Légende pour la notation des films

Bienvenue dans mon univers filmique ! Ma mission ? (Re)voir tous mes films, séries Tv, documentaires et concert, tous genres confondus, sur tous supports, Vhs, Dvd, Dvd-r, Blu-ray (avec aussi les diffusions télévisées ou cinéma), et vous donner mon avis de façon simple et pas prise de tête sur chaque titre (re)vu ! C'est parti !

Légende pour la notation des films / 6

* * * * * * Nul / * * * * * * Mauvais / * * * * * * Passable / * * * * * * Moyen / * * * * * * Bien / * * * * * * Excellent / * * * * * * Chef-d'oeuvre
* * * * * * : The Only One. Le Seul, l'Unique, le film fétiche de l'auteur de ce blog...

AVERTISSEMENT : Certaines bandes-annonces ou extraits de films peuvent heurter la sensibilité du jeune public.


lundi 5 mai 2014

HOLLYWOOD CHAINSAW HOOKERS

 
HOLLYWOOD CHAINSAW HOOKERS
(Hollywood Chainsaw Hookers)

Réalisateur : Fred Olen Ray
Année : 1988
Scénariste : Fred Olen Ray, T.L. Lankford
Pays : Etats-Unis
Genre : Comédie, Horreur
Interdiction : -12 ans
Avec : Gunnar Hansen, Linnea Quigley, Michelle Bauer, Tricia Burns, Jay Richardson...


L'HISTOIRE : Jake Chandler est détective privé. Il doit retrouver Samantha, une jeune fille qui a fugué. Son enquête va croiser celle de l'inspecteur l'inspecteur Harrison, qui tente de faire la lumière sur une mystérieuse série de meurtres exécutée avec des tronçonneuses ! En retrouvant Samantha, Chandler découvre que les auteurs de ces méfaits sanglants sont des prostituées faisant parties d'un culte païen contrôlé par un gourou adepte de la tronçonneuse...

MON AVIS : Véritable film culte aux Etats-Unis, adulé par les aficionados abreuvés aux séries Z à budget microscopique ou par les fans de son réalisateur Fred Olen Ray, le mythique Hollywood Chainsaw Hookers n'a pas usurpé sa réputation. Avec un titre et un sujet pareil, on se doute qu'on ne va pas visionner un chef-d'oeuvre du septième art et qu'il va falloir être ouvert d'esprit ou accroc à ce genre de films pour l'apprécier. Une fois la vision terminée, que reste-t-il de ce film ? Eh bien il faut avouer qu'il est loin d'être désagréable et qu'on prend un certain plaisir à le regarder. Evidemment, les réfractaires aux séries Z ne lui trouveront aucune qualité et auront tôt fait de le conspuer ad vitam eternarm. Je pourrais lui reprocher sa mise en scène sans grande saveur, un rythme un peu molasson la plupart du temps et une certaine retenue dans le délire qu'on aurait aimé être encore plus déjanté, bien que le final se rattrape plutôt bien à ce niveau. Mais quand même, les images proposées valent le coup d'oeil ! Voir la sexy Michelle Bauer en tenue d'Eve dézinguer ses clients à la tronçonneuse dans une bonne humeur communicative, voir l'adorable Scream Queen Linnea Quigley (Les Rues de l'Enfer, Douce Nuit Sanglante Nuit, Le Retour des Morts-Vivants, Creepozoïds et des dizaines d'autres) nous refaire un petit strip-tease lanscinant plutôt agréable, avoir le plaisir de retrouver Gunnar Hansen (acteur culte de Leatherface dans le Massacre à la Tronçonneuse original) sans masque dans le rôle du gourou et surtout, assister à ce combat final dantesque entre Linnea et Michelle, toutes deux se battant à coup de tronçonneuses bien trop lourdes pour leurs frèles petits bras, à la manière de Massacre à la tronçonneuse 2, font que ce long métrage fun et décomplexé est vraiment jubilatoire. On comprend assez rapidement comment ce coktail "tronçonneuses + gore + nichons" soit devenu culte malgré ses défauts. Le gore est assez primaire, on a juste droit la plupart du temps à des grosses gerbes de sang qui viennent éclabousser les corps dénudées et bien pourvus par la nature de nos Scream Queens de choc hormis lors du final dans lequel la lame de la tronçonneuse vient littéralement ouvrir en deux le ventre de Gunnar Hansen pour un effet relativement cheap mais efficace. Le film se veut aussi un hommage aux films noirs des années 40, avec le personnage de Jack Chandler. Le détective privé mène une enquête laborieuse et ses actions ou sa pensée sont souvent mises en avant par le procédé de la voix-off, procédé qu'on retrouve dans les classiques du polar 40's. L'humour est également au rendez-vous, parfois provoqué par certaines situations ou dialogues, parfois sans le vouloir, juste par la piètre performance de certains membres du casting, qui peinent à être crédible ou se montrent un peu trop amateurs. Mais encore une fois, c'est ce mélange d'amateurisme primaire et de bonne volonté qui font du spectacle ce qu'il est et qui lui donne cette patine mi-ringarde, mi-culte. Bref, Hollywood Chainsaw Hookers vaut ce qu'il vaut mais reste quand même une curiosité et un film-phare de la production indépendante 80's, qui a marqué toute une génération de bissophile, bavant devant les photos de Michelle Bauer ou Linnea Quigley dans les magazines, tronçonneuses à la main et seins dénudés ! Quoiqu'on en dise, quoiqu'on en pense, Hollywood Chainsaw Hookers est un film fauché au capital sympathie certain, idéal pour une soirée pop-corn pas prise de tête ! Les fans des productions Troma seront aux anges. C'est une certaine idée du cinéma qui ne plaira pas au plus grand nombre mais qu'il serait fort dommage de jeter au pilori...

* Disponible en DVD chez CROCOFILMS

NOTE : 3/6




Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire