Légende pour la notation des films

Bienvenue dans mon univers filmique ! Ma mission ? (Re)voir tous mes films, séries Tv, documentaires et concert, tous genres confondus, sur tous supports, Vhs, Dvd, Dvd-r, Blu-ray (avec aussi les diffusions télévisées ou cinéma), et vous donner mon avis de façon simple et pas prise de tête sur chaque titre (re)vu ! C'est parti !

Légende pour la notation des films / 6

* * * * * * Nul / * * * * * * Mauvais / * * * * * * Passable / * * * * * * Moyen / * * * * * * Bien / * * * * * * Excellent / * * * * * * Chef-d'oeuvre
* * * * * * : The Only One. Le Seul, l'Unique, le film fétiche de l'auteur de ce blog...

AVERTISSEMENT : Certaines bandes-annonces ou extraits de films peuvent heurter la sensibilité du jeune public.


jeudi 3 septembre 2015

L'AMIE MORTELLE

L'AMIE MORTELLE
(Deadly Friend)

Réalisateur : Wes Craven 
Année : 1986
Scénariste : Bruce Joel Rubin
Pays : Etats-Unis
Genre : Horreur, Science-fiction
Interdiction : -12 ans
Avec : Matthew Labyorteaux, Kristy Swanson, Michael Sharrett, Anne Ramsey, Richard Marcus...


L'HISTOIRE : Paul Conway vient d'emménager avec sa mère dans leur nouvelle maison. Le jeune garçon est un surdoué et ses recherches sur le cerveau humain provoque l'admiration de son ami, le docteur Johanson, qui l'invite dans sa faculté. Paul a crée "BB", un robot doté d'une intelligence artificielle et capable d'agir de lui-même. Avec BB, Paul se lie d'amitié avec Tom et tombe sous le charme de Samantha Pringle, sa jolie voisine qui vit avec un père tyrannique, alcoolique et violent. Lors de la nuit d'Halloween, BB se fait tirer dessus par une voisine asociale et est détruit. Peu de temps après, Samantha décède d'un traumatisme crânien après une violente dispute avec son père. Amoureux de Samantha, Paul décide de tenter le tout pour le tout : il dérobe le corps sans vie de la jeune fille et lui implante la puce électronique de BB dans le cerveau. L'opération est un succès et Samantha revient à la vie. Mais son comportement ne sera plus vraiment le même...

MON AVIS : Vous pouvez dire ce que vous voulez sur ce film de Wes Craven : qu'il est anecdotique dans sa filmographie, que c'est une oeuvre mineure, que le look du robot est à mourir de rire, qu'il ne fait pas peur, que c'est un film pour adolescent boutonneux, que c'est un nanar, un navet ou tout ce que vous voudrez, moi je m'en fous ! J'ai une affection particulière pour L'Amie Mortelle et ce n'est pas ma nouvelle vision du film qui va me faire changer d'avis ! Alors oui, le film vise clairement le (jeune) public adolescent et la présence du fameux robot BB nous rappelle le sympathique Johnny 5 de Short Circuit ou le R2D2 de la saga Star Wars. N'empêche que la séquence dans laquelle BB met en fuite une bande de motards en s'attaquant aux testicules de leur chef est des plus jubilatoires et on prend rapidement en affection ce gros tas de ferraille jaune au look un peu pataud il faut bien le reconnaître. Plus touchante est la pauvre Samantha, joliment interprétée par la toute mignonne Kristy Swanson, et qui n'a pas une existence très heureuse à cause de son vilain papa alcoolique qui lui mène la vie dure et qui voudrait sûrement la faire rentrer au couvent. Une fois BB détruit et Samantha décédée, L'Amie Mortelle devient une sorte de variation moderne et robotique de Frankenstein. Refusant de perdre sa dulcinée à cause d'un mauvais choc à la tête, notre jeune expert en neurochirurgie a une idée de génie : implanter dans le cerveau de son amour perdu l'intelligence artificielle de son robot explosé à coup de carabine par une vilaine mégère du coin ! Une fois ressuscitée, Kristy Swanson en devient encore plus jolie, du moins de mon point de vue : teint blafard, regard absent renforcé par un maquillage noire autour de ses jolis yeux et démarche mécanique, pour nous faire bien comprendre que la puce présente dans son cerveau est celle du défunt BB, au cas où on n'aurait pas suivi ! Cette ravissante fiancée de Frankenstein va apporter un peu de piment et de violence au récit, avec notamment deux meurtres assez sympathiques. La première victime est le vilain papa qui n'en revient pas de voir sa fille vivante, cette dernière lui en offrant une preuve en lui fracturant le cou et en le plongeant dans la chaudière du sous-sol ! La seconde victime ne sera que la mégère évoquée plus haut. Logique me direz-vous puisque BB avait "ressenti" une certaine antipathie envers ce personnage, qui avait eu la mauvaise idée de lui confisquer son ballon de basket. A charge de revanche, Samantha va récupérer le ballon et nous gratifier d'une séquence absolument culte, qui restera dans toutes les mémoires ! Niveau smash, Tony Parker a du soucis à se faire ! Comme souvent chez Wes Craven (toujours ?), L'Amie Mortelle nous présente également des scènes de cauchemar assez graphiques, marque de fabrique du réalisateur. Le final, voyant Samantha devenir incontrôlable, jouera savamment avec nos émotions et les cœurs sensibles, dont je fais parti, seront attristés de voir cette jolie love-story d'outre-tombe se terminer dans le drame. Si L'Amie Mortelle n'est pas forcément bien considéré chez les fans de Wes Craven, je lui trouve pour ma part assez de qualités pour prendre un vrai plaisir de spectateur à chaque vision. Et puis comment oublier l'ultime séquence, totalement hallucinante, celle de trop bien sûr mais qui marque les esprits en tout cas. Pas toujours dans le bon sens mais quand même, elle vaut son pesant de cacahuètes ! Tout comme le générique de fin, sorte de musique électro avec des "BB" prononcés de manière flippante disséminés tout du long ! Bref, L'Amie Mortelle, c'est pour les romantiques avant tout. Ceux qui n'aiment pas, c'est juste parce qu'ils n'ont pas de cœur ! Na ! Ah au fait, l'acteur qui interprète Paul n'est autre que Matthew Labyorteaux, le petit Albert de La Petite Maison dans la Prairie !

NOTE : 4/6



Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire