Légende pour la notation des films

Bienvenue dans mon univers filmique ! Ma mission ? (Re)voir tous mes films, séries Tv, documentaires et concert, tous genres confondus, sur tous supports, Vhs, Dvd, Dvd-r, Blu-ray (avec aussi les diffusions télévisées ou cinéma), et vous donner mon avis de façon simple et pas prise de tête sur chaque titre (re)vu ! C'est parti !

Légende pour la notation des films / 6

* * * * * * Nul / * * * * * * Mauvais / * * * * * * Passable / * * * * * * Moyen / * * * * * * Bien / * * * * * * Excellent / * * * * * * Chef-d'oeuvre
* * * * * * : The Only One. Le Seul, l'Unique, le film fétiche de l'auteur de ce blog...

AVERTISSEMENT : Certaines bandes-annonces ou extraits de films peuvent heurter la sensibilité du jeune public.


vendredi 21 décembre 2012

MASSACRE A LA TRONÇONNEUSE

MASSACRE A LA TRONÇONNEUSE
(The Texas Chain Saw Massacre)

Réalisateur : Tobe Hooper
Année : 1974
Scénario : Tobe Hooper, Kim Henkel
Pays : Etats-Unis
Genre : Horreur, Survival
Interdiction : -16 ans
Avec : Marilyn Burns, Gunnar Hansen, Jim Siedow, Ed Neal, Paul A. Partain, Terry McMinn...


L'HISTOIRE : Jeunes et insouciants, cinq amis traversent le Texas à bord d'un minibus. Ils s'aperçoivent bien vite qu'ils sont entrés dans un territoire étrange et malsain, à l'image du personnage qu'ils ont pris en stop, un être vicieux en proie à des obsessions morbides. Ce dernier ne tarde pas à se faire menaçant. Mais les cinq amis parviennent à s'en débarrasser. Peu de temps après, une panne d'essence contraint le groupe à s'arrêter à une station-service. Non loin de là, une maison isolée attirent leur attention. Deux d'entre eux décident de s'y aventurer, mais lorsqu'ils tentent de pénétrer à l'intérieur, un boucher masqué surgit et massacre les deux adolescents avec une tronçonneuse. Un de leur camarade, parti à leur recherche, se fera lui aussi massacrer. Il ne reste alors plus que deux survivants, et la nuit commence à tomber...

MON AVIS : En 1968, La nuit des morts vivants fit entrer le cinéma d'horreur dans une nouvelle ère. Exit les ambiances gothiques du cinéma d'épouvante d'antan et place au réalisme des situations et à la violence brute. La dernière maison sur la gauche en 1972 et L'exorciste en 1973 continuèrent dans cette voie et changèrent à jamais la face du cinéma horrifique. En 1974, Tobe Hooper apporta sa pierre à l'édifice et quelle pierre ! Son Massacre à la tronçonneuse fit l'effet d'une bombe. Pourtant, malgré son titre surpuissant, le meilleur jamais choisi pour un film d'horreur, le long métrage d'Hooper a la particularité de ne jamais se complaire dans le démonstratif sanglant. Le film est en effet plus qu'avare en matière d'horreur visuelle et seul ceux qui ne l'ont pas vu pense qu'il s'agit d'un sommet du gore, ce qu'il n'est définitivement pas. Le génie du réalisateur est d'avoir réalisé un film suggestif qui recule très loin les limites de l'horreur psychologique. Massacre à la tronçonneuse, c'est un voyage aux confins de la folie humaine, qui n'a jamais été aussi bien mise en images que lors du monstrueux final mettant en scène la pauvre Sally et ses trois bourreaux complètement cinglés. Le film regorge de scènes cultes, comme la première apparition de Leatherface entre autre. La musique, quasi expérimentale, composée de bruitage et de sons étranges, crée une ambiance anxiogène rarement égalée au cinéma. Les hurlements hystériques de l'actrice Marilyn Burns, la réalisation de Tobe Hooper, le jeu psychotique d'Ed Neal (l'auto-stoppeur) parachèvent de faire de Massacre à la tronçonneuse un chef d'oeuvre absolu, souvent imité, jamais égalé.

NOTE : 7/6



Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire