Légende pour la notation des films

Bienvenue dans mon univers filmique ! Ma mission ? (Re)voir tous mes films, séries Tv, documentaires et concert, tous genres confondus, sur tous supports, Vhs, Dvd, Dvd-r, Blu-ray (avec aussi les diffusions télévisées ou cinéma), et vous donner mon avis de façon simple et pas prise de tête sur chaque titre (re)vu ! C'est parti !

Légende pour la notation des films / 6

* * * * * * Nul / * * * * * * Mauvais / * * * * * * Passable / * * * * * * Moyen / * * * * * * Bien / * * * * * * Excellent / * * * * * * Chef-d'oeuvre
* * * * * * : The Only One. Le Seul, l'Unique, le film fétiche de l'auteur de ce blog...

AVERTISSEMENT : Certaines bandes-annonces ou extraits de films peuvent heurter la sensibilité du jeune public.


mercredi 2 septembre 2015

L'EMPRISE DES TÉNÈBRES

L'EMPRISE DES TÉNÈBRES
(The Serpent and the Rainbow)

Réalisateur : Wes Craven 
Année : 1988
Scénariste : Richard Maxwell, Adam Rodman
Pays : Etats-Unis
Genre : Horreur
Interdiction : -12 ans
Avec : Bill Pullman, Cathy Tyson, Zakes Mokae, Brent Jennings...


L'HISTOIRE : Dennis Alan est anthropologue. Il est recruté par une industrie pharmaceutique afin de comprendre comment un habitant d'Haïti, décédé en 1978, peut être présent sur des photos prises quelques années plus tard. Se rendant sur place, il fait connaissance avec la doctoresse Marielle Duchamp et découvre l'univers de la magie vaudou. Mais sa présence n'est pas du goût de tout le monde. Peytraud, chef des tontons macoutes, le met en garde sur ses recherches concernant la fameuse "poudre" qui permettrait de faire revivre les morts. Bien décidé à en rapporter avec lui, Dennis Alan poursuit néanmoins sa mission malgré les menaces reçues et rencontre Louis Mozart, un natif qui semble détenir le secret de fabrication de la poudre tant convoitée...

MON AVIS : Souvent cité auprès des fans comme étant l'un des meilleurs films de Wes Craven, L'Emprise des Ténèbres ne démérite pas de cette réputation, absolument non usurpée, tant ce long métrage excelle dans divers domaines. Ce film dénote des œuvres précédentes du réalisateur tant il se montre réaliste dans son approche, du moins jusqu'au dernier quart d'heure. Prenant pour base d'inspiration le livre "The Serpent and the Rainbow" de l'anthropologue et botaniste Wade Davis, qui consacra une partie de ses recherches à comprendre le processus de "zombification" présent à Haïti, L'Emprise des Ténèbres marque des points en ne se focalisant pas sur ces fameux "zombies" mais sur la quête du héros du film, interprété par Bill Pullman, et en mettant en avant le contexte politique d'Haïti, les croyances de sa population et bien évidemment son culte du vaudou et la puissance de sa magie noire. Particulièrement pragmatique dans son approche du vaudou, L'Emprise des Ténèbres traite avec un sérieux proche du documentaire ce phénomène tout en nous offrant de purs moments de terreur, caractérisés par les nombreuses hallucinations que fait le héros. Ces séquences, réellement cauchemardesques, sont mises en scène avec une maestria implacable et sont, de plus, visuellement splendides : mariée squelettique éjectant un serpent de sa bouche qui vient mordre le visage de Bill Pullman, héros enterré vivant ou happé sous terre par des dizaines de mains zombifiées, barque enflammée naviguant lentement sur les eaux d'un fleuve et autres joyeusetés macabres nous sont imposées par un Wes Craven en très grande forme. D'une efficacité redoutable, ces scènes oniriques et horrifiques participent pleinement à nous faire comprendre le réel danger représenté par Peytraud, le chef des tontons macoutes, expert en magie noire et qui se sert de ses connaissances en la matière pour imposer la dictature voulue par la famille Duvalier auprès du peuple, éliminant les opposants grâce à la fameuse poudre vaudou. Pour information, la famille Duvalier, citée dans le film et qui a, malheureusement pour le peuple haïtien, réellement existé, a étendu son règne de terreur de 1957 à 1986 environ. L'acteur qui prête ses traits à Peytraud, Zakes Mokae, peut se vanter d'avoir donné vie à l'un des personnages les plus terrifiants vus dans un film. Son visage, ses yeux, sa détermination, ses méthodes inquisitrices (tortures, massacres) font froid dans le dos. On félicitera Wes Craven d'avoir mis le vaudou au service de la dictature, ce qui rend ce culte religieux encore plus angoissant. Avec ces détails, L'Emprise des Ténèbres se fait parabole politique et n'en est que plus intéressant. Un véritable travail sur l'ambiance a été fait et la puissance des images s'intensifie, progresse par palier, pour ne plus nous lâcher, aidé en cela par les décors naturels de Saint-Domingue, où le tournage du film a eu lieu. Il est alors un peu regrettable, vu tout ce qui précède, que Wes Craven ait bifurqué dans le grand-guignol pour le dernier quart d'heure, empêchant le film d'atteindre le statut de chef-d'oeuvre. Ce final est trop spectaculaire, trop délirant, trop tape-à-l’œil et verse trop dans l'excès. Mais ne boudons pas notre plaisir pour autant. Oeuvre majeure dans le filmographie de Wes Craven, L'Emprise des Ténèbres n'a pas vieillit d'un pouce pour ma part, se montre intense, admirablement réalisé et original. A redécouvrir séance tenante !

NOTE : 5/6




Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire