Légende pour la notation des films

Bienvenue dans mon univers filmique ! Ma mission ? (Re)voir tous mes films, séries Tv, documentaires et concert, tous genres confondus, sur tous supports, Vhs, Dvd, Dvd-r, Blu-ray (avec aussi les diffusions télévisées ou cinéma), et vous donner mon avis de façon simple et pas prise de tête sur chaque titre (re)vu ! C'est parti !



Légende pour la notation des films / 6

* * * * * * Nul / * * * * * * Mauvais / * * * * * * Passable / * * * * * * Moyen / * * * * * * Bien / * * * * * * Excellent / * * * * * * Chef-d'oeuvre
* * * * * * * : The Only One. Le Seul, l'Unique, le film fétiche de l'auteur de ce blog...

AVERTISSEMENT : Certaines bandes-annonces ou extraits de films peuvent heurter la sensibilité du jeune public.

Les notes reflètent mon appréciation du film lui-même et en aucun cas la qualité de son édition en DVD ou BR


dimanche 24 septembre 2017

SAW 2

SAW 2
(Saw 2)

Réalisateur : Darren Lynn Bousman
Année : 2005
Scénariste : Leigh Whannell, Darren Lynn Bousman
Pays : Etats-unis
Genre : Thriller, Horreur
Interdiction : -16 ans
Avec : Tobin Bell, Donnie Wahlberg, Beverley Mitchell, Franky G, Dina Meyer...


L'HISTOIRE : Chargé de l'enquête autour d'une mort sanglante, l'inspecteur Eric Matthews est persuadé que le crime est l'oeuvre du redoutable Jigsaw, un criminel machiavélique qui impose à ses victimes des choix auxquels personne ne souhaite jamais être confronté. Cette fois-ci, ce ne sont plus deux mais huit personnes qui ont été piégées par Jigsaw, dont le fils de l'inspecteur et Amanda, unique survivante d'un précédent jeu du tueur au puzzle. Ayant découvert le repaire de jigsaw, Eric Matthews va devoir accepter les règles du jeu de ce dernier s'il veut revoir son fils vivant...

MON AVIS : Avec un budget de 1,2 millions de dollars, le premier Saw, réalisé par James Wan en 2004, a rapporté plus de 55 millions de dollars, rien que sur le territoire américain. Un énorme succès, basé sur un bon bouche à oreille, du notamment à l'excellent twist final, qui allait, bien évidemment, engendrer une suite dès l'année suivante. Saw 2 change de réalisateur et c'est Darren Lynn Bousman qui s'y colle. Qui dit suite dit généralement surenchère. Saw 2 n'échappe pas à la règle et va se montrer plus généreux que son prédécesseur sur bien des points : nombre de victimes piégées par Jigsaw, nombre de morts plus élevé donc et une violence plus accrue seront au programme des réjouissances. Cerise sur le gâteau, on va en apprendre beaucoup plus sur ce mystérieux Tueur au puzzle et l'acteur Tobin Bell va être mis en lumière dans de nombreuses séquences, nous expliquant son but et le pourquoi du comment. La construction du film est assez maligne puisqu'elle joue sur deux univers différents présentés en alternance : le repaire de Jigsaw, dans lequel se trouve l'inspecteur Matthews et le tueur au puzzle, et une nouveau salle de jeu dans laquelle sont enfermées huit personnes qui vont devoir subir les terribles épreuves de rédemption proposées par Jigsaw. Si le spectateur a une vision de ces deux lieux durant le film, Jigsaw et Matthews l'ont également puisque tout ce qui se passe dans la salle de jeu est diffusé sur des écrans dans le repaire du tueur ! Logique puisque le fils de l'inspecteur fait partie des personnes piégées. Ces allers-retours entre les deux lieux de l'action permettent à Saw 2 de se montrer plus dynamique que le premier volet et d'avoir un rythme plus percutant. Les séquences avec les huit nouvelles victimes, enfermées dans un local contenant plusieurs pièces et couloirs cette fois, permettent aux scénaristes de développer l'ingéniosité du tueur au puzzle et de proposer de nouveaux pièges dont les effets sont assez dévastateurs et mettent particulièrement bien en avant la nouvelle tournure que va prendre la saga avec les épisodes suivants : le sadisme ! On en arrive même à se demander si les pièges proposés dans Saw 2 laissent vraiment une possibilité de s'en sortir vivant, ce qui devrait logiquement être le cas. Mais ici, pas vraiment d'échappatoire possible hormis la mort. Une interrogation qui trouvera réponse dans l'épisode 3 bien sûr. Car les scénaristes sont machiavéliques et ont pensé à tout, s'adaptant même aux reproches faits par les spectateurs. C'est d'ailleurs la grande force de cette saga : tout se tient et jamais les scénaristes ne se perdent en chemin. Très fort à ce niveau là ! Saw 2 est donc nettement plus violent que Saw et dérive vers le genre décrié baptisé "torture porn", à savoir une accumulation de séquences cruelles et sadiques, dans lesquelles le corps humain n'est là que pour subir tortures et souffrances. Il n'en reste que Saw 2 propose également un solide suspense et que son côté thriller n'a pas été écarté. Si les scènes avec les huit potentielles victimes et l'unité de lieu font fortement penser au film Cube, notamment avec le personnage du dealer totalement cinglé et qui se la joue solo, celles se déroulant dans le repaire de Jigsaw renvoie plus à l'ambiance du premier film et se concluront sur deux révélations finales dont l'une est introuvable et concerne le fils de l'inspecteur. Celui qui me dit qu'il avait deviné ce twist serait un mythomane de niveau 10 ! Le final est d'ailleurs vraiment excellent et deviendra une marque de fabrique dans la saga : on nous remontre des images du début du film, on nous fait réentendre des répliques de Jigsaw, l'ensemble nous donnant quasiment la solution au défi proposé par le tueur au puzzle ! Ingénieux et vraiment efficace. Une suite de qualité donc, avec une réalisation correcte et qui conserve l'esprit du premier film. On en redemande et on va être plus que servi avec l'ultra-sadique Saw 3 ! A noter que l'affiche française présentée en début d'article a été jugée trop choquante aux USA et qu'elle a été légèrement transformée, avec un zoom sur les doigts pour ne plus laisser apparaître le fait qu'ils soient sectionnés. 

NOTE : 4/6




Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire