Légende pour la notation des films

Bienvenue dans mon univers filmique ! Ma mission ? (Re)voir tous mes films, séries Tv, documentaires et concert, tous genres confondus, sur tous supports, Vhs, Dvd, Dvd-r, Blu-ray (avec aussi les diffusions télévisées ou cinéma), et vous donner mon avis de façon simple et pas prise de tête sur chaque titre (re)vu ! C'est parti !

Légende pour la notation des films / 6

* * * * * * Nul / * * * * * * Mauvais / * * * * * * Passable / * * * * * * Moyen / * * * * * * Bien / * * * * * * Excellent / * * * * * * Chef-d'oeuvre
* * * * * * : The Only One. Le Seul, l'Unique, le film fétiche de l'auteur de ce blog...

AVERTISSEMENT : Certaines bandes-annonces ou extraits de films peuvent heurter la sensibilité du jeune public.


lundi 17 août 2015

LES MARAIS DE LA HAINE

LES MARAIS DE LA HAINE
(Gator Bait)

Réalisateur : Beverly Sebastian, Ferd Sebastian
Année : 1974
Scénariste :  Beverly Sebastian
Pays : Etats-Unis
Genre : Drame, Rape & Revenge
Interdiction : -12 ans
Avec : Claudia Jennings, Sam Gilman, Douglas Dirkson, Clyde Ventura, Bill Thurman ...


L'HISTOIRE : Billy Boy, fils du shérif, et son ami Ben Bracken tentent de prendre sur le fait la belle Désirée Thibodeau. Cette dernière, pour assurer la survie de sa jeune sœur Julie et de son petit frère muet Big T, se livre à des activités de braconnage. La confrontation tourne mal et Billy Boy tue Ben par mégarde. Il décide de ne pas raconter la vérité à son père et accuse Désirée du meurtre. La famille Bracken réclame vengeance. Trouvant l'habitation de Désirée au sein des marais, les Bracken, accompagnés du shérif et de son fils, prennent à partie la pauvre Julie qui va subir une agression sexuelle avant d'être froidement abattu par Leroy Bracken. Big T. parvient à s'enfuir et retrouve sa grande sœur qui n'aura alors plus qu'une obsession : venger Julie...

MON AVIS : Avec son marais inhospitalier peuplé d'alligators et de serpents venimeux et avec ses personnages haut en couleurs, Les Marais de la Haine est un vrai "redneck movie", dans le sens noble du terme. La famille Bracken cumule en effet les tares et la dégénérescence qui font tout le charme de ce type de film : pour exemple, l'un des frères, excité au plus haut point par la jolie tenue un peu transparente de sa sœur, n'hésitera pas à lui sauter dessus pour essayer de la violer ! Salopette, visage crasseux, adoration des armes à feu et relation incestueuse, on a tous les clichés du genre et cette facette de la société américaine profonde n'est guère reluisante et fait peur à voir. Bénéficiant du décor naturel d'un marais de Louisiane, le film des frères Sebastian joue dans la cour du drame rural, du rape & revenge et du vigilante movie. La ravissante Désirée, héroïne du film, est interprétée par Claudia Jennings, actrice qui fut playmate pour Playboy et qui trouva la mort à 29 ans lors d'un tragique accident de voiture. Avec sa chevelure rousse incendiaire, elle va devenir un ange de la mort, déjouant les prévisions des cinq hommes à ses trousses qui, pour le coup, vont devenir les chassés et non les chasseurs. Il faut dire que Désirée connaît les marécages comme sa poche et ces derniers vont devenir son terrain de jeu. Si Les Marais de la Haine se montre peu violent, certaines séquences versent quand même dans le graveleux : je citerais la tentative de viol incestueuse déjà évoquée plus haut mais surtout l'agression de Julie. La pauvre jeune fille va subir elle aussi une tentative de viol avant que l'un des frères Bracken, pris d'un coup de folie, ne lui épargne ce triste sort en lui tirant un coup de fusil dans son intimité ! Effet radical garanti ! Malheureusement, le reste n'est pas à l'avenant et même la vengeance de Désirée ne parviendra pas vraiment à nous sortir de la torpeur qui prend possession de notre corps au fur et à mesure que le film progresse. Il faut dire qu'il ne se passe pas grand chose durant les 88 minutes proposées et que les scènes tournent rapidement en rond. On ne compte plus le temps passé à regarder les acteurs se poursuivre en bateau à moteur sur les eaux des marais, le tout sur une musique typique jouée au banjo et à l'harmonica. Claudia Jennings doit prononcer dix phrases en tout et pour tout, mais elle dégage un tel sex-appeal qu'on est content quand elle apparaît à l'écran. Les Marais de la Haine reste quand même un film passablement ennuyeux, on est loin de I Spit on your Grave par exemple en terme de film de vengeance. Pas assez mouvementé, beaucoup trop répétitif, le film est une déception au final, je m'attendais à un film d'exploitation plus accrocheur, plus rentre-dedans. Reste la bonne utilisation du décor naturel, son actrice principale et l'aspect "redneck". Mais ce n'est pas suffisant pour en faire un bon film. Les deux réalisateurs feront une suite intitulée Gator Bait 2 - Cajun Justice en 1988, sorti en VHS chez nous sous le titre La Vengeance de la Femme Serpent.

NOTE : 2/6


Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire