'une tribu pacifiste et leur apprendre à cultiver le sol, pourtant bien aride vu qu'il ne pleut jamais. Pas grave, le scénariste a marqué que les graines allaient quand même germer donc on les fait pousser, no problemo ! Tout irait pour le mieux dans le meilleur des mondes si l'infâme Grut n'était de retour ! Pas de bol pour Thor, il perd le combat et se retrouve avec les deux yeux brûles à la torche. Ca ne plaisantait pas en ces temps là, il faut bien le reconnaître. Comme le film n'est pas terminé, ça la fout mal d'avoir un monsieur muscle aveugle donc petite pirouette scénaristique, Thor prend quelques feuilles et met dessus le venin du serpent qu'à fait apparaître Etna ; une recette miracle puisque les brûlures au troisième degré s'estompent comme par magie et Thor retrouve la vue. Et il n'est pas content le bougre, parce que le méchant Grut est devenu le chef de sa tribu et garde en esclavage sa femme Ina. Une bonne raison pour aller se battre une nouvelle fois. Mais là, pas question de perdre. Etna fait apparaître un cheval blanc pour que son protégé gagne le combat ! Pas bête comme idée ! Je ne vous gâcherais pas la surprise du dénouement final, ce n'est pas mon genre. En tout cas, on a bien rigolé devant les tenues ahurissantes des comédiens, le faciès et les expressions bovines de ces derniers, les combats dignes d'un John Woo sous lexomil, les dialogues insipides mais rigolos, la mise en scène pachydermique, les effets-spéciaux d'un autre âge (ah ben vu où se situe l'action, c'est normal me dit-on dans l'oreillette...) et le souffle héroïque totalement absent. J'espère que le casting a été grassement rémunéré et il est tout à leur honneur de n'avoir pas tenté de faire disparaître ce film de leur filmographie respective. En l'état, Thor le Guerrier décroche certainement une place sur le podium des films d'heroic-fantasy les plus fauchés et les plus nuls jamais réalisés. Après, nanar ou navet, à vous de voir...

NOTE : 1/6


Un petit extrait parce que Thor le vaut bien :

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire