Légende pour la notation des films

Bienvenue dans mon univers filmique ! Ma mission ? (Re)voir tous mes films, séries Tv, documentaires et concert, tous genres confondus, sur tous supports, Vhs, Dvd, Dvd-r, Blu-ray (avec aussi les diffusions télévisées ou cinéma), et vous donner mon avis de façon simple et pas prise de tête sur chaque titre (re)vu ! C'est parti !

Légende pour la notation des films / 6

* * * * * * Nul / * * * * * * Mauvais / * * * * * * Passable / * * * * * * Moyen / * * * * * * Bien / * * * * * * Excellent / * * * * * * Chef-d'oeuvre
* * * * * * : The Only One. Le Seul, l'Unique, le film fétiche de l'auteur de ce blog...

AVERTISSEMENT : Certaines bandes-annonces ou extraits de films peuvent heurter la sensibilité du jeune public.


samedi 24 octobre 2015

HOTEL TRANSYLVANIE

HOTEL TRANSYLVANIE
(Hotel Transylvania)

- visionné via le Blu-Ray 3D -

Réalisateur : Genndy Tartakovsky
Année : 2012
Scénariste : Peter Baynham, Robert Smigel
Pays : Etats-Unis
Genre : Fantastique, animation
Interdiction : /
Avec : /


L'HISTOIRE :Bienvenue à l’Hôtel Transylvanie, le somptueux hôtel de Dracula, où les monstres et leurs familles peuvent enfin vivre leur vie, se détendre et faire « monstrueusement » la fête comme ils en ont envie sans être embêtés par les humains. Pour l’anniversaire de sa fille, la jeune Mavis, qui fête ses 118 printemps, Dracula invite les plus célèbres monstres du monde – Frankenstein et sa femme, la Momie, l’Homme Invisible, une famille de loups-garous, et bien d’autres encore. Tout se passe très bien, jusqu’à ce qu’un humain débarque par hasard à l’hôtel et se lie d’amitié avec Mavis…

MON AVIS : Je ne sais pas si vous avez connu ce dessin-animé intitulé Le Croque-Monstres Show mais moi, avec mon grand âge, oui. Un dessin-animé que j'adorais vu qu'il mettait en vedette les monstres que j'adulais, tels Dracula, la créature de Frankenstein, la Momie ou le Loup-Garou par exemple. Et bien, avec Hotel Transylvanie, j'ai retrouvé cet univers délirant, parodique tout en étant respectueux, qui mise avant tout sur le divertissement et l'humour plutôt que sur le frisson et la peur. Bien sûr, cette oeuvre est calibrée pour plaire avant tout aux (grands) enfants, avec ce melting-pot de personnages extravagants, ces situations loufoques et cet enchaînement de gags sans temps mort. L'animation est des plus correctes, les couleurs sont éclatantes et l'imagination des scénaristes puise dans les grands classiques du cinéma fantastique et d'épouvante pour mieux détourner les codes et les références, s'amusant comme le spectateur avec un bestiaire des plus hétéroclites, que les fans  reconnaîtront aisément. Outre les personnages cultes (Dracula, le monstre de Frankenstein, la momie, le loup-garou...), Hotel Transylvanie nous fait profiter de la présence d'un blob vert, d'un cerveau volant provenant sûrement de "la planète Arous", de l'homme invisible, du yéti, de la mouche noire, de Quasimodo, de l'Hydre, de la Créature du Lac Noir et j'en passe. Tous les monstres terrifiant les humains sont réunis dans l'hôtel du comte Dracula, ce dernier voulant offrir à toutes les créatures pourchassées ou traquées par la gent humaine un abri, un lieu pour se reposer sans crainte, un havre de paix éloigné de toute présence humaine (présentée ici comme la véritable menace). Le confort est de toutes les pièces de ce gigantesque manoir, avec cimetière à proximité, cuisine cinq étoiles dirigée par le chef Quasimodo, serveurs et femmes de ménages à chaque étage prêts à se mettre en quatre pour satisfaire les demandes de chaque client. Evidemment, une telle profusion de monstres ne laissent peu de temps pour s'attarder sur chacun d'eux et le réalisateur Genndy Tartakovsky se focalise plus spécialement sur certains d'entre-eux, et notamment Dracula et sa fille Mavis. Cette dernière, adolescente âgée de 118 ans (!!) va fêter son anniversaire et la jeune vampire n'a qu'une seule envie : découvrir le monde, au grand dam de son papa qui, depuis la mort de son épouse, terrassée par des humains, n'a plus qu'un but dans la vie : protéger sa fille chérie. Drôle mais aussi émouvant, le personnage de Dracula nous fera bien rire et si les puristes n'apprécieront peut-être son traitement dans Hotel Transylvanie, il m'a bien fait sourire pour ma part car je n'imaginais pas le plus célèbre des vampires en papa-poule ! Impayable sont les scènes dans lesquelles il tente de masquer la vérité à sa fille, créant un "village humain" de toute pièce pour l'effrayer par exemple. Plus drôle encore, l'intrusion de Jonathan (prénom se référant à Jonathan Harker bien sûr), un jeune adolescent bien déjanté, va venir gripper les rouages de ses préparatifs et il devra déployer des trésors d'imagination pour que Mavis ne tombe pas amoureuse de cet humain pourtant charmant, comme il le découvrira par la suite. Les bons sentiments et une jolie morale forment les bases du spectacle, proposé dans une 3D convaincante même si on aurait pu s'attendre à de meilleurs effets de projection vers l'avant, notamment lorsque Dracula ou sa fille sont sous leurs formes de chauve-souris par exemple. La romance vampire / humain est bien mise en avant et apporte un peu de répit à la cascade de gags qui déferlent sur l'écran, ne nous laissant que peu de temps pour soulager nos zygomatiques. Bref, Hotel Transylvanie est un film d'animation bien sympathique que je recommande vivement pour une soirée détente en famille...

NOTE : 4/6


Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire