Légende pour la notation des films

Bienvenue dans mon univers filmique ! Ma mission ? (Re)voir tous mes films, séries Tv, documentaires et concert, tous genres confondus, sur tous supports, Vhs, Dvd, Dvd-r, Blu-ray (avec aussi les diffusions télévisées ou cinéma), et vous donner mon avis de façon simple et pas prise de tête sur chaque titre (re)vu ! C'est parti !

Légende pour la notation des films / 6

* * * * * * Nul / * * * * * * Mauvais / * * * * * * Passable / * * * * * * Moyen / * * * * * * Bien / * * * * * * Excellent / * * * * * * Chef-d'oeuvre
* * * * * * : The Only One. Le Seul, l'Unique, le film fétiche de l'auteur de ce blog...

AVERTISSEMENT : Certaines bandes-annonces ou extraits de films peuvent heurter la sensibilité du jeune public.


vendredi 19 septembre 2014

L'HOMME A LA TÊTE COUPÉE

L'HOMME A LA TÊTE COUPÉE
(Las ratas no duermen de noche)

Réalisateur : Juan Fortuny
Année : 1973
Scénariste : Juan Fortuny, Marius Lesoeur, H.L. Rostaine
Pays : France, Espagne
Genre : Policier, Epouvante
Interdiction : -12 ans
Avec : Paul Naschy, Silvia Solar, Olivier Mathot, Evelyne Scott, Claude Boisson...


L'HISTOIRE : Lors d'un cambriolage qui s'est mal passé, le chef de gang Jack Surnett est grièvement blessé par balle à la tête. Ses complices veulent le sauver coûte que coûte. Ils réquisitionnent un médecin alcoolique qui leur fait faire la connaissance d'un chirurgien expert dans les opérations du cerveau. Ce dernier a besoin d'un cerveau compatible pour effectuer des greffes. Comble de l'ironie, la seule personne ayant un taux de compatibilité adéquat est "le sadique", gangster et ennemi juré de Surnett...

MON AVIS : Commençons par avertir les lecteurs de ce blog que L'homme à la tête coupée est un production Eurociné ! Oui, ça calme d'entrée de jeu évidemment ! La célèbre firme française de Marius Lesoeur a produit bon nombre de films, tous genres confondus, qui s'apparentent plus au nanar qu'au chef-d'oeuvre, il faut bien le reconnaître. On citera pour mémoire leur titre culte, Le Lac des Morts-Vivants bien sûr ! L'homme à la tête coupée fait partie des nombreuses co-production franco-espagnole d'Eurociné et bénéficie de la présence de l'acteur Paul Naschy, célèbre comédien ibérique spécialisé dans les rôles de loups-garous entre autre. Je ne sais pas si le film dont on parle ici est un de ceux qu'il affectionne le plus (ça m'étonnerait fortement !), en tout cas, il a sûrement du se demander ce qu'il était venu faire dans cette galère. Vous me direz, il n'a pas grand chose à faire car une fois son cerveau endommagé, il reste allongé avec un bandage autour de la tête durant quasiment tout le film. Plutôt un rôle reposant donc. Ah oui, pour la petite histoire, j'ai visionné cette "oeuvre" vers 4h du matin, alors qu'il faisait trop chaud et que je n'arrivai pas à dormir, le trouvant sur le "replay" de Canal Satellite. Eurociné + Paul Naschy + film d'horreur. Il n'en fallait pas plus pour aiguiser ma curiosité, surtout que ce film ne m'était pas inconnu en terme de (triste) réputation mais je n'avais jamais eu l'occasion de le voir. C'est donc chose réparée. Etait-ce une bonne idée pour autant ? Je ne me suis pas rendormi, c'est déjà ça. Mais honnêtement, L'homme à la tête coupée n'a rien d'un bon film. Le réalisateur Juan Fortuny hésite constamment entre film policier et film d'horreur, le polar prenant d'ailleurs largement le pas sur l'aspect horrifique. Toute la crème des acteurs Eurociné est là, Olivier Mathot en tête, et l'entreprise dérive rapidement vers le nanar improbable, avec des situations exubérantes et non-sensiques, un comique involontaire, des "gueules" et des répliques hilarantes ou déprimantes au choix, et un sentiment de film ni fait ni à faire permanent qui s'empare de vous et ne vous lâche que lorsque débute le générique de fin. On en arrive presque à frôler l'amateurisme et j'imagine déjà la tête du spectateur lambda qui ne connaîtrait pas le "style Eurociné", s'attendant à voir un vrai film d'horreur, ce que suggère amplement le titre. A mettre au diapason de L'homme à la tête coupée, la longue séquence dans laquelle deux sbires de Surnett doivent kidnapper le "sadique" et trouver un moyen de lui couper la tête ! Hilarant et assez hallucinant. La dernière demi-heure n'est pas en reste non plus puisque l'opération est une réussite, laissant enfin Paul Naschy s'agiter devant la caméra. Telle la créature de Frankenstein, les instincts primaires et bestiales du "sadique" vont prendre possession de son corps et Naschy va se mettre à agresser quelques femmes ayant la malchance de se trouver dans les parages, toujours avec son bandage autour de la tête. Impayable. Je me demande en fait si la vocation première de L'homme à la tête coupée n'était pas de faire rire ? En tout cas, il y réussi plutôt souvent à défaut d'autre chose...

NOTE : 1/6


Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire