Légende pour la notation des films

Bienvenue dans mon univers filmique ! Ma mission ? (Re)voir tous mes films, séries Tv, documentaires et concert, tous genres confondus, sur tous supports, Vhs, Dvd, Dvd-r, Blu-ray (avec aussi les diffusions télévisées ou cinéma), et vous donner mon avis de façon simple et pas prise de tête sur chaque titre (re)vu ! C'est parti !

Légende pour la notation des films / 6

* * * * * * Nul / * * * * * * Mauvais / * * * * * * Passable / * * * * * * Moyen / * * * * * * Bien / * * * * * * Excellent / * * * * * * Chef-d'oeuvre
* * * * * * : The Only One. Le Seul, l'Unique, le film fétiche de l'auteur de ce blog...

AVERTISSEMENT : Certaines bandes-annonces ou extraits de films peuvent heurter la sensibilité du jeune public.


jeudi 31 janvier 2013

GHOSTKEEPER

GHOSTKEEPER
(Ghostkeeper)

Réalisateur : Jim Makichuk 
Année : 1981
Scénario :  Jim Makichuk, Doug MacLeod 
Pays : Canada
Genre : Horreur, Maisons hantées
Interdiction : -12 ans
Avec : Riva Spier, Murray Ord, Sheri McFadden, Georgie Collins, Les Kimber, Bill Grove...


L'HISTOIRE : Marty et Jennie, accompagnés par l’exubérante Chrissy, font une randonnée en motoneige dans les montagnes canadiennes. Leur périple les amène à découvrir un vaste hôtel perdu au beau milieu de nulle part et qui semble abandonné. L’une des motoneiges ne voulant pas redémarrer, le trio décide de s’installer dans l’hôtel pour la nuit. Un petit jeu de séduction s’établit entre Marty et Chrissy tandis que Jennie ne se sent pas rassurée, persuadée qu’une présence rôde alentours. Ils ne vont pas tarder à faire la connaissance de la gardienne de l’hôtel, une vielle dame qui ne semble pas avoir toute sa tête et qui prétend vivre seule ici avec son fils. Durant la nuit, Chrissy décide d’aller prendre un bain et se fait étrangler par le fils de la gardienne qui amène le corps sans vie dans une pièce cachée de l’hôtel, dans laquelle vit une sorte de monstre…

MON AVIS : Un hôtel abandonné, de la neige à perte de vue et une espèce de présence maléfique. Tiens, ça me rappelle Shining. Avant l’introduction, un carton nous rappelle la légende du Wendigo, créature surnaturelle et cannibale issue de la mythologie des Amérindiens du Canada. Ok. On sait donc à quoi s’en tenir. Allez, c’est parti. Pour le meilleur et surtout pour le pire. Pourtant, la jaquette était sympa et le slogan alléchant. La première partie du film se révèle également correcte, on découvre les trois personnages principaux et les paysages enneigés sont jolis à regarder. Sans être d’une originalité confondante, on se laisse porter par le périple en motoneige du trio et l’apparition de l’immense hôtel renforce notre confiance et laisse présager une suite terrifiante. Perdu. Une fois dans l’hôtel, le réalisateur joue avec les clichés des films de maisons hantées et parvient à instaurer une ambiance pas désagréable. Du moins au départ. L’exploration des lieux, perpétrée sous la musique synthétique répétitive mais un brin angoissante de Paul Zaza, fait son petit effet de même que la séquence où le spectateur découvre une paire d’yeux qui scrutent notre trio égaré. Ces yeux, qui appartiennent à l’étrange gardienne de l’hôtel, seront le seul effort de Jim Makichuk au niveau de l’épouvante. Le film sombre ensuite dans la monotonie et dans les clichés basiques, nous laissant hagard devant notre écran. Et ce n’est pas le jeu de acteurs qui va venir relever le niveau, ils tirent tous le film vers le bas. Et notre Wendigo me direz-vous, il arrive quand ? Eh bien figurez-vous que le réalisateur a sûrement oublié que son film devait en parler. Lorsque le fils de la gardienne apporte le corps de Chrissy à un être emprisonné dans les sous-sols de l’hôtel, on se dit que c’est notre créature cannibale ; déception, on a juste le droit à un acteur avec des cheveux longs et une barbe. Est-ce un monstre ? Un autre fils de la gardienne mentalement attardé ? Autant de questions qui resteront sans réponse. Plus le film avance, moins on y comprend quelque chose. La cerise sur le gâteau arrivant lors du dernier quart d’heure car les évènements qui se déroulent sous nos yeux n’ont ni queue ni tête. Bref, Ghostkeeper n’a pas fait illusion longtemps. Après un bon départ, le film s’enlise dans une médiocrité flagrante que rien ne viendra relever. 

NOTE : 1/6



Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire