Légende pour la notation des films

Bienvenue dans mon univers filmique ! Ma mission ? (Re)voir tous mes films, séries Tv, documentaires et concert, tous genres confondus, sur tous supports, Vhs, Dvd, Dvd-r, Blu-ray (avec aussi les diffusions télévisées ou cinéma), et vous donner mon avis de façon simple et pas prise de tête sur chaque titre (re)vu ! C'est parti !

Légende pour la notation des films / 6

* * * * * * Nul / * * * * * * Mauvais / * * * * * * Passable / * * * * * * Moyen / * * * * * * Bien / * * * * * * Excellent / * * * * * * Chef-d'oeuvre
* * * * * * : The Only One. Le Seul, l'Unique, le film fétiche de l'auteur de ce blog...

AVERTISSEMENT : Certaines bandes-annonces ou extraits de films peuvent heurter la sensibilité du jeune public.


samedi 31 octobre 2015

RAMBO

RAMBO
(First Blood)

Réalisateur : Ted Kotcheff
Année : 1982
Scénariste : Michael Kozoll
Pays : Etats-Unis
Genre : Drame, Action
Interdiction : /
Avec : Sylvester Stallone, Brian Dennehy, Richard Crenna, Bill McKinney...


L'HISTOIRE : John Rambo, un soldat de retour du Viet-Nam, arrive à proximité d’une petite bourgade, pour retrouver un vieil ami de régiment. Apprenant la mort de ce dernier, Rambo décide de se rendre dans le centre-ville pour s’y restaurer. Il tombe alors sur le Shérif Teasle, qui l’arrête pour vagabondage. Commence un bras de fer brutal entre l’ancien soldat et les forces de l’ordre…

MON AVIS : Il est bon de rappeler que le premier Rambo est un classique d'émotion et d'action, proposant une vraie tension dramatique et un ton sérieux bien éloigné de ses trois suites qui verseront quant à elles bien plus dans la grosse série B jouissive et fun. Adaptation d'un livre de David Morrell, Rambo traite du difficile sujet de la réinsertion dans la vie de tous les jours des anciens du Vietnam, un thème déjà brillamment mis en scène dans Voyage au bout de l'Enfer par exemple. Le personnage principal est interprété à la perfection par Sylvester Stallone, promu star grâce à son autre personnage fétiche, à savoir celui de Rocky Balboa bien sûr. Lors du final dantesque de Rambo, l'acteur offre aux spectateurs médusés un long monologue qui restera dans toutes les mémoires de par son intensité et sa gravité, expliquant de façon directe et abrupte la condition de vie de ces vétérans qui ont tout donné pour leur pays et qui ont l'impression d'être oublié par ce dernier, ne trouvant pas de travail ou étant considéré comme des asociaux ou des vagabonds. Doté d'une véritable puissance dramatique, Rambo n'en oublie pas l'aspect énergique pour autant et se transforme même en un survival intense, véritable chasse à l'homme dont le traqué devient rapidement le chasseur en milieu forestier, l'ancien béret vert médaillé pour ses exploits au Vietnam ayant des connaissances en matière de survie en milieu hostile que ne possède pas le shérif et ses hommes. Redevenu bête fauve, parfaite machine à tuer, à cause du comportement du shérif qui est le premier à avoir fait couler "le premier sang", John Rambo se retrouve malgré lui condamné à utiliser la violence pour préserver sa propre vie, les traumatismes du Vietnam étant encore profondément ancré en lui. Ses douloureux souvenirs reviendront encore plus à la surface lorsque son ancien colonel interviendra pour tenter de faire stopper cette traque inhumaine qu'il sait perdu d'avance pour le shérif. Sobrement interprété par l'excellent Richard Crenna, le colonel Trautman est le second personnage emblématique de la saga et il nous régale déjà dans ce premier volet de répliques cultes qui font de John Rambo un homme à la puissance quasi divine ("Je ne suis pas venu sauver Rambo de la police. Je suis venu vous sauver de Rambo"). Avec son sens du rythme très abouti, avec sa tonalité mélancolique, avec son aspect dramatique qui prédomine sur des séquences d'action généreuses et intenses, avec son côté survival qui respecte tous les codes du genre, Rambo n'a rien perdu de sa puissance évocatrice et se révèle encore et toujours être une oeuvre majeure du cinéma, que la musique de Jerry Goldsmith vient transcender à chaque instant..

NOTE : 5/6



Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire