Légende pour la notation des films

Bienvenue dans mon univers filmique ! Ma mission ? (Re)voir tous mes films, séries Tv, documentaires et concert, tous genres confondus, sur tous supports, Vhs, Dvd, Dvd-r, Blu-ray (avec aussi les diffusions télévisées ou cinéma), et vous donner mon avis de façon simple et pas prise de tête sur chaque titre (re)vu ! C'est parti !

Légende pour la notation des films / 6

* * * * * * Nul / * * * * * * Mauvais / * * * * * * Passable / * * * * * * Moyen / * * * * * * Bien / * * * * * * Excellent / * * * * * * Chef-d'oeuvre
* * * * * * : The Only One. Le Seul, l'Unique, le film fétiche de l'auteur de ce blog...

AVERTISSEMENT : Certaines bandes-annonces ou extraits de films peuvent heurter la sensibilité du jeune public.


vendredi 21 décembre 2012

L'ENFER DES TORTURES

L'ENFER DES TORTURES
(Tokugawa Irezumi-Shi : Seme Jigoku)

Réalisateur : Teruo Ishii
Année : 1969
Scénario : Teruo Ishii
Pays : Japon
Genre : Horreur, Drame, Erotique
Interdiction : -16 ans
Avec : Mieko Fujimoto, Reiichi Hatanaka, Yukie Kagawa, Kamiko Katayama, Asao Koike...


L'HISTOIRE : Deux tatoueurs se livrent un combat dans leur spécialité afin de s'attirer les faveurs du Shogun. Ils tatouent les geishas d'une maison close dirigée par un policier corrompu et une sévère directrice. L'arrivée de Yumi, jeune fille à la peau exquise, va attiser la passion des tatoueurs pour leur art qui trouvent dans sa peau l'inspiration totale. Mais la rivalité des deux hommes n'est pas seulement artistique. Tous deux sont amoureux de la même femme, Osuzu...

MON AVIS : Maître de l'érotisme et du sadisme, Teruo Ishii a livré de nombreuses oeuvres mêlant ces deux univers, notamment dans la série culte Joys of Torture dont fait partie L'enfer des tortures. Le film n'est pas avare en tortures diverses, sévices raffinés, bondage, abus sexuelles et scènes gore, telles celles présentées lors de l'introduction du film qui mettent tout de suite dans l'ambiance. La cruauté japonaise, le plaisir éprouvé par les hommes à torturer les femmes trouvent ici une mise en image à la fois barbare et esthétique qui ne manquera pas d'intriguer le spectateur. Autre élément plus qu'intéressant, la présence de nombreuses femmes tatouées qui viennent apporter un certain piment aux images, l'art du tatouage japonais atteignant son apogée dans le fameux concours que se livrent les deux hommes face au Shogun. Si la réalisation se montre soignée, si les acteurs sont plutôt bons dans l'ensemble, on regrettera que le scénario soit un brin confus, passant du coq à l'âne et traitant plusieurs sous intrigues de façon aléatoire, ce qui n'aide pas toujours à la compréhension. On a parfois l'impression d'assister à un film à sketch avec un fil conducteur pour relier le tout. La seconde moitié du film se montre un peu paresseuse et l'ennui vient poindre le bout de son nez. L'enfer des tortures reste malgré tout un film atypique, violent, érotique, qui n'est pas à mettre devant tous les yeux et qui n'est pas dénué d'intérêt.

NOTE : 3/6



Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire