Légende pour la notation des films

Bienvenue dans mon univers filmique ! Ma mission ? (Re)voir tous mes films, séries Tv, documentaires et concert, tous genres confondus, sur tous supports, Vhs, Dvd, Dvd-r, Blu-ray (avec aussi les diffusions télévisées ou cinéma), et vous donner mon avis de façon simple et pas prise de tête sur chaque titre (re)vu ! C'est parti !



AVERTISSEMENT : Certaines bandes-annonces ou extraits de films peuvent heurter la sensibilité du jeune public.




mercredi 20 janvier 2021

LA NUIT DES GÉNÉRAUX

LA NUIT DES GÉNÉRAUX
(The Night of the Generals)


Réalisateur Anatole Litvak
Année : 1967
Scénario Joseph Kessel, Paul Dehn
Pays : Angleterre, France
Genre : Guerre, Policier
Interdiction : /
Avec Peter O'Toole, Omar Sharif, Tom Courtenay, Donald Pleasence, Philippe Noiret, Joanna Pettet...

L'HISTOIRE : 1942. Une prostituée est sauvagement assassinée en plein Varsovie. La victime se trouvait être un agent des renseignements allemands. Les soupçons se portent sur trois généraux, dont le général Tanz. Le major Grau réclame justice en dépit des atrocités commises par ailleurs. L'enquête ne se terminera qu'en 1965, à Hambourg...

MON AVIS : Adaptation du roman de H.H. Kirst auquel on a greffé une idée tirée d'un roman de James Hadley Chase, La Nuit des Généraux est l'oeuvre d'Anatole Livtak, cinéaste intéressant à qui l'on doit quelques bons films noirs comme Confession d'un Espion Nazi (1939), Out of the Fog (1941) ou La Fosse aux Serpents (1948) entre autres. C'est également lui qui a réalisé Anastasia avec Ingrid Bergman et Yul Brynner en 1956. La Nuit des Généraux est son avant-dernier film. Réalisé en 1967, le film réuni un casting prestigieux, jugez plutôt : dans le rôle du général Tanz, on trouve Peter O'Toole. Dans celui du général Kahlenberge, Donald Pleasence. Dans le rôle du major Grau, Omar Sharif. L'inspecteur Morand est interprété par Philippe Noiret. Le général Rommel par Christophe Plummer. La jolie Ulricke par Joanna Pettet. La chanteuse Juliette Gréco est aussi de la partie, tout comme on note une courte apparition de Pierre Mondy ou de Howard Vernon. Tout se beau monde se retrouve donc dans cette histoire captivante, qui mêle film de guerre et drame policier. Tout débute avec le meurtre sauvage d'une prostituée, dont un témoin a uniquement vu de son agresseur un pantalon allemand avec une bande rouge sur le côté, ce qui correspond forcément à l'uniforme d'un général ! Sur fond de répression de la résistance à Varsovie, durant l'année 1942, un major allemand, superbement interprété par Omar Sharif, va tenter de faire la lumière sur ce meurtre et va tout faire pour découvrir et condamner le meurtrier, quelque soit son grade militaire. Une tâche difficile, quasi impossible, qui le mène sur les traces de trois généraux qui n'ont pas d'alibi pour la nuit du meurtre. Nous avons le général Kahlenberge, le général Gabler (Charles Gray) et le général Tanz. Si les deux premiers semblent être très liés, il n'en est pas de même avec le général Tanz, héros de l'armée nazie, surnommée le boucher sur le champ de bataille, et que ses deux compatriotes ne semblent pas vraiment apprécier. Interprété par Peter O'Toole, Tanz va vite se révéler être un pur nazi, notamment lors de la séquence dans laquelle il ravage un quartier de la ville à coup de lance-flammes et d'attaques de tank, pour débusquer les résistants. Sans pitié, même s'il éprouve une certaine compassion pour les enfants, il devient vite un suspect important pour le major Grau malgré le manque d'éléments pouvant justifier un meurtre sexuel aussi brutal. Les deux autres généraux sont tout aussi louches et semblent comploter dans le dos de Tanz. L'enquête du major Grau est émaillée de plusieurs revirements de situation, ce qui fait qu'elle se déplace de lieu et d'année. De Varsovie nous bifurquons vers Paris en 1944, où un autre meurtre similaire a lieu. Nous faisons plus ample connaissance avec le général Tanz durant cette partie parisienne, dans laquelle se greffe un arc narratif secondaire mais important, celui du caporal Hartmann (Tom Courtenay), fiancé secret de la fille du général Gabler. Hartmann va devenir le chauffeur privé de Tanz et va donc suivre et emmener ce dernier partout dans Paris, ce qui nous donne l'occasion de voir que notre général d'habitude si autoritaire et sûr de lui cache de nombreux vices, dont l'alcool, le tabac et les femmes. L'intrigue policière se scinde en deux, puisqu'en plus de l'enquête visant à élucider ces meurtres de prostituées, on nous offre un complot organisé contre Adolf Hitler lui-même ! La troisième époque se situera en 1965 à Hambourg, où, plus de vingt ans après la fin de la guerre, on peut organiser tranquillement une réunion d'anciens SS ! Mais l'inspecteur français, qui s'était lié d'amitié avec le major Grau, entend bien réussir à arrêter le mystérieux meurtrier, surtout qu'un troisième crime vient d'être commis ! Sur une durée fleuve de 148 minutes, La Nuit des Généraux n'ennuie jamais et maintient un intérêt constant, le mélange de genre et d'ambiance, la dynamique de cette étude des comportements ainsi que la prestation du casting et le fait que l'histoire se déplace sur trois époques étant pour beaucoup dans la réussite du film.




Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire