Légende pour la notation des films

Bienvenue dans mon univers filmique ! Ma mission ? (Re)voir tous mes films, séries Tv, documentaires et concert, tous genres confondus, sur tous supports, Vhs, Dvd, Dvd-r, Blu-ray (avec aussi les diffusions télévisées ou cinéma), et vous donner mon avis de façon simple et pas prise de tête sur chaque titre (re)vu ! C'est parti !

Légende pour la notation des films / 6

* * * * * * Nul / * * * * * * Mauvais / * * * * * * Passable / * * * * * * Moyen / * * * * * * Bien / * * * * * * Excellent / * * * * * * Chef-d'oeuvre
* * * * * * : The Only One. Le Seul, l'Unique, le film fétiche de l'auteur de ce blog...

AVERTISSEMENT : Certaines bandes-annonces ou extraits de films peuvent heurter la sensibilité du jeune public.


samedi 26 mars 2016

ORGASMO NERO

ORGASMO NERO
(Orgasmo Nero / Les Plaisirs d'Hélène / Sex and Black Magic)

Réalisateur : Joe D'Amato
Année : 1980
Scénariste : Joe D'Amato
Pays : Italie, République Dominicaine
Genre : Erotique
Interdiction : -16 ans
Avec : Susan Scott, Richard Harrison, Lucia Ramirez, Mark Shannon...



L'HISTOIRE : Hélène part rejoindre Paul, son mari, sur une île des Caraïbes. Ce dernier étudie les mœurs et comportements de la tribu qui vit sur l'île afin de rédiger un ouvrage sur le sujet. Hélène, citadine dans l'âme, espère que cette escapade dans un lieu exotique va gommer ses problèmes de couple, son mari n'arrivant pas à lui faire un enfant. Sur place, Hélène tombe sous le charme d'Haini, une belle native qui vient de perdre son père, dévoré par un requin. Pour combler l'absence d'enfant dans sa vie, Hélène désire "adopter" Haini et la ramener en ville...

MON AVIS : Faisant partie de la série de films tourné en République Dominicaine par Joe D'Amato, Les Plaisirs d'Hélène ou Orgasmo Nero a la particularité de mettre en scène le bien connu Richard Harrison, acteur culte du cinéma bis, des fans de péplum et des fans de nanars, l'homme ayant joué dans pléthore de films de ninja par exemple. Avec une filmographie de plus de 120 titres au compteur, il est impossible que les néophytes ne connaissent pas son visage. Dans ce film de D'Amato, il interprète un anthropologue impuissant qui n'arrive pas à faire un enfant à son épouse, jouée par Susan Scott. célèbre actrice également vue dans pas mal de gialli dans les 70's tels Toutes les couleurs du vicePhoto interdite d'une bourgeoiseNuits d'amour et d'épouvanteSo Sweet So DeadLa mort caresse à minuit ou Chassés-croisés sur une lame de rasoir par exemple. Il est assez amusant de voir Richard Harrison dans des scènes érotiques, l'acteur s'en sortant avec peine et ne semblant pas franchement à l'aise avec sa partenaire quand il s'agit de lui faire des papouilles sur son anatomie dénudée ! La légende voudrait qu'il ne savait pas que le film verserait dans l'érotisme, Joe D'Amato ne l'ayant pas prévenu de cet aspect ! Sacré Richard ! Susan Scott s'en sort mieux, se livrant à maints plaisirs solitaires sous la douche ou sur son lit et ne refusant pas de s'envoyer la jeune et belle native de l'île, toujours aussi joliment interprétée par Lucia Ramirez. Cette actrice a la carrière fulgurante (six films réalisés par Joe D'Amato entre 1980 et 1981) possède une peau d'ébène et un corps quasi parfait et n'est pas sans nous rappeler Laura Gemser. Elle ouvre d'ailleurs le film avec une séquence choc puisque selon les rituels de sa tribu, l'âme d'un défunt réside dans son cœur. Son père venant d'être tué par un requin, elle se dresse au dessus de sa dépouille et lui prélève le cœur afin de s'en repaître et donc intégrer en elle l'âme de son papa ! On reconnaît bien là le style horrifique de D'Amato, même si cette séquence reste bien plus soft que celles vues dans Emanuelle et les derniers cannibales ou Emanuelle en Amérique, tous deux réalisés avant Orgasmo Nero. Hormis ce prélude un peu gore (idée qu'on retrouvera à la fin du film, je vous laisse la surprise même si elle se devine), le reste du métrage est à classé dans le cinéma érotique exotique. Sans réel fil conducteur, D'Amato enchaîne les scènes de sexe soft comme on enfile des perles. Le scénario se fait des plus légers et si les paysages dépaysent (logique !), si le charme et la plastique de Lucia Ramirez font de l'effet, on ne peut toutefois s'empêcher de trouver le rythme un peu mollasson. D'Amato tente tout de même de placer une virulente critique à l'encontre des citadins blancs venant profaner les autres pays : quand Hélène veut ramener en ville Haini, cette dernière doit être désavouée par sa propre mère afin de pouvoir quitter son île. Après avoir reçue plusieurs coups de fouet, la jeune fille est libre et peut s'envoler avec Hélène et son mari, devenant par la même occasion l'objet, le jouet de cette dernière. Quand Hélène apprend qu'elle va pouvoir avoir un enfant de Paul, elle n'a plus l'utilité d'Haini et veut s'en débarrasser sans autre commune mesure en la renvoyant sur son île. Sympa. Utilisée puis jetée comme une vieille chaussette ! On s'en vraiment que D'Amato s'est pris de passion pour les habitants de Saint-Domingue vu le sort qu'il réserve à Paul et Hélène. Orgasmo Nero est au final un petit film érotique exotique sans autre prétention que celle de divertir. On notera une courte scène de fellation non simulée lors d'un fantasme d'Haini, séquence qui intervient sans réelle raison, sûrement un bout de scène non retenue au montage final et placé là pour pimenter un peu le tout. Pas de quoi se relever la nuit mais pas désagréable non plus, même si on lui préférera d'autres films de son réalisateur. Il est dommage que D'Amato n'a pas développé plus l'aspect rituel ou vaudou dans ce film et n'est pas plus joué sur l'horreur graphique. Pour l'anecdote, il semblerait que ce film ait été réalisé en 1978, la même année que Et Mourir de Plaisir mais qu'il soit sorti en 1980.

* Disponible en DVD version intégrale chez Bach Films

NOTE : 3/6


2 commentaires:

  1. Héhé ! Tu as dû t'endormir un peu devant "Sesso Nero" parce que je crois bien que ladite scène de fellation non simulée vient directement de ce film (c'est pour ça qu'on reconnait un Mark Shanon qui n'a rien à faire là !)
    A part ça, je suis en grande partie d'accord avec toi : le résultat n'est pas désagréable mais un peu mollasson.

    RépondreSupprimer
  2. Bah figure-toi que c'est exactement ce que j'avais pensé ! Je me suis dit "tiens, ça vient de Sesso Nero on dirait" ! Bien vu ! ^^

    RépondreSupprimer