Légende pour la notation des films

Bienvenue dans mon univers filmique ! Ma mission ? (Re)voir tous mes films, séries Tv, documentaires et concert, tous genres confondus, sur tous supports, Vhs, Dvd, Dvd-r, Blu-ray (avec aussi les diffusions télévisées ou cinéma), et vous donner mon avis de façon simple et pas prise de tête sur chaque titre (re)vu ! C'est parti !



Légende pour la notation des films / 6

* * * * * * Nul / * * * * * * Mauvais / * * * * * * Passable / * * * * * * Moyen / * * * * * * Bien / * * * * * * Excellent / * * * * * * Chef-d'oeuvre
* * * * * * * : The Only One. Le Seul, l'Unique, le film fétiche de l'auteur de ce blog...

AVERTISSEMENT : Certaines bandes-annonces ou extraits de films peuvent heurter la sensibilité du jeune public.

Les notes reflètent mon appréciation du film lui-même et en aucun cas la qualité de son édition en DVD ou BR


jeudi 21 septembre 2017

GRAVE

GRAVE
(Grave)

Réalisateur : Julia Ducournau
Année : 2016
Scénariste : Julia Ducournau
Pays : France, Belgique, Italie
Genre : Drame, Horreur
Interdiction : -16 ans
Avec : Garance Marillier, Ella Rumpf, Rabah Nait Oufella, Laurent Lucas, Joana Preiss...


L'HISTOIRE : Dans la famille de Justine tout le monde est vétérinaire et végétarien. À 16 ans, elle est une adolescente surdouée sur le point d’intégrer l’école vétérinaire où sa sœur aînée est également élève. Mais, à peine installées, le bizutage commence pour les premières années. On force Justine à manger de la viande crue. C’est la première fois de sa vie. Les conséquences ne se font pas attendre. Justine découvre sa vraie nature...

MON AVIS : Encensé par la presse (même Télérama !), bénéficiant d'une aura de "bête de festival" (de nombreuses récompenses ont été décernées au film, dont le Grand Prix du festival de Gerardmer 2017), ayant (apparemment) provoqué de fortes réactions chez les spectateurs horrifiés par le côté gore et trash insoutenable, je me devais de visionner Grave, premier long métrage de la réalisatrice française Julia Ducournau. J'ai donc vu à l'instant, via le combo Blu-Ray/DVD édité par Wild Side Vidéo, ce "renouveau du cinéma de genre français", cette "bombe" (Télérama), ce "gros, gros choc" (Première), ce "coup d'éclat" (Le Monde) et j'en passe. Euh, sérieusement, c'est de l'humour non ? Non parce que là, dire que j'ai été déçu, c'est peu de le dire justement. Je cherche encore "le choc" censé nous mettre mal à l'aise ou nous faire détourner le regard. Je cherche encore le gore (oui, il y a bien quelques petits effets sanglants effectivement mais bon, parler de gore, faut pas déconner non plus) et je cherche en quoi Grave serait une bouffée de fraîcheur dans le paysage fantastique français (et Belge). Forcément, si vous n'y connaissais rien en cinéma fantastique et horrifique, oui, vous serez peut-être mal à l'aise, voire même un peu choqué par certaines images de cannibalisme. Par contre, si vous connaissez vos classiques, vous ne verrez rien de bien neuf à l'horizon, David Cronenberg, entre autres, étant déjà passé par là. Quand à la métaphore du récit initiatique, du passage à l'âge adulte de l'héroïne (excellente Garance Marillier, seul point positif du film) et de son éveil à la sexualité, sérieux, on n'en peut plus ! Ginger Snaps, Teeth, It Follows et consorts, on connait quoi. Certes, l'idée du cannibalisme n'est pas mauvaise pour l'évoquer mais malheureusement, tout est plombé par une mise en scène travaillée mais qui fait terriblement "exercice de style" ou "je fais mon film d'auteur en essayant de choquer un maximum le public lambda". Des tas de scènes inutiles, qui n'apportent rien à l'histoire, du bizutage qui dure des plombes au colocataire homo (évidemment), des séquences de soirées festives au combat ridicule entre les deux sœurs au beau milieu d'élèves scotchés à leur téléphone portable, Grave ne provoque rien et n'a suscité chez moi qu'un ennui total, le temps, long, très long, semblant ne jamais m'apporter le mot salvateur annonçant le générique final : "Fin". Même si Julia Ducournau a mis pas mal d'humour noir dans son film, la dernière séquence étant assez réussie je l'avoue, le sentiment que Grave a le cul entre deux chaises ne cesse jamais de venir s'imposer à notre esprit, ou du moins, au mien. Pour élever encore le supposé côté subversif de son film, la réalisatrice balance des tas de scènes à connotations érotiques (Justine qui se fait épiler les poils pubien par sa sœur, le dépucelage avec le coloc homo...) qui m'ont paru bien vaines. Franchement, si Grave a quelque chose à raconter, j'aimerai bien savoir quoi. Le film n'a absolument pas fonctionné sur moi et pourtant, vous savez bien que je suis super bon public (trop même, diront certain). Ennuyeux au possible, Grave reste une coquille vide dont je ne comprend pas l'engouement qu'il a suscité. Je n'aime pas avoir un avis aussi négatif sur un film de genre, français qui plus est, car il faut défendre ce cinéma. Après, d'autres ont beaucoup aimé, donc ça compense !

* Disponible en BR et DVD chez WILD SIDE VIDEO

NOTE : 1/6


Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire