Légende pour la notation des films

Bienvenue dans mon univers filmique ! Ma mission ? (Re)voir tous mes films, séries Tv, documentaires et concert, tous genres confondus, sur tous supports, Vhs, Dvd, Dvd-r, Blu-ray (avec aussi les diffusions télévisées ou cinéma), et vous donner mon avis de façon simple et pas prise de tête sur chaque titre (re)vu ! C'est parti !

Légende pour la notation des films / 6

* * * * * * Nul / * * * * * * Mauvais / * * * * * * Passable / * * * * * * Moyen / * * * * * * Bien / * * * * * * Excellent / * * * * * * Chef-d'oeuvre
* * * * * * : The Only One. Le Seul, l'Unique, le film fétiche de l'auteur de ce blog...

AVERTISSEMENT : Certaines bandes-annonces ou extraits de films peuvent heurter la sensibilité du jeune public.


mardi 8 septembre 2015

DANGER PLANÉTAIRE

DANGER PLANÉTAIRE
(The Blob)

Réalisateur : Irvin S. Yeaworth Jr. 
Année : 1958
Scénariste : Theodore Simonson
Pays : Etats-Unis
Genre : Science-fiction
Interdiction : /
Avec : Steve McQueen, Aneta Corsaut, Earl Rowe, John Benson...


L'HISTOIRE : Une météorite s'écrase sur Terre. En allant sur les lieux de l'impact, un vieux monsieur casse la coque de la météorite et libère une matière spongieuse qui vient lui emprisonner la main. Il est emmené chez le Dr. Hallen par Steve Andrews et Jane Martin, un jeune couple d'amoureux. Lorsque le docteur examine le main de la victime, il constate que la matière spongieuse s'est développée et lui recouvre tout le bras, comme si elle se nourrissait des tissus de son hôte. Après être retourné sur les lieux de l'impact pour chercher des indices, Steve aperçoit derrière sa fenêtre le docteur Hallen entièrement recouvert par la "chose" de l'espace qui n'en finit plus de grossir. Il tente d'alerter la police et la population que sa ville court un grave danger...

MON AVIS :  Petit classique de la SF 50's, Danger Planétaire est principalement connu pour avoir créé un monstre original, sorte de "slime" rose/rouge qui roule, peut se glisser sous une porte, entrer par une fenêtre et qui possède surtout la capacité de grossir au fur et à mesure qu'il dévore des êtres vivants. Son nom ? Le Blob. D'origine extraterrestre, cette masse gélatineuse n'a qu'une seule faiblesse : le froid. Elle résiste aux balles ou à tout type d'armements mais le froid ou le gel permettent de la faire reculer voir même de l'immobiliser. Heureusement que Steve McQueen était là pour trouver la solution sinon, ça en était fini de sa ville et par extension du monde ! Danger Planétaire, malgré sa réputation, souffre tout de même de nombreux défauts qui font de lui un film surestimé pour ma part, bien que sympathique à regarder. Le film de Irvin S. Yeaworth Jr. est en effet bien bavard et le réalisateur se focalise bien trop souvent sur des séquences mettant en vedette un groupe de teenagers adeptes de la course de voiture ou sur les discussions entre policiers, ces scènes reléguant l'attraction principale au second plan. On se doute que le réalisateur a du composer avec un manque de moyen conséquent mais aussi avec les contraintes des effets-spéciaux de l'époque, d'où la multiplication de séquences entre acteurs. Steve McQueen est un quasi débutant dans ce film, c'est d'ailleurs son premier rôle en tant que rôle vedette principale, mais il s'en sort plutôt bien même si on a l'impression qu'il est déjà trop âgé pour ce rôle. Les effets-spéciaux sont plus que corrects pour un film de cette époque et la progression du Blob est bien réalisée, surtout quand il passe sous une porte ou s'attaque à un être humain. On trouvera le final un peu expéditif mais dans son ensemble, Danger Planétaire reste un divertissement agréable, qui a pas mal vieilli évidemment, mais les amateurs de SF vintage ne résisteront pas à son charme suranné. La scène du cinéma est un pur délice par contre ! Le Blob réapparaîtra à plusieurs reprises sur les écrans, et notamment en 1972 avec Attention au Blob et en 1988 avec l'excellent The Blob de Chuck Russell. Un nouveau film mettant en vedette la masse gélatineuse extraterrestre est annoncé pour 2016 sous la direction de Simon West.

NOTE : 3/6




Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire