Légende pour la notation des films

Bienvenue dans mon univers filmique ! Ma mission ? (Re)voir tous mes films, séries Tv, documentaires et concert, tous genres confondus, sur tous supports, Vhs, Dvd, Dvd-r, Blu-ray (avec aussi les diffusions télévisées ou cinéma), et vous donner mon avis de façon simple et pas prise de tête sur chaque titre (re)vu ! C'est parti !



AVERTISSEMENT : Certaines bandes-annonces ou extraits de films peuvent heurter la sensibilité du jeune public.




dimanche 12 décembre 2021

LE VAMPIRE ET LE SANG DES VIERGES

 

LE VAMPIRE ET LE SANG DES VIERGES
(Die Schlangengrube und das Pendel)

Réalisateur : Harald Reinl
Année : 1967
Scénariste : Manfred R. Köhler
Pays : Allemagne
Genre : Epouvante
Interdiction : -12 ans
Avec : Lex Baxter, Christopher Lee, Karin Dor, Carl Lange, Vladimir Medar...


L'HISTOIRE : En 1801, pour avoir assassiné douze jeunes femmes, la treizième, Béatrice de Brabant s’étant échappée, le comte Regula est condamné à être écartelé en place publique. Avant son supplice, il promet de revenir se venger. 35 ans plus tard, l’avocat Roger de Mont-Elise reçoit une invitation au château d’Andomai, demeure de la famille Regula. En chemin, il sauve une jeune femme d’une attaque de bandits : Lilian de Brabant, elle aussi invitée au château...

MON AVIS : Réalisateur phare de Krimi, ces polars allemands dérivés des fameux gialli italiens, Harald Reinl décide de se lancer dans le cinéma d'épouvante gothique en 1967, quand ce genre popularisé avec les films de la Hammer en Angleterre tombe en décrépitude. Il est conscient que l'horreur gothique rameute encore les foules malgré une nette baisse de la qualité ces derniers temps et comme l'Allemagne ne s'est pas vraiment engagé dans cette voie, pourquoi ne pas y aller franco ! A partir de la célèbre nouvelle d'Edgar Allan Poe, Le Puits et le Pendule, dont Roger Corman a livré une adaptation en 1961, Harald Reinl et le scénariste Manfred R. Köhler mettent en place les éléments qui vont donner Le Vampire et le Sang des Vierges. Alors attention, même si on est bien en présence d'épouvante gothique, Reinl a mixé des éléments qu'on pourrait quasiment définir comme parodiques avec ceux qui relèvent typiquement de l'épouvante. Ce qui donne au final une oeuvre assez atypique, qui surprendra les fans croyant avoir à faire à un film sérieux et qui ravira les purs amateurs de films bis déjantés, tels Vierges pour le Bourreau par exemple ! Il faudra néanmoins passer les 30 premières minutes, assez laborieuses de mon propre avis, pour assister à un véritable florilège de scènes exubérantes qui donnent tout son sel au film. L'introduction, avec Christopher Lee interprétant le comte Regula et se voyant écartelé est très sympa mais ensuite, le rythme peine à se développer et ce n'est pas le monolithique Lex Baxter qui va venir changer la donne. L'acteur est particulièrement inexpressif et les séquences s'enlisent un peu dans un ennui poli, malgré la présence radieuse de la belle Karin Dor. Et puis, arrive la longue chevauchée en calèche devant emmener les deux protagonistes principaux, accompagnés par un curieux prêtre (Vladimir Medar), au château d'Andomai, ancienne résidence du comte Regula. Et là, le film commence à prendre une vraie dynamique et surtout, les décors et le jeu de lumières et de couleur lui donnent une patine digne d'un Mario Bava ! La forêt qu'ils vont devoir traverser, parsemé d'arbres sur lesquels se trouvent des bouts de corps humains ou d'innombrables pendus, est annonciatrice du spectacle qui nous attend par la suite. Et une fois arrivée au château d'Andomai, l'esprit du cinéma bis et des bandes-dessinées pour adultes s'approprient totalement l'histoire et l'ambiance. Certes, on n'aura aucune trace d'érotisme dans Le Vampire et le Sang des Vierges, ni même de réel vampire d'ailleurs ! Mais les amateurs d'excentricités en auront pour leur argent, reste juste à être sensible à la tournure des événements, qui, parfois, donnent même au film un petit aspect nanaresque. Nanaresque mais jamais désagréable, ni ridicule ! Il faut dire que Reinl a mis le paquet, avec un château lugubre et macabre à souhait, présence de vautours, de rats, de serpents, de pièges mortels, d'une chambre des tortures avec tout ce qu'il faut à l'intérieur (vierge de fer et j'en passe), des trappes cachées dans le sol, des passages secrets dans les murs, de vin se révélant être de l'acide, d'une belle héroïne qui passe son temps à hurler de peur dans sa superbe robe, d'un majordome mort vivant qui place des répliques fort amusantes et qui a tout compris du vrai esprit du film (Carl Lange, qui s'amuse comme un fou) et bien sûr, d'un Christopher Lee qui s'adapte à la tonalité Bis du film et qui en rajoute des tonnes dans ses expressions et son désir de vengeance ! Cerise sur le gâteau, on aura bien sûr droit à la séquence mettant en scène le terrifiant pendule menaçant de couper en deux le pauvre Lex Baxter ! Le tout sur une musique tout aussi déconcertante de Peter Thomas, qui donne un côté guilleret et totalement décalé au film, même lors de certaines scènes jouant sur le registre de l'épouvante. Franchement, impossible de ne pas jubiler de plaisir une fois les protagonistes au sein du château ! Ça n'arrête plus une minute, et même si invraisemblances il y a certaines fois, on jubile devant tant d'extravagances, qui nous rappelle un tour en train fantôme. Et on s'amuse tout autant à voir recyclé les idées des autres, comme lors de la scène introductive où Christopher Lee se voit affublé d'un masque du démon aux pointes acérées entre autres ! Et puis, esthétiquement, quel splendeur ! Lumières colorées, couleur aux teintes diverses, le tout sublimé par des peintures impressionnantes, qui servent soit d'arrière-plan soit de décors au sein des différentes pièces du château. Bref, aussi original qu'imprévu, Le Vampire et le Sang des Vierges est une expérience autre, un véritable Pulp épouvanto-parodique qui mérite d'être découvert !

* Disponible en combo DVD + BR chez -> ARTUS FILMS <- 

Encore une très belle édition de la part d'Artus Films pour ce film bis à la folie non dissimulée. Image de haute qualité, Version française, anglaise ou allemande sous-titrée et moult bonus dont :
- Présentation par Christian Lucas et Stéphane Derderian, bourrée d'anecdotes et d'informations intéressantes.
- Sur les lieux du tournage
- Versions Super 8
- Diaporama d’affiches et photos
- Film-annonce original
- Livret 80 pages de Christophe Bier sur le cinéma populaire allemand et Harald Reinl



Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire