Légende pour la notation des films

Bienvenue dans mon univers filmique ! Ma mission ? (Re)voir tous mes films, séries Tv, documentaires et concert, tous genres confondus, sur tous supports, Vhs, Dvd, Dvd-r, Blu-ray (avec aussi les diffusions télévisées ou cinéma), et vous donner mon avis de façon simple et pas prise de tête sur chaque titre (re)vu ! C'est parti !

Légende pour la notation des films / 6

* * * * * * Nul / * * * * * * Mauvais / * * * * * * Passable / * * * * * * Moyen / * * * * * * Bien / * * * * * * Excellent / * * * * * * Chef-d'oeuvre
* * * * * * : The Only One. Le Seul, l'Unique, le film fétiche de l'auteur de ce blog...

AVERTISSEMENT : Certaines bandes-annonces ou extraits de films peuvent heurter la sensibilité du jeune public.


samedi 15 août 2015

MASSACRE A LA TRONÇONNEUSE 2

MASSACRE A LA TRONÇONNEUSE 2 
(The Texas Chainsaw Massacre 2)

Réalisateur : Tobe Hooper
Année : 1986
Scénariste : L.M. Kit Carson, Tobe Hooper
Pays : Etats-Unis
Genre : Horreur
Interdiction : -16 ans
Avec : Dennis Hopper, Caroline Williams, Jim Siedow, Bill Moseley, Bill Johnson...


L'HISTOIRE : Stretch est animatrice radio. Un soir, elle reçoit un appel de deux jeunes fêtards qui vont être massacrés en direct par un psychopathe armé d’une tronçonneuse. L’enregistrement audio du drame sanglant va intéresser le lieutenant Lefty Enright, qui pourchasse depuis quatorze ans la famille de bouchers responsable de la mort de son frère Franklyn et de l’internement en hôpital psychiatrique de sa sœur Sally Hardesty. Sûr et certain d’avoir retrouvé la trace de Leatherface et du reste du clan, le lieutenant va leur tendre un piège et se servir de Stretch comme appât…

MON AVIS : 1974. Tobe Hooper réalise Massacre à la tronçonneuse, le plus grand film d’horreur de tous les temps malgré la quasi absence d’effets gore. Ce manque de sang est compensé par une ambiance hallucinée et par un final qui plonge protagonistes et spectateurs dans une représentation de la folie humaine encore inégalée à ce jour. 1986. Tobe Hooper réalise Massacre à la tronçonneuse 2. Douze ans après son chef-d’œuvre, le réalisateur texan se voit offrir par la firme Cannon l’opportunité d’en réaliser une suite. D'abord réticent, il accepte finalement. Après quelques soucis au niveau du casting, Hooper voulant reprendre les acteurs de l’original, ce qui n’aboutira pas à l’exception de Jim Siedow, le voilà qui se lance à corps et à cris dans le tournage du film. Déçu que le public du film de 1974 n’ait pas perçu l’humour noir qui se dégageait de nombreuses séquences, il va alors jouer de la surenchère en ce qui concerne les éléments de comédie, tout comme il va prendre à revers l’aspect suggestif qui faisait toute la force de Massacre à la tronçonneuse. Voulant avoir des effets gore qui ne lésinent pas à déverser le précieux liquide rouge, les effets-spéciaux sont confiés au spécialiste en la matière, le génial Tom Savini, qui va se faire plaisir et nous faire plaisir mais qui, du coup, va provoquer les foudres de la censure. Bref, le tournage du film, la phase de montage et la distribution se révèlent être un véritable calvaire pour le réalisateur. À l’arrivée, que reste-t-il de Massacre à la tronçonneuse 2 ? On se trouve en présence d’un film qui prend le contre-pied total du film de 1974. Une comédie horrifique, voilà à quoi on a à faire ! Un gros foutoir grand-guignolesque, digne d’un dessin-animé de Tex Avery ! C’est simple, Massacre à la tronçonneuse 2, c’est comme un tour de train fantôme : on alterne entre le rire et l’horreur, quand ces deux genres ne sont pas tout simplement réunis la plupart du temps. Hooper et son scénariste L. M. Kit Carson ne se sont fixés aucune limite : faisant tomber Leatherface amoureux de Stretch, romance qui trouve sa plus belle représentation quand notre tronçonneur fou offre à sa dulcinée un visage de peau humaine qu’il vient fraîchement de prélever en guise de cadeau romantique ; intégrant le personnage de Lefty Enright, admirablement interprété par Dennis Hopper, et qui se révélera encore plus dingue que la famille tronçonneuse elle-même ; chorégraphiant un duel entre Leatherface et Lefty, les colts des western ayant fait place aux tronçonneuses ; plaçant sa famille de dingues dans le décor d’une ancienne fête foraine abandonnée, ce qui contraste totalement avec la maison vue dans le premier film. Bref, on nage en plein délire et ceux qui s’attendaient à retrouver l’ambiance malsaine et glauque du Massacre original en seront pour leur frais. Pourtant, Hooper ne nous prend pas en traître : l'affiche du film est déjà un énorme clin d'oeil à celle de Breakfast Club. Et dès la première séquence avec les deux yuppies qui vont se faire malmener par un Leatherface perché sur le toit d’un van et agitant sa tronçonneuse comme un dément, le corps empaillé de son frère l’auto-stoppeur accroché à lui, on sait que le film va nous emmener très loin dans la frénésie visuelle. En clair, Massacre à la tronçonneuse 2 s’avère être le parfait spectacle du samedi soir entre potes : délirant, fun, déjanté. Ou comment douze ans plus tard, Tobe Hooper nous livre, dans une autre ambiance, le film d'horreur le plus fou des 80’s ! Culte évidemment.

NOTE : 5/6

 

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire