Légende pour la notation des films

Bienvenue dans mon univers filmique ! Ma mission ? (Re)voir tous mes films, séries Tv, documentaires et concert, tous genres confondus, sur tous supports, Vhs, Dvd, Dvd-r, Blu-ray (avec aussi les diffusions télévisées ou cinéma), et vous donner mon avis de façon simple et pas prise de tête sur chaque titre (re)vu ! C'est parti !

Légende pour la notation des films / 6

* * * * * * Nul / * * * * * * Mauvais / * * * * * * Passable / * * * * * * Moyen / * * * * * * Bien / * * * * * * Excellent / * * * * * * Chef-d'oeuvre
* * * * * * : The Only One. Le Seul, l'Unique, le film fétiche de l'auteur de ce blog...

AVERTISSEMENT : Certaines bandes-annonces ou extraits de films peuvent heurter la sensibilité du jeune public.


mardi 3 mars 2015

HORSEHEAD

HORSEHEAD
(Horsehead)

Réalisateur : Romain Basset
Année : 2014
Scénariste : Romain Basset, Karim Chériguène
Pays : France
Genre : Fantastique, Insolite
Interdiction : -12 ans
Avec : Lilly-Fleur Pointeaux, Catriona MacColl, Murray Head, Philippe Nahon...


L'HISTOIRE : Après trois ans d'absence, Jessica revient au domicile familial pour assister au funérailles de sa grand-mère Rose. La tension entre la jeune fille et sa mère est palpable, cette dernière ne s'en étant jamais vraiment occupé. Heureusement pour Jessica, elle trouve une oreille attentive auprès de son beau-père. Une attention qu'elle apprécie car depuis son plus jeune âge, elle est en proie à de violents cauchemars dans lesquels elle voit un curieux homme-cheval qui perturbe fortement ses nuits. Lors d'un nouveau cauchemar, elle voit sa grand-mère en train de fouiller dans des documents et cherchant une clé. Ayant fait des études de psychologie des rêves, Jessica va tenter de comprendre le sens de ses visions nocturnes...

MON AVIS : Premier long métrage de Romain Basset (initialement intitulé Fièvre), Horsehead risque fort de déconcerter et de diviser les spectateurs. Le film n'est en effet pas un divertissement pop-corn et demandera un réel effort d'attention et surtout une participation émotionnelle et une immersion totale dans son univers. Horsehead prend en effet la forme d'un cauchemar en forme de puzzle mystérieux, plongeant son héroïne dans un univers effrayant, onirique, fantasmatique, gore et érotique. Les rêves peuvent être mortels, on le sait depuis 1984 et Les Griffes de la Nuit de Wes Craven. Romain Basset nous le confirme à nouveau avec Horsehead et malmène la ravissante Lilly-Fleur Pointeaux, jeune actrice de 26 ans qui s'en sort haut la main et parvient à donner une vraie sensibilité à son personnage torturé par des visions récurrentes et particulièrement tétanisantes, qui sont remplies de symboles, tels le loup ou cet extraordinaire homme-cheval, véritable oeuvre d'art à lui tout seul. On s'en doute, les cauchemars de Jessica, tout comme ceux de Nancy dans le film de Craven, ne sont pas là uniquement pour parsemer le film de séquences fantastiques et chocs (et elles le sont !) mais également pour participer au développement de l'histoire et sont autant de pièces à assembler pour la jeune fille, tout comme pour le spectateur qui tente lui aussi de comprendre et de faire la lumière sur ce qu'on devine être un secret de famille inavouable. Horsehead, de par son ambiance savamment travaillée, de par sa mise en scène brillante, de par sa splendide photographie, de par sa modernité également, nous plonge donc dans une sorte de conte gothique dont on veut connaître tous les aboutissants. Si, comme moi, vous vous faites happer par l'histoire, le film deviendra totalement hypnotique et vous n'arriverez pas à décoller votre rétine des splendides images qui défilent sur l'écran. Effectivement, tout n'est pas simple à suivre et on a souvent l'impression d'être un peu largué, de perdre ses repères. Par certains aspects, Horsehead m'a fait pensé au Inferno de Dario Argento : les deux films ont en commun d'être énigmatique, fascinant, d'une beauté picturale totale, mais aussi assez hermétique et difficile d'accès. Le casting est vraiment bon, on prend plaisir à retrouver Catriona MacColl en mère pas franchement exemplaire mais aussi Philippe Nahon ou le chanteur Murray Head. Plus l'intrigue avance, plus Romain Basset dévoile les mystères entourant cette famille brisée et se laisse aller à exploiter des thèmes certes déjà traités, comme le carcan que représente une éducation religieuse stricte par exemple, mais il le fait de manière intelligente et ce, notamment, à travers la figure du "Cardinal". Les scènes de cauchemars bénéficient d'un soin tout bonnement prodigieux pour ce genre de film indépendant (et français !) et on félicitera David Scherer, Jacques-Olivier Molon, Adrien Pennequin et les équipes des effets-spéciaux et de maquillage pour leur travail remarquable et qui participe amplement à offrir à Horsehead un splendide écrin pour pouvoir créer son ambiance à la fois fantasmagorique et envoûtante. N'oublions pas la musique de Benjamin Shielden, qui sert à merveille le film. A l'instar de Lords of Salem de Rob Zombie en 2012, Horsehead est pour ma part l'une des plus intéressantes propositions du cinéma fantastique vues depuis longtemps. Laissez-vous aller, laissez-vous bercer et tenter cette expérience atypique et loin du préfabriqué qu'on nous sert à longueur de temps en ce moment...

* Disponible en DVD chez RIMINI EDITIONS

NOTE : 5/6



Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire