Légende pour la notation des films

Bienvenue dans mon univers filmique ! Ma mission ? (Re)voir tous mes films, séries Tv, documentaires et concert, tous genres confondus, sur tous supports, Vhs, Dvd, Dvd-r, Blu-ray (avec aussi les diffusions télévisées ou cinéma), et vous donner mon avis de façon simple et pas prise de tête sur chaque titre (re)vu ! C'est parti !

Légende pour la notation des films / 6

* * * * * * Nul / * * * * * * Mauvais / * * * * * * Passable / * * * * * * Moyen / * * * * * * Bien / * * * * * * Excellent / * * * * * * Chef-d'oeuvre
* * * * * * : The Only One. Le Seul, l'Unique, le film fétiche de l'auteur de ce blog...

AVERTISSEMENT : Certaines bandes-annonces ou extraits de films peuvent heurter la sensibilité du jeune public.


vendredi 9 mai 2014

AFFAMÉS

AFFAMÉS
(Hunger)

Réalisateur : Steven Hentges
Année : 2009
Scénariste : L.D. Goffigan
Pays : Etats-Unis
Genre : Horreur
Interdiction : -12 ans
Avec : Lori Heuring, Linden Ashby, Joe Egender, Lea Kohl...


L'HISTOIRE : Traumatisé par un accident de la route qu’il a vécu lorsqu’il n’était qu’un enfant et qui l’a obligé à dévorer la chair de sa mère décédée pour rester en vie, un homme kidnappe des inconnus et les place dans un endroit confiné avec uniquement de l’eau afin de tester leur résistance à « la faim », les surveillant via des caméras et les étudiant afin de vérifier la thèse qui dit que le corps humain peut résister 30 jours sans nourriture. Et après ?

MON AVIS : Très sympathique découverte que Affamés qui, à l’instar du film Les survivants de Frank Marshall, nous met dans la peau de personnages qui vont devoir commettre l’abominable pour survivre à une situation désespérée. Petit film indépendant sans gros budget, Affamés réussit à captiver et à maintenir un intérêt constant, tout en instaurant une tension dramatique et psychologique assez oppressante, malgré quelques défauts qui viennent légèrement amoindrir la crédibilité de ce qui se passe à l’écran.  Après un petit quart d’heure où il ne se passe pas grand chose, le film commence à trouver son rythme et les amateurs de huis clos étouffant y trouveront sûrement leur compte. Le décor principal est en effet une sorte de puits possédant deux pièces distinctes, dont l’une est composée de gros barils contenant les 750 litres d’eau qui permettront (ou pas) aux personnages de tenir le coup, l’estomac complètement vide, ainsi qu’un trou creusé dans le sol et qui servira de WC. Autant dire qu’on n’a franchement pas envie d’être avec les protagonistes et c’est l’une des forces du film, à savoir : nous confronter à cette situation et nous faire nous questionner sur « comment aurait-on réagi en pareil cas ? ». Parce que passer 30 jours sans rien manger, il y a de quoi devenir fou. Et on comprend alors aisément que certains personnages le deviennent, craquent, se transformant en danger plus que potentiel pour le reste du groupe. Plus les jours passent, plus les tensions entre personnages grandissent et plus de noires pensées se mettent alors à germer dans l’esprit des uns et des autres. Des pensées qui feront commettre l’irréparable à certains. Si vous avez vu Les survivants, vous avez bien sûr compris que la seule façon de ne pas mourir de faim, c’est de… manger les autres. Sans céder à la facilité, le réalisateur fait naître l’horreur de manière d’abord psychologique, parvient à instaurer un certain suspense (la séquence où deux adolescents découvrent l’entrée du puits et comprennent que des hommes et des femmes sont retenus prisonniers à l’intérieur), avant de la faire déferler de façon plus frontale, avec quelques séquences de festin anthropophage qui provoque un rapide dégoût.  Bien sûr, on trouvera étrange que les personnages ne maigrissent pas d’avantage (malgré des effets de maquillages assez réussis) ou que les hommes ne voient pas leurs barbes pousser. Mais ces petits détails sont assez superflus en fait et passent au second plan de cette expérience extrême poussant l’être humain dans ses plus profonds retranchements. Bénéficiant d’un casting assez rigoureux (qui n’évite certes pas les stéréotypes au niveau des personnages), dont l’excellente Lori Heuring, d’un climat angoissant et malsain, d’un scénario intelligent, nous rappelant le premier Saw par certains aspects, Affamés se révèle intéressant à plus d’un titre et pour un DTV inédit, il remplit parfaitement son contrat, surtout qu’il est bien filmé et s’avère nettement plus passionnant que la majorité des DTV qui débarquent actuellement. Du cannibalisme forcé, justifié par l’instinct de survie de l’être humain, voilà ce que vous propose Affamés, film d’horreur psychologique qui devrait séduire le plus grand nombre…

NOTE : 4/6


Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire