Légende pour la notation des films

Bienvenue dans mon univers filmique ! Ma mission ? (Re)voir tous mes films, séries Tv, documentaires et concert, tous genres confondus, sur tous supports, Vhs, Dvd, Dvd-r, Blu-ray (avec aussi les diffusions télévisées ou cinéma), et vous donner mon avis de façon simple et pas prise de tête sur chaque titre (re)vu ! C'est parti !

Légende pour la notation des films / 6

* * * * * * Nul / * * * * * * Mauvais / * * * * * * Passable / * * * * * * Moyen / * * * * * * Bien / * * * * * * Excellent / * * * * * * Chef-d'oeuvre
* * * * * * : The Only One. Le Seul, l'Unique, le film fétiche de l'auteur de ce blog...

AVERTISSEMENT : Certaines bandes-annonces ou extraits de films peuvent heurter la sensibilité du jeune public.


mercredi 8 février 2017

THE HAUNTING OF HELL HOUSE

THE HAUNTING OF HELL HOUSE
(The Haunting of Hell House)

Réalisateur : Mitch Marcus
Année : 1998
Scénariste : Mitch Marcus, Lev L. Spiro 
Pays : Etats-Unis
Genre : Fantastique
Interdiction : -12 ans
Avec : Michael York, Andrew Bowen, Jason Cottle, Claudia Christian, Aideen O'Donnell...



L'HISTOIRE : James Farrow est étudiant et a une liaison passionnée avec Sarah. Mais lorsque cette dernière tombe enceinte, James lui demande d'avorter, afin de ne pas annoncer cette nouvelle à sa famille. Durant la nuit suivant l'opération, Sarah décède. La police mène son enquête. Pour James, la vie s'effondre. Il commence à avoir des visions de Sarah, ses nuits sont agitées par de violents cauchemars et ses visions se confondent peu à peu avec la réalité. James pense que le fantôme de Sarah vient le tourmenter. Il fait alors la connaissance du professeur Ambrose, qui vit la même chose que lui suite au décès de sa femme et surtout de sa fille, morte après une violente dispute avec lui. Ambrose est également persuadé que l'esprit de sa fille Lucy n'a pas trouvé le repos. Les deux hommes vont tenter de comprendre les mystérieux événements dont ils sont témoins...

MON AVIS : Basé sur la nouvelle "The Ghostly Rental", une histoire de fantôme due à Henry James, auteur du célèbre "Le Tour d'écrou" qui fut magistralement adapté au cinéma (Les Innocents), The Haunting of Hell House est une petite production Roger Corman, réalisée en 1998 par Mitch Marcus. Ce dernier n'a que peu de films à son actif, on citera Knocking on Death's Door ou Big Monster on Campus, deux titres inédits en France. Filmé en Irlande, The Haunting of Hell House est donc une histoire de fantômes qui laisse toutefois planer le doute chez le spectateur : les visions qu'à James de sa pauvre Sarah ensanglantée ne seraient-elles pas simplement sa culpabilité qui rejaillirait ? Il l'a quand même laissé toute seule durant la nuit alors qu'elle venait de se faire avorter et qu'il avait constaté un saignement assez important, pas très sympa ça tout de même. Notre jeune homme n'a pas vraiment agit comme un Don Juan et il le paye en faisant des cauchemars assez sanglant parfois ou en entendant la voix de Sarah alors qu'il est pleinement éveillé. Une situation qui va lui compliquer la vie, l'empêchant de dormir et l'amenant à se poser des questions sur la mort et la vie après la mort. Il semblerait également qu'une vieille demeure soit au centre de l'intrigue. Une maison qui semble abandonné et que le couple à visité au début du film pour une possible acquisition. The Haunting of Hell House joue donc également avec les codes du film de maison hantée mais de façon assez légère en fait, cette maison n'étant pas totalement au centre de l'intrigue et tous les événements surnaturels ne se produisant pas à l'intérieur. De plus, elle n'est pas totalement inhabitée puisqu'un drôle de professeur, interprété par l'acteur Michael York, y vit. Ce dernier va se lier d'amitié avec le pauvre James car ils ont tous deux le point commun d'avoir un fantôme qui les hante. Sarah dans le cas de James et Lucy dans le cas du professeur, qui n'est autre que sa fille décédée. Film d'épouvante en costume avec une bonne part de psychologie, The Haunting of Hell House, s'il ne manque pas d'idées, souffre d'une tonalité très "téléfilm" et s'avère souvent ennuyeux. Les paysages irlandais sont très beaux, le casting n'est pas mauvais, on sent que l'ambiance, assez triste et déprimante, a été travaillé mais l'ensemble ne parvient pas à maintenir notre intérêt et malgré toutes ses bonnes intentions, on reste mitigé quand au résultat final, surtout que le retournement final viendra amoindrir l'aspect fantastique du film. On appréciera toutefois l'absence d'happy end, qui colle bien à la mélancolie qui se dégage du film dans son ensemble.

NOTE : 2/6



Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire