Légende pour la notation des films

Bienvenue dans mon univers filmique ! Ma mission ? (Re)voir tous mes films, séries Tv, documentaires et concert, tous genres confondus, sur tous supports, Vhs, Dvd, Dvd-r, Blu-ray (avec aussi les diffusions télévisées ou cinéma), et vous donner mon avis de façon simple et pas prise de tête sur chaque titre (re)vu ! C'est parti !



AVERTISSEMENT : Certaines bandes-annonces ou extraits de films peuvent heurter la sensibilité du jeune public.




mardi 19 juin 2018

OPEN WATER 3 - LES ABÎMES DE LA TERREUR

OPEN WATER 3 - LES ABÎMES DE LA TERREUR
(Open Water 3 - Cage Dive)

Réalisateur : Gerald Rascionato
Année : 2017
Scénariste : Gerald Rascionato
Pays : Australie
Genre : Thriller, Found Footage
Interdiction : /
Avec : Joel Hogan, Josh Potthoff, Megan Peta Hill, Pete Valley...


L'HISTOIRE : Josh accompagne son frère Jeff et Megan, la petite amie de ce dernier, en Australie. Les trois amis doivent se filmer pour tenter de gagner le concours d'une émission de télé-réalité ciblée sur les sensations fortes. Ils décident d'embarquer sur un bateau les emmenant au large de l'océan pour être immerger dans une cage à requins afin de côtoyer les grands requins blancs. Une lame de fond renverse l'embarcation et Josh, Jeff et Megan se retrouvent à l'eau, perdus en pleine mer, devenant une repas potentiel pour les squales gigantesques qui sillonnent les fonds marins...

MON AVIS : Après un premier opus vraiment bien foutu en 2003 qui plaçait un couple face à des requins (Open Water, en eaux profondes) puis un second volet en 2006 qui lorgnait plus vers le huis clos et le thriller (Open Water 2 - Dérive Mortelle), voici qu'un troisième chapitre pointe le bout de son nez en 2017. Réalisé et scénarisé par Gerald Rascionato, dont c'est le premier long-métrage, Open Water 3 - Les Abîmes de la Terreur remet en avant les requins un peu mis de côté dans le chapitre 2 et décide de recourir à la technique du Found Footage pour rendre crédible son histoire. Le début du film nous propose de images de journaux télévisés qui nous relate qu'un drame a eu lieu : une lame de fond à renverser un bateau et a envoyer en pleine mer ses passagers venus admirer les squales dans une cage à requins. Il y a quelques survivants, beaucoup de morts et surtout trois personnes qui restent disparues. Une semaine plus tard, un plongeur trouve une petite caméra dans les coraux. Cette dernière appartenait au trio de disparus. Nous allons découvrir les images qu'ils ont filmé et savoir ce qu'il leur est arrivé. Tout le film sera donc vu via l'objectif de cette caméra. Les réfractaires au Found Footage, procédé popularisé par Cannibal Holocaust en 1980 et surtout Le Projet Blair Witch en 1999 pourront donc passer leur chemin. Par contre, si vous n'aimez pas les Found Footage mais que vous êtes fans de Shark Movie, il vous faudra faire un petit effort parce que, malgré ses défauts, Open Water 3 est assez sympa à ce niveau. J'avoue que la première demi-heure est assez faible et guère palpitante. On y fait connaissance avec les trois personnages principaux, passage obligatoire pour nous les faire prendre en empathie avant de les livrer dans la gueule des grands requins blancs. On a donc deux frères, Josh et Jeff, adeptes de sports extrêmes. Et Megan, une blondinette énervante qui roucoule en secret avec les deux frangins. Cette relation pas très catholique sera souvent mise en avant par le scénario, histoire de faire naître quelques tensions supplémentaires au sein du trio qui n'avait pas besoin de ça une fois leur bateau renversé par la lame de fond. Si on s'ennuie assez rapidement durant cette première partie (c'est comme si vous regardiez un de vos films de vacances...), l'intérêt se relance quand notre trio se retrouve à l'eau, isolé du reste du monde mais avec quelques ailerons peu accueillants qui virevoltent alentour. Il suffit de s'imaginer à la place des protagonistes pour que le stress s'empare de nous. Les Dents de la Mer nous a inculqué la peur de l'inconnu et de ce qui vit sous l'eau et ce n'est pas Open Water 3 qui va nous réconcilier avec ça ou désamorcer notre peur (allez, avouez que pendant vos vacances à la mer, vous y pensez toujours à un moment ou un autre). Les vues sous-marines font monter la tension, la visions des jambes nues de Megan, cible potentielle des mâchoires aux dents acérés, idem. On tente de prédire, avec une petite boule au ventre, inconfortablement installé dans notre canapé sur lequel il n'y a pourtant aucun risque, quand va avoir lieu les attaques de requins. Ces derniers sont très réalistes (les vrais requins se mêlent avec des faux évidemment mais les effets spéciaux sont très bien faits et on n'y voit que du feu) et chacune de leur apparition s'avère efficace. Si on passera sur certaines facilités scénaristiques (tiens, un gilet de sauvetage qui passe par là, tiens un "tente de sauvetage  sur pneumatique" qui passe par ici), ainsi que sur des comportements qui frisent l’imbécillité (la blonde qui balance une fusée éclairante à l'intérieur de la tente, l'un des frères qui se remet à l'eau pour aller chercher une possible rescapée), on appréciera le savoir-faire du réalisateur pour jouer avec le suspense et nous faire frissonner. Le souci d'Open Water 3 est qu'il passe derrière des tas de Shark Movie qui ont déjà mis en scène des situations similaires (The Reef, Instinct de Survie, 47 Meters Down pour les plus récents) et que, hormis le procédé du Found Footage, il ne propose pas vraiment de nouveauté à se mettre sous la dent. Pas mal de déjà-vu donc pour ce troisième volet qui ne se classera pas parmi les classiques du genre mais qui possède quelques séquences de tension tout de même bien sympathiques. Rien de transcendant mais pas de quoi bouder son plaisir lors d'une soirée estivale...

* Disponible en DVD et BR chez M6 VIDEO. Bonus : Making Of, Scènes coupées, interviews et bande-annonce.






Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire